Elle porte plainte pour violence, la France l’expulse

Soutien à Najlae, battue et expulsée

26 février 2010,
par Romy Têtue

Mots-clefs associés à cet article :

Le préfet du Loiret refuse de protéger une adolescente violentée. Pire : il en rajoute en l’expulsant aussitôt, sans respecter ses droits !

Une jeune fille de 14 ans s’enfuit pour échapper à un mariage forcé et se réfugie chez son frère. Cinq années plus tard, devenue lycéenne, elle travaille à réussir son CAP de restauration à Olivet dans le Loiret. Mais son frère, qui supporte mal son émancipation, la maltraite régulièrement.

La semaine dernière les violences atteignent un degré extrême et elle se réfugie chez une amie avant de se rendre à la gendarmerie pour déposer plainte. Elle a le nez enflé, d’importants hématomes sur le corps et le visage et présente un certificat médical avec une incapacité de travail de huit jours. On s’attendrait à ce que l’agresseur soit poursuivi, mais...

Elle est aussitôt mise en garde à vue puis en rétention à Montargis. Malgré ses blessures. Le lendemain, elle est expulsée vers son pays d’origine, où elle est destinée à être mariée à un cousin.

Expulsée au lieu de protégée !

Elle s’appelle Najlae Lhimer. Elle a eu pour seul « tord » d’être une étrangère sans papier et avant cela une femme menacée qui cherche à se protéger. Le Réseau Éducation Sans Frontières (RESF) dénonce cette expulsion injuste. Signez la pétition !

« Tout dans cette affaire est ignoble. Du début à la fin les droits humains ont été bafoués. Il n’y a pas de mots assez forts pour qualifier ceux qui ont pris ces décisions. Car Najlae avait le droit de saisir la justice pour les violences subies, elle avait le droit de contester le refus de séjour du préfet devant le tribunal administratif : en précipitant son expulsion, le préfet lui a volé ces droits.
Najlae doit revenir en France le plus vite possible et reprendre ses études. »

Les services de l’État sont bien loin de réaliser la promesse électorale de Sarkozy, qui disait en avril 2007 avec des trémolos dans la voix :

« Chaque fois qu’une femme sera martyrisée dans le monde, cette femme devra être reconnue comme citoyenne française et la France sera à ses côtés. »

Des nèfles !

Il s’agit, en quelques mois, du quatrième cas de femme battue menacée d’expulsion, ou expulsée, dans le Loiret. Ceci grâce à Bernard Fragneau, préfet de la Région Centre et du Loiret et surtout à Michel Bergue, le très zélé secrétaire général de la préfecture du Loiret, qui se charge, depuis sa prise de fonction en 2005, de « vider le stock de demandeurs d’asile », même les femmes en détresse qu’il expulse sans vergogne, même au mépris de la loi.

Le frère violent n’a, quant à lui, toujours pas été inquiété. Heureusement que la lutte contre les violences faites aux femmes a été déclarée « grande cause nationale 2010 » par le gouvernement !

Une marche silencieuse est prévue le 6 mars à Château-Renard, deux jours avant la journée internationale de lutte pour les droits des femmes. J’y serais. Et vous ?

{#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Raccourcis : {{gras}} {italique} -liste [bla->url] <q> <quote> <code>.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom