Pas de fleurs pour la journée de la femme

Et c’est Interflora qui le dit !

8 mars,
par Romy Têtue

Mots-clefs associés à cet article :

« Journée des droits des femmes : faîtes-leur une fleur, n’en offrez pas pour cette occasion ».

Ça fait des années qu’on le répète, qu’on le tweete, qu’on le blogue et qu’on se fâche : le 8 mars, on ne veut pas des fleurs, mais des droits effectifs et des salaires égaux ! Et chaque année, ça recommence : prenant la journée des femmes pour une Saint Valentin élargie à toutes, les marques et commerces nous assomment de pubs et d’offres aussi à côté de la plaque qu’inconvenantes. Si bien que j’évite de sortir ce jour-là afin de m’épargner la contrariété de fustiger le premier (cafetier, collègue, épicier ou même policier) qui m’offrira une rose en me souhaitant de passer une « excellente journée de la femme » me rappelant par ce geste, d’autant plus horripilant qu’il est sincère, que lui-eux et moi ne vivons pas la même réalité : leur vision qui nous réduit à des êtres charmants à honorer de fleurs trahit leur ignorance des difficultés vécues en tant que femme et est une insulte, rien de moins, en ce jour où, précisément, nous souhaitons être entendues, pour une fois.

Et puis soudain, le vent tourne… Ce 8 mars 2019, une célèbre enseigne de fleuriste explique clairement sur son site pourquoi NE PAS offrir de fleurs ce jour-là. C’est un peu un comble, pour un fleuriste, d’inviter à ne pas acheter ses bouquets, n’est-ce pas !?

Le parcours UX est bien vu, qui va chercher l’utilisateur où il est, via newsletter ou réseaux sociaux, et dans les termes de sa curiosité mal informée, jusque dans le choix du singulier réducteur si agaçant : « Quelles fleurs offrir pour la Journée de la Femme ? ».

Ça ressemble à s’y méprenne à énième récupération commerciale… Bien imitée mais blagueuse, car suivre le lien amène à une page informative explicite, sur le site du fleuriste, qui dit en grosses lettres : « N’offrez pas de fleurs pour la journée de la femme » en précisant, déconstruisant les clichés : « vendredi 8 mars ce n’est pas la journée de la femme, mais la journée internationale des droits des femmes » avant de faire un rappel des revendications de cette journée importante.

Waouh ! C’est à se croire sur le site informatif du 8 mars qui rabâche année après année… à ceci près que cela n’aura pas été vain : désormais le propos est repris ailleurs. Cela fait du bien de se sentir entendues et comprises. Pour une fois. Enfin. Merci.

Avec cette stratégie de dévoilement en deux temps, gageons que le community manager aura à essuyer quelques messages rageux de celleux qui pestent sans cliquer au préalable. Ou pas, puisque les internautes se passent le message en saluant l’initiative. Joli coup de pub, certes mais malin et surtout respectueux, ce qui est rare ce jour-là. Et donc exemplaire.

Interflora, qui est l’une des premières marques citées durant cette journée, a fait le choix de profiter de cette visibilité non pas pour proposer une réduction sur ses produits, mais pour faire passer un message important. Rappelons que la marque s’était déjà engagée les années précédentes en proposant un bouquet solidaire dont l’intégralité du montant était reversé au Fonds pour la Santé des Femmes. Cette année, elle va plus loin et le message est fort : n’achetez pas, entendez plutôt ce que les femmes disent. Après MeToo il n’est plus possible, même pour les marques, de faire la sourde oreille.

{#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

Vos commentaires

  • Le 8 mars à 14:53, par Carine En réponse à : Pas de fleurs pour la journée de la femme

    L’opé d’Interflora du jour partait probablement d’une initiative respectueuse, mais je pense qu’ils n’ont pas bien pris en compte les dimensions comportementales habituelles des abonnés et ça fait un peu mal.

    Étant actuellement référente côté technique pour le pôle abonnement d’une grosse boîte, je sais que les chiffres ne sont pas glorieux là-dessus. C’est très variable en fonction des produits, mais le taux d’ouverture moyen des campagnes d’emailing est habituellement de 25-30% et le taux de clic encore plus bas.

    Dans ma société, les responsables marketing sont très contents quand ils dépassent les 20/25% de taux d’ouverture. Ils ne vendent pas des fleurs ceci dit.

    Je n’ai pas connaissance des chiffres pour Interflora, peut-être sont-ils un peu différents. Mais toujours est-il que quand on a connaissance de ce genre de chiffres moyens, opter pour un dévoilement en deux temps sur ce genre de sujet pour marquer les esprits ne semble pas vraiment un bon plan.

    Il est vraisemblable que la majorité des gens qui auront reçu ce mail d’Interflora liront juste le titre qui parle exclusivement de la « journée de la femme » ou liront le contenu du mail sans cliquer dedans. Oups.

    Cela part d’une initiative louable, mais cela entretient le mauvais cliché dans l’esprit des gens.

    Bref, ça pique un peu comme format quand même. Leur opé du bouquet solidaire était mieux ficelée/réfléchie que celle d’aujourd’hui.

  • Le 9 mars à 09:35, par Romy Têtue En réponse à : Pas de fleurs pour la journée de la femme

    N’ayant pas cette connaissance chiffrée de la réception des campagnes emailing, je n’avais pas perçu ce risque de perpétuation de stéréotype.

    Il semble en effet que le/la community manager aura passé la journée à rappeler aux rageux/rageuses qu’il faut cliquer avant de critiquer…

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Raccourcis : {{gras}} {italique} -liste [bla->url] <q> <quote> <code>.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom