Paris Web 2010

Conférences « Web design, qualité et accessibilité »

22 octobre 2010,
par Romy Têtue

Mots-clefs associés à cet article :

Cette cinquième édition, qui réunissait un public encore plus varié, faisait une bonne place au « webdesign » — sous ses diverses acceptations, anglo-saxone et franco-trollesque — et mettait l’accent sur l’expérience utilisateur et la typographie des contenus.

La typographie à l’honneur

Je n’ai pas pu écouter Jean-Marc Hardy, expert en écriture web dont je lis le blog depuis longtemps et que j’étais particulièrement ravie de voir ici. J’ai aussi raté la première conférence typo où David Rault faisait un tour des polices, manifestement passionnant si j’en crois le flot de tweets concomitants qui racontaient la vie des fonts au reste du monde... Rappelons le but d’un site Web, communiquer des informations d’où rôle primordial du texte et du mot, donc de la typographie (webatou) si bien qu’internet c’est 95% de typographie ! (Lilobase).

La Macrotypographie de la page Web - Anne-Sophie Fradier

Comme beaucoup, j’ai adoré cette conférence sur La macrotypographie de la page Web (dont voici déjà un compte-rendu illustré) : passionnante, Anne-Sophie Fradier nous a rappelé les principes de mise en page adaptés au Web, de façon aussi érudite que joyeuse, avec légèreté, pertinence et maestria, mettant tout le monde d’accord. La typographie a pour buts l’intelligibilité du document, la lisibilité du texte et l’esthétique de l’ensemble. Merci !

Comme un malaise dans le métier...

Si certains furent déçus de la prestation de Dave Shea, créateur et jardinier du célèbre site CSS Zen Garden, duquel ils attendaient d’être épatés, j’étais pour ma part ravie qu’il nous partage son avis, justement sans esbroufe, renvoyant notamment dos-à-dos les approches en « dégradation gracieuse » vs « enrichissement progressif ». Faux débat ?

CSS3/Photoshop : quel avenir pour le métier de web designer ? - Francis Chouquet

Francis Chouquet a fait la conférence dont je rêvais depuis deux ans. Il a mis les pieds dans le plat, posant la question du moment : CSS3/Photoshop : quel avenir pour le métier de web designer ?. Il interroge le « webdesign » et invite, exemples à l’appui, à délaisser les logiciels graphiques (inadaptés au Web) et à créer directement dans le navigateur, en CSS3. Ça a trollé, évidemment, certains des créas du public exprimant un point de vue opposé, qui méprise la « technique » et soupçonne même les intégrateurs et intégratrices de fainéantise... l’amorce d’un débat ? Toshop vs css : ça me gonfle cette pensée finalement occidentale qui fait passer le concept (Toshop) avant la pratique (html-css), tweete emmanuelc.

L’évolution des techniques remet en question les limites habituelles entre les postes dans le flux de production. Dans le Web, nous sommes tous des mutants : Un métier Web ne relève pas, par définition, d’une science exacte ou figée. S’offusquer qu’on puisse envisager tel métier sous un angle différent du sien me met donc la puce à l’oreille. À les entendre, certains DA conçoivent chaque nouveau site comme une œuvre d’art unique, oubliant le besoin réel, autrement plus basique, et les contraintes de production, autrement plus triviales. Faire du web c’est encore trop faire du sur-mesure, de la haute couture élitiste, même où le prêt-à-porter suffirait, tweetais-je alors. Et en bout de chaîne, méprisés, les développeurs, back et front, doivent se démerder pour réaliser ces fantasmes artistiques...

Le web, un métier de valeur - Éric DaspetJ’ai donc apprécié l’intervention d’Éric Daspet, qui veut revaloriser les métiers du Web et pousse chacun à affirmer son expertise. Ça donne envie de se retrouver entre gens du métier pour amorcer une réflexion commune. En y repensant, l’année dernière, Stéphane Deschamps appelait déjà les intégrateurs à monter au front... On prend rendez-vous ?

Mieux connaître les utilisateurs

N’ayant pu y assister, j’ai hâte de découvrir la vidéo de l’intervention atypique de Ryan O’Connell qui nous exposait Comment un vigneron étranger utilise le web pour s’intégrer dans la France rurale. Intéressant cas d’usage !

Internautes sous surveillance : retours de la réalité pour un web meilleur - Amélie BoucherIncontournable car toujours édifiante, la conférence d’Amélie Boucher, Internautes sous surveillance : retours de la réalité pour un web meilleur, nous a rappelé, exemples éloquents à l’appui, notamment eye tracking, combien les tests utilisateurs sont efficaces et irremplaçables pour révéler les défauts ergonomiques qui fichent en l’air nos sites. On ne le répétera jamais aussi : Si ça ne marche pas, si la personne n’y arrive pas, ce n’est pas sa faute, c’est que c’est mal fait. Prenons-en de la graine, tweetais-je alors !

Pour terminer, rappelons comment Christian Heilmann a introduit sa présentation, par un témoignage de l’utilisateur qu’il est : moi je suis très visuel, c’est pourquoi je programme des interfaces graphiques. Chacun des trois derniers mots a son importance, résumant bien ce qui nous réunit ici et dans le Web en général.

Le HTML 5, c’est pour les geeks !

Par contre, j’ai détesté que le déterminisme biologique de nos cerveaux vienne expliquer les différentes aptitudes de nos collaborateurs, autant que les références stéréotypées geeko-potache de certaines conf, comme si on partageait la même chambre de puceau boutonneux passionné de séries B et gêné par son sexe... Pour ce que j’en ai compris, HTML5 c’est un truc de grands ados, c’est pour frimer. La prochaine fois, parlons nichons et cunni pour les nuls, voulez-vous ? À propos, à quand les tee-shirts pour geeke, c’est-à-dire décolletés, pour qu’on puisse les porter dans la vraie vie ?

Un an pour changer le monde

Avant-gardiste et idéal, Paris Web présente le meilleur du moment et le retour à la réalité est souvent difficile : il faut tenir bon pendant un an durant, jusqu’à la prochaine édition et sa bouffée d’air frais, qui devient vitale. Cette fois-ci j’en reviens avec une féroce envie d’en découdre. Le compte à rebours a commencé : il nous reste un an, avant la prochaine édition, pour changer le monde du Web. Go go go !

Voir en ligne : http://www.paris-web.fr/2010/

Vos commentaires

  • Le 22 octobre 2010 à 10:26, par Dom En réponse à : Paris Web 2010

    références stéréotypées geeko-potache de certaines conf, comme si on partageait la même chambre de puceau boutonneux passionné de séries B
    Ouch, ça fait mal... Je suppose qu’il est difficile de plaire à tout le monde, et désolé si la présentation faisait passer le message qu’HTML5 est pour les geeks, ça n’était certainement pas notre intention — il s’agissait avant tout de montrer qu’HTML5 ouvre des nouvelles opportunités, dont certaines sont dignes de films de science-fiction.

    (si j’admets volontiers être geek et quelque peu potache, je ne crois pas être très boutonneux, ni passionné de série B, ni puceau ;)

  • Le 22 octobre 2010 à 10:51, par Romy Têtue En réponse à : Paris Web 2010

    C’est le stéréotype auquel il était fait référence, qui est boutonneux, etc. Je voulais pas « faire mal » en écrivant ce paragraphe, pardon, mais j’ai eu le sentiment d’être propulsée en arrière, à l’adolescence, dans la chambre tapissée de posters d’un copain de classe ou d’un cousin... J’ai l’impression que c’est un univers assez partagé par les « geeks », mais je crois que ça m’ennuie de plus en plus. Ce qui ne m’empêche pas d’avoir envie de jouer avec HTML5 et tout le reste ;-)

    Il me semble que les propos les plus intéressants de cette conf étaient tenus en marge des slides, comme des discussions en apartés, mais j’avoue avoir décroché ,-(

  • Le 22 octobre 2010 à 11:54, par julien En réponse à : Paris Web 2010

    Ça a trollé, évidemment, certains des créas du public exprimant un point de vue opposé, qui méprise la « technique »

    Hum, c’était pas du tout le propos mais bon... :)

  • Le 22 octobre 2010 à 13:13, par Romy Têtue En réponse à : Paris Web 2010

    @Julien : il y a les propos et les intentions, ton avis et les autres, mais le mépris était bien ressenti, côté intégrateurs. On en reparle bientôt dans la vraie vie, autour d’un verre ?

  • Le 22 octobre 2010 à 14:12, par Emmanuelc En réponse à : Paris Web 2010

    Hello Romy,
    j’ai précisé ma pensée Toshop/css - Occident/Orient en commentaire, chez Marie///Julien. Je vais finir par reprendre le commentaire en tant que billet sur mon blog.
    Du coup je suis moins « gonflé » maintenant :-)

  • Le 22 octobre 2010 à 14:29, par Romy Têtue En réponse à : Paris Web 2010

    Merci pour ces précisions. Je ne sais pas si j’ai jamais adhéré à la pensée que tu qualifie d’occidentale, cartésienne, tant il me semble évident que l’idée vient de l’action, de la pratique, et non l’inverse, particulièrement dans la création artistique. Comment cela pourrait-il fonctionner autrement ? Ça mériterait une conf, ça ! En attendant, je crois que l’année va être riche en publications :-)

  • Le 22 octobre 2010 à 14:40, par Stéphane Deschamps En réponse à : Paris Web 2010

    Bon je dois être un rien potache alors, moi ça m’a amusé mais ça a à voir avec le contexte : par la force des choses les communications institutionnelles doivent souvent revêtir une forme plus ou moins institutionnelle, et ce qu’ont fait les gens du W3C cette année avait le mérite d’être déconnant.

    L’article de Virginie mérite une lecture attentive, j’y reviendrai un jour où je ne travaille pas.

    Et puis pour le reste, dans les débats publics les mots dépassent parfois la pensée, et parfois c’est la perception du reste de la salle qui dépasse ce que veut dire celui qui parle.

    #sharethelove, quoi. :)

    Avant de passer définitivement pour un hippie, je voulais juste dire merci pour ton compte-rendu, structuré et réfléchi.

  • Le 22 octobre 2010 à 20:46, par Romy Têtue En réponse à : Paris Web 2010

    Ah bin ouais tiens... Je réalise que j’ai fait là un compte-rendu hyper sérieux, comme une urgence à bosser tout ça, sans prendre le temps de dire le plus important : cette ambiance unique, encore une fois énorme de générosité, tellement énorme que je ne sais le dire qu’à coup d’avortons de phrases, de tweets et d’onomatopées. Merci !

  • Le 23 octobre 2010 à 10:01, par Grégoire En réponse à : Paris Web 2010

    Merci Romy pour cet excellent compte rendu. Je n’ai pas eu l’opportunité d’y assister cette année mais j’espère bien en être l’année prochaine et t’y croiser à nouveau !

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom