Syntaxes légères, pour rédiger

27 août 2014,
par Romy Têtue

Mots-clefs associés à cet article :

Les langages de balisage, comme HTML, servent à structurer l’information, mais ils sont peu aisés à lire et manier. C’est pourquoi existent des alternatives allégées. Markdown ? DokuWiki ? ReStructuredText ? Les syntaxes légères sont nos amies !

Pour structurer le texte : les langages de balisage
(Markup language)

Les langages de balisage (markup language) « représentent une classe de langages spécialisés dans l’enrichissement d’information textuelle ». Ils utilisent des balises, unités syntaxiques qui permettent d’organiser les données de manière structurée. Parmi ceux-ci, nous avons, dans l’ordre d’apparition : LaTeX (1983), SGML (1986), RTF (1987), HTML (1991), XML (1998) et XHTML (1999).

Plus descriptifs qu’algorithmiques, ces langages restent relativement simples. Mais il n’est pas aisé de rédiger directement en HTML ou en LaTeX ! C’est trop technique pour les auteur·e·s. C’est surtout trop peu aisé à relire, car le balisage interfère, ne permettant pas une lecture fluide du contenu textuel. Jugez-en par vous-même avec ces deux exemples :

\title{Titre en \TeX}
\paragraph{Paragraphe de texte avec du \textbf{gras} et \textit{italique}.
Voici un exemple de \href{http://exemple.net}{lien}.}

et

<h2>Titre en HTML</h2>
<p>Paragraphe de texte avec du <strong>gras</strong> et <i>italique</i>.
Voici un exemple de <a href="http://exemple.net">lien</a>.</p>

Le HTML sert à structurer les documents web. Ce langage de balisage permet d’écrire de l’hypertexte, d’où son nom, HyperText Markup Language. Il a plus de vingt ans et s’appuie sur un « langage normalisé de balisage généralisé », le SGML, dont les prémices remontent à 1969. Savez-vous qu’il existe plus simple, pour rédiger sur le Web ?

Pour rédiger : les langages de balisage léger
(Lightweight markup language)

La rédaction peut être encore simplifiée, par l’usage d’un langage de balisage léger. Un langage de balisage léger est un langage de balisage utilisant une syntaxe simple, conçue pour être humainement aisée à saisir et facile à lire dans sa forme brute. Nous connaissons ce type de langage, sans forcément le savoir, pour avoir tou·te·s utilisé un wiki un jour dans notre vie.

Les plus ancien·e·s d’entre nous se souviennent du BBCode (1998), qui ressemble encore trop au HTML pour être vraiment léger :

[size=150]Titre en BBCode[/size]
Paragraphe de texte avec du [b]gras[/b] et [i]italique[/i].
Voici un exemple de [url=http://exemple.net]lien[/url].

Nettement plus légères et lisibles, les syntaxes de type wiki, dites wikitexte (ou wikicode) émergent vers l’an 2000. Par exemple :

=== Titre en WikiMedia ===
Paragraphe de texte avec du '''gras''' et ''italique''.
Voici un exemple de [http://exemple.net lien].

Certains outils de publication web, comme Dotclear ou SPIP (2001), permettent de rédiger avec semblable syntaxe légère. Par exemple :

{{{Titre en SPIP}}}
Paragraphe de texte avec du {{gras}} et {italique}.
Voici un exemple de [lien->http://exemple.net].

Avantage des langages de balisage léger : un fichier de ce langage est facile à lire en l’état, dans sa forme non formatée, car exempt de balises, et facile à rédiger dans les éditeurs les plus simples, en texte brut, comme pour les mails.

Pour exemple, citons aussi Asciidoc (2002), Org-mode (2003), Texy ! (2004) et Textile (2004).

h2. Titre en Textile

Paragraphe de texte avec du *gras* et _italique_.
Voici un exemple de "lien":http://exemple.net.

Retenons les plus agréables : Txt2tags (2001), ReStructuredText (2002), Markdown (2004) et Creole (2007), dont on apprécie la lisibilité en texte brut. Par exemple :

Titre en ReStructuredText
=========================
Paragraphe de texte avec du **gras** et *italique*.
Voici un exemple de _lien : http://exemple.net.

et

## Titre en Markdown
Paragraphe de texte avec du **gras** et *italique*.
Voici un exemple de [lien](http://exemple.net).

Il ne s’agit plus de codes compliqués, mais de raccourcis de saisie à base de simples caractères du clavier, balisant le texte en cours de rédaction, de façon parfois très intuitive, comme par exemple des tirets pour constituer une liste, ce que chacun fait déjà de façon spontanée. Un tel langage de balisage léger permet de rédiger plus confortablement.

Le texte ainsi balisé sera ensuite converti dans le format de document adéquat. En effet, un document rédigé dans un langage de balisage léger peut être converti dans différents type de formats comme HTML, PDF, OpenOffice, Word, LateX, EPUB… permettant de publier aussi bien sur papier qu’en numérique, à partir du même document. C’est l’un des points forts de ce type de langage !

Ces langages se distinguent entre eux par des caractéristiques tant techniques (portabilité, formats d’entrée et de sortie) qu’humaines (lisibilité et facilité d’apprentissage). Pour s’y retrouver, on se reportera aux comparatifs liés ci-dessous.

Les syntaxes légères sont nos amies

Bien sûr, il n’est pas possible de faire autant, ni aussi précisément, avec une syntaxe allégée : rédiger directement en LaTeX sera toujours plus puissant qu’en wikitexte. Mais les syntaxes légères répondent correctement aux usages les plus courants. C’est donc ce que l’on préférera utiliser par défaut.

{#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Raccourcis : {{gras}} {italique} -liste [bla->url] <q> <quote> <code>.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom