Twitter’n troll

16 septembre 2013, 27 décembre 2013,
par Romy Têtue

Mots-clefs associés à cet article :

Il y a deux ans, j’ai brutalement découvert que de nouveaux comportements émergeaient sur Twitter. Une personne surgie de nulle part m’adressa soudain, non pas un, mais trois messages d’affilée, me donnant la leçon de façon assez intrusive pour ne pas dire agressive. Je supposai qu’elle avait mal pris une de mes publications antérieures ou qu’elle avait simplement fait erreur de destinataire. En tentant de lui répondre gentiment, je constatai qu’elle m’avait « bloquée », fonctionnalité dont je découvris, par là même, l’existence. S’en prendre ouvertement à quelqu’un, basher et bloquer dans le même mouvement… je n’avais encore jamais vu ça sur Twitter, qui était jusqu’alors pour moi un lieu de partage d’informations, parfois râleur, mais globalement courtois et souvent guilleret.

J’aurais du m’en douter : après être passés des newsgroups aux forums de discussions et aux blogs, s’emmerdant sur Facebook, les trolls et trollesses débarquaient sur Twitter. J’assiste depuis à des batailles rangées dans les TL. Y’a épisodiquement des invasions de trolls. Des twittos et twittas qui courent derrière. Ou l’inverse. D’autres qui se prennent pour la cavalerie, arrivant un peu en retard, mais toujours à temps. Enfin quelques chevaliers blancs qui viennent, tout à la fin, ramasser les cookies sous les acclamations de la twitosphère. Aussi massifs qu’éphémères, ces mouvements de troupes m’ennuient. Beaucoup de bruit pour rien.

Deux choses me semblent nouvelles : le fait de s’en prendre à une personne de façon directe, d’une part, à plusieurs et en public, d’autre part. Il y a peu de temps, une twitta m’a soudain ajoutée à son énième tweet envers quelqu’un qui avait tenu des propos racistes, homophobes ou sexistes — je ne sais même plus — m’invitant par là à venir le basher avec elle. Je trouve cela assez malsain. Aussi persuadé·e que l’on soit d’avoir raison et même si la cause est noble, l’agressivité n’est pas une option possible. Et la pratiquer en groupe s’apparente à cette chose abjecte qu’est le lynchage. Elle insista en privé, via DM, m’invitant à remonter la TL du twitto incriminé pour constater combien celui-ci était détestable, ajoutant « c’est pour ça qu’il faut répondre a ce genre de personnes ». Se prendrait-elle pour une justicière ? Si d’autres surenchérirent effectivement, je m’empressai d’unfollower.

Il semble que cela soit une pratique que s’autorisent certain·e·s militant·e·s. Comme pour faire la chasse aux propos discriminants, dans une tentative d’en nettoyer la toile, j’en vois certains lister des tweets, les commenter à part, avant d’interpeller et aller au tweetclash. Pourquoi ?

Il faut bien reconnaître que le troll a quelque chose de revigorant, passionnant le débat. Ces joutes verbales participent d’une certaine expression démocratique. Ce peut être pertinent de s’en prendre à une marque, à une personnalité politique ou publique, pour déplacer les lignes de force, pour se positionner publiquement, pour obtenir une réponse plus efficacement que par les canaux traditionnels.

À condition de savoir s’arrêter à temps : pas d’attaque personnelle, pas d’insulte, pas de violence. Je désapprouve profondément ces pratiques. Je ne crois pas à ce web de cours de récré, avec ses stars, ses courtisan·e·s, ses règlements de compte, ses harcèlements, ses outings, ses insultes, ses lynchages. Croire défendre ainsi une cause, c’est se tromper de combat, ou du moins de moyens.

D’abord, l’agressivité n’est jamais une solution. De plus, c’est contre-performant : non seulement parce que cela ne fait que braquer la personne ciblée, au risque de la radicaliser, mais aussi pour la gêne occasionnée dans les autres TL. Assister à ce genre d’échanges, généralement fort peu constructif, est désagréable. Mais surtout, cela a l’effet pervers de donner trop de visibilité et d’audience à ce que l’on prétend ainsi combattre. Pire, cela peut donner l’occasion à l’autre de se penser comme victime, s’autorisant à l’agressivité, et/ou regonfler son égo de provocateur. Ainsi naissent les pires trolls. Ils se nourrissent de nos indignations et en légitiment leur vindicte.

Enfin il y a plus efficace : publier un argumentaire sur la toile, un billet de blog ou un article, sera toujours plus efficace que la stigmatisation, dans le sens où cela informe, nourrit la réflexion, le débat, en plus de constituer une ressource bien plus pérenne qu’un tweet, et bien plus édifiante qu’un tweetclash, qui risque avant tout d’apparaitre comme une querelle de personnes, sans grand intérêt, peut-être spectaculaire mais si vite oubliée. Ce ne sont pas les trolls qu’il faut nourrir, mais nos réflexions.

Il ne faut pas oublier que Twitter est un espace public et non pas communautaire. On n’y est pas chez soi, mais au comptoir de tous les bars du monde. S’y croisent toutes les communautés, de tous bords, y compris les plus détestables. Chacun y est le con d’un autre et il n’y a pas d’autre choix que faire avec. De plus, l’exercice de synthèse, imposé par la limitation à 140 caractères, force à des raccourcis de pensée, parfois involontairement caricaturaux, qui peuvent froisser des susceptibilités. Twitter bruisse donc de brèves ce comptoir, de formules lapidaires, de jugements à l’emporte-pièce, de propos impulsifs… auxquels il est vain de répondre.

Que faire ? Il n’y a qu’une seule réaction valable : le silence. Retweeter les cons ou répondre aux machos, aux racistes, aux homophobes ou aux trolls, leur donne trop d’importance. Bloquez-les si vous voulez, mais en silence. Inutile d’aller insulter l’autre avant. Don’t feed the troll.


Partagez cet article :

Voter pour cet artice sur hellocoton.fr Netvibes Del.ico.us

Vos commentaires

  • Le 30 décembre 2013 à 13:23, par Romy Têtue En réponse à : Twitter’n troll

    De clics en clics, j’ai atterri sur Twitter, cette poubelle publique, cette décharge à ciel ouvert mais sans ciel et sans ouverture, un égoût des plus répugnants, sans passage secret, sans catacombe, sans issue de secours. Voilà que chacun peut dire ce qu’il veut, dans son verbiage à lui, chacun peut balancer ce qu’il croit être une opinion quand il rote. […] les pseudo-débats publics sont en train de détruire ce qui nous restait de liberté.

    Il n’y a rien à en dire. Il faudrait juste cliquer ailleurs et s’assurer que les gens bien éduqués fassent la même chose. Il faudrait aussi s’assurer que la plupart des gens sont bien éduqués, je ne parle pas d’études supérieures, je parle de l’éducation la plus simple, dis bonjour à la dame, un peu de recul, beaucoup de doute sur tout et cette obligation humaniste.

    Lire la suite : Le niveau des gens : pour un retour à l’html !, par Grosse Fatigue, 30/12/2013.

  • Le 31 décembre 2013 à 15:52, par JLuc En réponse à : Twitter’n troll

    C’est à la mode, cf Piss off :

    Te souviens-tu que nous fûmes le pays des Lumières ? Ici sont nés les Renoir, Prévert, Rimbaud, Baudelaire. Parfois, je me demande comment ils raconteraient notre époque. Quel serait leur regard sur ce qui fait l’actualité d’aujourd’hui. Comment ils pourraient éclairer de leur poésie, la laideur et la bêtise qui sont notre quotidien.

    ... Quand on néglige le temps, c’est l’intelligence que l’on maltraite. On lit mal, on écrit mal, on comprend mal. Le net regorge de blogs.

    ... Bien qu’entretenir mon potentiel de tolérance et de courtoisie soit un combat de tous les jours, il y a des stades que je n’arrive pas à passer, qui ne souffrent d’aucune indulgence, pour lesquels je ne peux plus faire aucun effort. Quand tu arrives à combiner, avec tant de facilité, la connerie, l’inculture, la vulgarité, le vide de la pensée, d’écrire (mal) comme tu vas pisser, ...

  • Le 3 janvier à 19:28, par Romy Têtue En réponse à : Twitter’n troll

    Le dernier post du blogueur Odieux Connard, aujourd’hui repris par Rue89, est particulièrement bien vu : ce billet illustré explique comment les idées à la con progressent grâce à ceux qui prétendent les combattre

  • Le 6 janvier à 15:05, par JLuc En réponse à : Twitter’n troll

    J’allais le dire : il faut fonder un club des nostalgeeks. Car

    La nostalgie : un argument que l’on pourrait opposer à tous les big brothers, comme un Larzac ou une platine-disques...

    dixit grosse fatigue, le même.

  • Le 6 janvier à 15:31, par Romy Têtue En réponse à : Twitter’n troll

    Je ne suis pas nostalgique — encore moins de la sphère geeke d’avant le septembre éternel, illusoire et trop petite pour moi. Je préfère aller de l’avant.

    Cette critique de twitter comme écosystème à trolls n’est pas réactionnaire : il s’agit moins de fuir twitter, en croyant préserver un idéal déjà passé, que d’en tirer les leçons, pour apprendre à mieux s’en servir à l’avenir.

Un message, un commentaire ?


Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom