Westmalle, mon amour

17 mai 2010,
par Romy Têtue

Mots-clefs associés à cet article :

Heureuse découverte que cette belle blonde dorée, qui me rappelle le pays et me plonge dans une douce nostalgie, mais sans m’envoyer dans les bras de Morphée. La Westmalle, bière trappiste issue d’un brassage de malts pâles à base de sucre candi et d’une fermentation haute et fermentée en bouteille, a une saveur douce et fruitée, un rien épicée par une juste dose d’amertume. Autant dire un goût proche de la perfection.

Vous me surprendrez rarement à parler d’alcool, mais j’ai plaisir à vous partager ici l’une de mes découvertes du week-end, lesquelles furent nombreuses et particulièrement diverses, rassurez-vous. Mais c’est bien exprès que je digresse sur un détail, au lieu du compte-rendu formel attendu, lequel serait parfaitement inexact sans cela. Permettez-moi d’être légère, quelques instants encore...

Nous croisant, une bouteille à la main, au cours de la soirée qui suivait les ateliers et débats, chacun et chacune s’exclamait doucement en constatant le regard illuminé de l’autre : « Oh, toi aussi !?
— Oui, je n’ai plus les pieds sur terre... »

Nous avons été plusieurs à apprécier la Westmalle pour son effet, aussi particulier qu’agréable, qui se déclenchait chez moi très précisément entre la moitié et le second tiers de la bouteille : cette sensation de décoller, puis de léviter, à quelques centimètres au dessus du sol, en toute sérénité. En y repensant, c’est assez cohérent avec l’origine monastique de cette boisson. C’est une bière au goût fin, très chouette, bien équilibrée entre rondeur et âpreté, très alcoolisée (9,5 %) mais qui tient très bien la soirée. J’ai adoré cette lévitation, qui permet de rester en bonne compagnie sans perdre le fil, sans jamais tituber, encore moins s’effondrer. À moins que ce ne soit la magie du lieu de dégustation, une falaise troglodyte, qui nous perchait entre ciel et terre...

Retomberais-je jamais les pieds sur terre ?

  • Y’a de la joie :-)

    Photo de Gornety

Vos commentaires

  • Le 17 mai 2010 à 15:03, par seynaeve En réponse à : Westmalle, mon amour

    Merci de me rappeler tout le plaisir d’être Belge et de boire les meilleurs bières du monde quotidiennement, sans se poser de question.

  • Le 17 mai 2010 à 16:24, par Loiseau2nuit En réponse à : Westmalle, mon amour

    Ahhhh douce et délicate Westmalle ! Que Dieu ne m’ait donné plus tôt un foie plus aguerri afin que je puisse profiter de tes délices plus longtemps... (La propriétaire des lieux comprendra le pourquoi d’une telle disgression je crois... :P )

  • Le 17 mai 2010 à 22:08, par Fil En réponse à : Westmalle, mon amour

    Je confirme : je n’ai pas tibubé non plus.

  • Le 18 mai 2010 à 00:47, par katsoura En réponse à : Westmalle, mon amour

    Où peut-on la déguster ?

  • Le 18 mai 2010 à 14:00, par Suske En réponse à : Westmalle, mon amour

    Chic, chic, chic, chic, chic....

    Je savais bien que c’était pas en expressions réglières ou en plugins que je pourrais équilibrer un peu la balance don/après-don :-)

    N’empêche, jes regexp (t’as vu t’as vu) et les plugs, j’y vais. Les seconds en tous cas :-)

    Ce fut un ....

    PLAISIR !

    (PS : il n’y a rien de plus grand comme typo ?)

  • Le 18 mai 2010 à 22:22, par barou En réponse à : Westmalle, mon amour

    @fil

    tu mens

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom