romy.tetue.net

Conception web, UI et UX,
sémantique, ergonomie et accessibilité.


Sohane, morte brûlée vive

Sohane Benziane 1984-2002

16 décembre 2003,
par Romy Têtue


Pour que garçons et filles vivent mieux dans l’égalité et le respect.

Sohane a été découverte inanimée, gravement brûlée, le 4 octobre 2002, dans un local à poubelles de la cité Balzac, à Vitry-sur Seine (Val-de-Marne). Elle gisait inanimée, gravement brûlée. Elle est décédée quelques temps après à l’hôpital. Sohane Benziane était une jeune fille de 17 ans qui habitait le quartier.

Immolation par « dépit amoureux »

L’auteur du meurtre, un jeune homme de 19 ans, a agit par dépit amoureux. Sohane était son ex-petite amie. Une liaison de quelques mois, suivie d’une séparation au mois de juillet. C’est la jeune fille qui avait rompu. Depuis, il avait cherché à la reconquérir, sans succès, et ce vendredi soir, il lui avait demandé de le suivre dans le local à poubelles juste pour discuter. Décrit comme un petit caïd de la cité, l’adolescent, avait préparé son coup, en déposant auparavant une bouteille d’essence dans le local. La discussion commence. Elle lui résiste encore. Il essaie alors de l’impressionner en agitant la bouteille, puis l’asperge d’essence. Face au refus répété de la jeune fille, il allume son briquet, ce qui met le feu à ses mains à lui pleines d’essence. Dans la panique, il enflamme aussi le vêtement de Sohane. Il n’avait pas l’intention de la tuer, il voulait juste lui faire peur...

Ce récit des faits est malheureusement classique : c’est en effet suite à une rupture que surviennent la majorité des meurtres de femmes. On retrouve dans ce récit tous les ingrédients habituels : la rupture, le refus de laisser la femme aller librement, la tentative de reconquête par la force, les menaces, la violence et finalement l’homicide.
Le meurtre de Sohane n’est pas un cas particulier : ces violences dans les relations de couple constituent, en France, la première cause de mortalité des femmes de 16 à 44 ans.

« morte brûlée vive »

A Vitry, beaucoup souhaiteraient que soit affirmée plus clairement les causes de l’assassinat de Sohane. Kahina Benziane, la sœur de Sohanne est choquée d’entendre les médias dire que sa sœur a été victime d’un accident au lieu de dénoncer ce crime odieux pour ce qu’il est : un crime sexiste, c’est-à-dire perpétré par les hommes, les petits caïds des cités, qui refusent à une femme la liberté de choisir, de vivre libre, et qui qui s’octroient le droit de la « punir ».

Cependant, la plaque commémorative fixée sur la pelouse, au pied de la tour où vivait la jeune fille, ne porte pas mention de la cause de sa mort. La mairie de Vitry s’oppose à l’inscription des mots morte brûlée vive, sous prétexte de ne pas semer le trouble dans la population de la cité. Taire le meurtre et son mobile, c’est donner raison à ceux qui, lors de la reconstitutions des faits, ont applaudit le criminel comme un héros. Ce n’est certainement pas en gommant la vérité des faits qu’on pourra progresser vers plus d’égalité, de mixité et de respect mutuel.

JPEG - 24.8 ko
La plaque commémorative de Sohane, sur la tombe de Simone de Beauvoir
A Vitry, la plaque commémorative de Sohane a dû être changée après avoir été fracassée par une pierre. Une nouvelle stèle a été fabriquée, indestructible pour qu’elle ne soit plus profanée. Mais, refusée par la mairie de Vitry, elle se trouve temporairement sur la tombe de Simone de Beauvoir, au cimetière parisien du Montparnasse, depuis octobre 2003. La fille de Simone de Beauvoir, Sylvie Le Bon de Beauvoir, a bien volontiers accepté de l’héberger provisoirement sur la tombe de la grande penseuse du féminisme.

Sohane n’est pas morte d’un accident de voiture, rappelle sa sœur. Sohane est une martyre, et je voudrais qu’on dise la vérité. Je pourrais alors essayer d’oublier. C’est très dur d’oublier quelqu’un qui brûle. Quelqu’un qui brûle, ça n’en finit pas. Ça brûle tout le temps pour vous.
Pour les jeunes filles des quartiers aussi ça n’en finit pas de brûler : insultées, menacées, dans l’indifférence générale, elles continuent d’avoir peur en permanence.

Sohane est devenue le symbole des souffrances des jeunes filles des cités

Pour les associations, Sohane est devenue le symbole des souffrances que subissent les jeunes filles des cités qui se battent contre le machisme parfois extrême dont elles sont l’objet. C’est en mémoire de Sohane que Vitry-sur Seine a été choisi comme point de départ de la Marche des femmes des quartiers qui a traversé la France en 2003.


Article initialement publié sur 8mars.info. Lire aussi : Sohane, morte brûlée vive, Mediterraneas, et Une plaque pour Sohane, LDIF. Lire la suite : Justice pour Sohane, brûlée vive.

Voter pour cet artice sur hellocoton.fr Netvibes Del.ico.us

Vos commentaires

  • Le 29 janvier 2006 à 20:22, par Romy Têtue Gravatar En réponse à : Seconde stèle pour Sohane

    Une deuxième plaque a été officiellement inaugurée, ce 4 octobre 2005 à Vitry-sur-seine, qui porte enfin mention de la raison de la mort de Sohane. Il a fallu trois ans pour que la famille, les associations féministes et la municipalité parviennent à ce compromis d’une double stèle. Le maire de Vitry-sur-Seine a inauguré une esplanade Sohane Benziane, et depuis le 21 janvier 2006, un centre d’animation parisien porte également son nom.

  • Le 31 mars 2006 à 10:32, par alikoum Gravatar En réponse à : Sohane, morte brûlée vive

    je voudrai savoir si sohanne a perdu sa virginité avec ce jeune homme, sa expliquerai bien des choses
    merci d avance

  • Le 31 mars 2006 à 11:17, par Devereaux Gravatar En réponse à : Tout ce que la misère humaine fait de pire

    Père et grand père, j’ai été boulverssé, quand j’ai appris ce drame le vendredi 4 octobre 2002.
    Mais le pire, c’est ce matin sur France Inter, une journaliste demandait à des jeunes femmes du quartier de Sohane ce qu’elles en pensaient : « Ici c’est pas un cimétière, la plaque commémorative elle sert à rien... »

    Ces pauvres filles vivent dans une jungle, elles sont devennues proies ou prédatrices et certaines tollèrent ce genre de drames.

    Fallait-il que ce soit « d’autres personnes » qui brûlent cette jeune fille, pour que les choses bougent vraiment la bas...?

    Je suis écoueuré, ça reflette tout ce que la misère humaine fait de pire.

  • Le 31 mars 2006 à 14:17, par Romy Têtue Gravatar En réponse à : Sohane, morte brûlée vive

    Alikoum, quel curieux rapport établissez-vous entre sexualité, virginité et... criminalité ??? La virginité d’une personne, homme ou femme, ne regarde que cette personne, et ne saurait « expliquer » quoique ce soit. Votre question est non seulement indiscrète, mais aussi inquiètante.

  • Le 1er avril 2006 à 16:03, par ? Gravatar En réponse à : Savoir dénoncer ce qui est mal

    Je pense qu’il serait peut être temps pour les femmes, les filles et autres, de savoir dénoncer ce qui est mal. Dans la ville on est capable de porter plainte si quelqu’un nous fait du mal, dans les cités la loi n’est pas la référence première mais pourtant elle existe bien...

    Les filles violées qui se taisent par crainte de représailles, ça me fait mal au coeur, le fait de dire que telle personne l’a bien cherché, ça me fait mal au coeur. Aujourd’hui on a bien plus peur d’être une balance que d’être responsable de non assistance en personne en danger. Avant celui qui volait avait peur de se faire prendre en flag, maintenant c’est la personne qui voit ce qui se passe qui a peur des menaces...

  • Le 1er avril 2006 à 21:48, par Laurence Gravatar En réponse à : Sohane, morte brûlée vive

    Pour répondre à la première question : l’autopsie de Sohane a révélé qu’elle était vierge, et lors du procès « Nono » a déclaré n’avoir jamais eu de relations sexuelles non plus (Le Monde). Mais quel rapport avec ce crime ?

    J’invite toutes les personnes qui s’intéressent à cette histoire, à lire l’interview bouleversante de Kahina, sa soeur, dans Le Point de cette semaine : Sohane brûlée vive : sa soeur témoigne

    Sohane est morte et la vie de sa famille est détruite. La courageuse Kahina me fait beaucoup de peine.

    Les habitants de la cité Balzac, pour la majorité, continuent à soutenir « Nono » et à enfoncer la mémoire de Sohane.

  • Le 4 avril 2006 à 23:29, par edjamila Gravatar En réponse à : Sohane, morte brûlée vive

    CA EXPLIQUERAIT QUOI ? elle fait ce qu elle veux de son derriere quand meme !!!! Tu es vierge toi ? moi je le suis plus et j’espere que l’on ne va pas me tuer pour autant !!

  • Le 5 avril 2006 à 12:18, par Joël Monpère Gravatar En réponse à : Sohane, morte brûlée vive

    Je serai inflexible : le geste de JD est inacceptable et inexcusable. Ne comptez pas sur moi pour relativiser cette barbarie. Mais quel dommage que les compagnons de galère des cités s’entredéchirent au lieu de s’unir ! J.D. voulait faire peur à Sohane, qu’il aimait passionnément, mais pas la tuer : il s’est même gravement brûlé en essayant de l’éteindre ! C’était un caïd, c’est vrai, mais un caïd au grand c ?ur, une sorte de robin des bois des cités. Il a à peine 25 ans et sa vie est foutue. Comme celle de Sohane. Deux compagnons de malheur : l’une a perdu sa vie, l’autre aura une vie bien triste.
    Mais cet assassinat ne doit pas avoir été inutile. Il doit servir de leçons :

    - L’Etat est aussi responsable du crime :
    Dans quel état de décomposition se trouve une société où un acte aussi odieux se produit ? Où des individus mettent le feu à leurs voisins ?. Il nous faut déterminer les responsabilités de chacun : gouvernement aveugle à la détresse humaine, ultralibéralisme mettant les jeunes des cités à la rue, ségrégation à l’embauche,... La précarité et la violence de cette société conduisent mécaniquement aux actes violents de ses citoyens.

    - L’Education Nationale est aussi responsable du crime :
    L’Education Nationale n’a pas su remplir son rôle de formateur civique. Visiblement les jeunes des cités ne sont pas assez sensibilisés au risque qu’il y a à asperger quelqu’un d’essence. Si Jamal Derrar avait été conscient de la portée de son geste, peut-être n’aurait-il pas agi de la sorte ? Que faire pour que cela ne se reproduise pas ? Il faut à tout prix que l’éducation nationale fasse un travail de pédagogie pour sensibiliser le jeunes au fait que menacer d’enflammer quelqu’un est un acte civiquement inacceptable. Si cela avait été fait, Sohane serait encore parmi nous aujourd’hui.

    Il nous reste à espérer que la justice ne cherche pas la confrontation avec la jeunesse en condamnant JD à de la prison ferme. Et si les partis progressistes gagnent les élections de 2007, peut être verrons nous les vrais coupables au banc des accusés.

    > http://joelmonpere.blogspot.com/200...

  • Le 6 avril 2006 à 10:47, par Sonia Gravatar En réponse à : Sohane, morte brûlée vive

    Très étonnée de voir cette question si étrange !!!! ????

    Je ne savais pas que donner sa virginité à un homme quel qu’il soit c’était lui appartenir et qu’il avait tous les droits sur nous, droit de vie ou droit de mort !!

    On est France on est pas en Inde ici, donc Alikoum, si les conditions de vie tel que l’Inde, l’Afganistan vous plaisent tant, allez y vivre, mais par pitié arrêtez de « penser » comme des animaux !!!

    Je suis tout de même rassuré quand je parle de l’histoire de Sohane à mon entourage de savoir qu’il sont choqués alors qu’il sont tous issus de cités et de l’immigration.

    Et encore « bravo » à Jamal Derrar d’avoir salit encore une fois toute la communauté maghrébine. En principe quand on asperge une personne avec un produit inflammable c’est pour la brûler pas pour lui faire peur !!!

    Je tiens juste à préciser une chose afin d’éviter les amalgames j’ai grandis dans une cité à Clichy-sous-Bois et les jeunes sont très respectueux, soudés et surtout humains.

    J’ai une question à Alikoum si Sohane avait perdu sa virginité qu’est ce que ça expliquerai ?

  • Le 6 avril 2006 à 11:21, par Line Valette Gravatar En réponse à : C’est un psychopathe !

    Le meurtrier de Sohane doit être condamné à perpétuité.
    C’est un psychopathe.
    La justice doit le mettre hord d’état de causer du mal à autrui.

  • Le 6 avril 2006 à 13:21, par fifine Gravatar En réponse à : Sohane, morte brûlée vive

    La France est tombée bien bas !! Ce genre de crime odieux n’existait pas il y a 30 ans !

  • Le 6 avril 2006 à 15:29, par Romy Têtue Gravatar En réponse à : Sohane, morte brûlée vive

    OK-OK état et éducation nationale n’ont pas fait le maximum, mais cela autorise-t-il les citoyen(e)s à s’entretuer ?

    Joël, vous confondez « responsabilité » et « culpabilité », au risque de nous faire croire que ce n’est pas vraiment de sa faute si JD a tué Sohane... Et vous inversez les rôles : JD ne serait pas vraiment coupable, mais au contraire victime, puisque ce serait un pauv’bébé abandonné par Papa-État et Maman-Éduc-Nationale ! Pauv’chou !

    Pire, à vous lire, ce serait la faute à « pas de chance » : Sohane et JD « compagnons de malheur » dites-vous, les mettant tous les deux dans le même sac. Pourtant le briquet ne s’est pas allumé tout seul : c’est bien JD et personne d’autre, qui a foutu en l’air la vie de 2 personnes, celle de Sohane et la sienne. Sans compter les familles. Sans compter les ami(e)s, les voisin(e)s, et nous tous & toutes que cette mort affecte, que ce crime révolte.

  • Le 6 avril 2006 à 16:18, par leila Gravatar En réponse à : Sohane, morte brûlée vive

    Comment pouvez vous poser ce genre de question dans une situation pareille c’est monstrueux !

  • Le 7 avril 2006 à 17:39, par Patrick Gravatar En réponse à : Sohane, morte brûlée vive

    Quand est-ce que vous, les mecs, les machos, vous considèrerez les femmes comme vos égales et vos alliées ?
    Et non comme des objets, des ennemies.

  • Le 7 avril 2006 à 22:52, par crous Gravatar En réponse à : Sohane, morte brûlée vive

    Qu’elle est perdue sa verginité ou pas, avec lui ,ou avec un autre cela ne regarde qu’elle. Nul n’a le droit de tuer. Cela n’escuse rien
    Seul dieu a le droit de vie ou de mort un verset du coran dit que lorsque tu tues un etre humain c’est comme si tu tuais l’humanite entiere, si tu sauves une personne dela mort c’est comme si tu sauvais l’humanité entière (ce sont les paroles de dieu). Nul n’a le droit de juger.

  • Le 7 avril 2006 à 23:43, par Romy Têtue Gravatar En réponse à : Interview de Chahrazad

    Voici ce que dit Charazad, brûlée vive en novembre dernier, à propos de ce procès :

    J’ai envie de passer un message à toutes les jeunes filles qui sont harcelées ou menacées comme je l’ai été : parlez-en à vos proches, n’attendez pas. Et aux garçons je veux dire : nous les filles, on n’est pas des jouets, on est des êtres libres. Qu’est-ce-qu’ils ont dans la tête pour jouer comme ça ?


    Interview de Charazad, dans 20 Minutes, le 3 avril.

  • Le 8 avril 2006 à 14:32, par Romy Têtue Gravatar En réponse à : Condamné à 25 ans de réclusion criminelle

    La cour d’assises du Val-de-Marne a condamné hier Jamal Derrar, meurtrier de Sohane Benziane, à une peine exemplaire de 25 ans de réclusion criminelle, et son complice Tony Rocca à 8 ans.

    Pour en savoir plus : Justice pour Sohane, brûlée vive

  • Le 30 octobre 2007 à 16:58, par samira Gravatar En réponse à : Sohane, morte brûlée vive

    J’ ai vus grandir sohane, je lai vus sourir et je ne l’ai pas vus partir. sohane tu me manque ainsi qu’a ma soeur mais sachez une chose vous n’êtes personne sur terre pour dire quoi que ce soit de mal et toi qui ne respecte personne efface toi...