Suerte, l’exclusion volontaire

Texte écrit en prison, qui mêle fiction et autobiographie.

21 octobre 2000,
par Romy Têtue

Mots-clefs associés à cet article :

A cette époque-là, n’étais-je pas déjà mort ? Et si oui, depuis quand errais-je dans cet univers paralléle si semblable à l’autre.

En lisant Suerte (« chance » en espagnol), on fait l’expérience du non-être, de ce qu’est de vivre dans un endroit qui vous empêche d’être vous-même.

Comment être connu autrement que comme un criminel ? Comment dans ce monde de l’être brut, devenir autre chose ? Devenir un autre. Devenir soi-même.

C’est un pavé, terriblement bien écrit, mais qui se dévore d’une traite.

{#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Raccourcis : {{gras}} {italique} -liste [bla->url] <q> <quote> <code>.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom