Un dimanche au palais de tokyo

13 novembre 2012,
par Romy Têtue

Mots-clefs associés à cet article :

Le lieu est magnifique ! Ce musée atypique, en chantier perpétuel, s’apparente plutôt à un atelier d’artiste : béton, brique, poussière, enchevêtrement de câbles et poutrelles, qui vire au « bordel monstre »… j’adore ! Ambiance laboratoire de la création et science de rêves. J’ai particulièrement aimé l’agencement des espaces et ces déambulations oniriques dans les entretailles du palais, entre ombre et lumière, dans la Galerie Utopia, ses œuvres improbables, ses surprises de train fantôme. Mais j’ai eu moins d’enthousiasme pour le reste, les expos : trop hipster. Fabrice Hyber m’ennuie toujours, mais j’ai aimé la sensualité troublante de son odorant « mètre cube de beauté ». À retenir aussi, le travail fragile de Pierre Vadi et celui, animal, de Julien Salaud.

Cliquez sur les vignettes pour agrandir.

  • Le temps de rien, Richard Baquié
  • Portique du gouvernement du monde depuis la montagne noire, Pierre Vadi
  • Œuvre fragile, ne pas toucher
  • Chacun est une déception totale, John Giorno
  • Un métre cube de beauté, Fabrice Hybert
  • Point de vue
  • Entrée dans l’univers démiurgique de Fabrice Hybert
  • Il pleut au palais
  • Bain de couleurs
  • Evian disease, Helen Marten
  • Evian disease, Helen Marten
  • Internet Explorer 10 au Palais de Tokyo
  • Building, Dionisis Kavallieratos
  • Grotte Stellaire, Julien Salaud
  • Déambulations dans les entrailles
  • Façade du Palais de Tokyo
  • Tour Eiffel dans la brume

Voir en ligne : http://palaisdetokyo.com/fr/expositions/saison (...)

{#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Raccourcis : {{gras}} {italique} -liste [bla->url] <q> <quote> <code>.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom