S’il n’y a pas de solution, c’est qu’il n’y a pas de problème

29 avril 1999

Mots-clefs associés à cet article :

C’était il y a très très longtemps...

En ce temps-là, la télévision s’appelait l’ORTF. Un beau soir de 1968, le 29 avril exactement, entre le journal de 20 heures et le grand film, apparurent de drôles de bipèdes, débiles et hauts sur pattes, dont la principale préoccupation était de fuir une planète multiforme, en inventant un tas de trucs qui ne marchaient jamais...

Les Shadoks sont des personnages dont la logique est imparable et par là même perturbante. On leur doit des devises fameuses, dont ma préférée est bien celle-ci : S’il n’y a pas de solution, c’est qu’il n’y a pas de problème.

Voir en ligne : http://leocat.free.fr/shadok

{#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Raccourcis : {{gras}} {italique} -liste [bla->url] <q> <quote> <code>.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom