Cache-cache avec le RGAA 3

11 janvier 2016,
par Romy Têtue

Mots-clefs associés à cet article :

Dites, avez-vous trouvé le RGAA 3 en ligne ? Vous l’utilisez ? Et comment faites-vous pour y survivre ? Des astuces ?

Mon premier contact avec le RGAA a lieu en formation à l’accessibilité, pour présenter les référentiels existants à mes élèves, au printemps dernier. La version 3 venant de sortir, nous décidons d’aller la découvrir ensemble. Problème : nous ne l’avons pas trouvée… Le RGAA 3 en ligne est en effet bien caché.

Où se trouve le RGAA 3 ?

Nous trouvons immédiatement le site « rgaa.net » et commençons à nous en servir. Ce n’est que plus tard que nous réalisons que ce n’est pas la bonne version du référentiel. Vu le nom de domaine, on ne doutait pas. Mais en cherchant mieux, on ne trouve pas… En réalité il est très vraisemblable que nous soyons passés plusieurs fois dessus, sans identifier le RGAA 3.

C’est en suivant les liens depuis un billet de blog passionné d’accessibilité, que j’arrive sur un site gouvernemental où il est dit que se trouve le référentiel, mais dont les termes de l’URL, « references.modernisation.gouv.fr », pas plus que le titre principal « Les documents de référence du S.I. de l’état », ne me mettaient sur la voie. Je suppose que je cherchais inconsciemment un site dédié.

Ce n’est pas un problème de référencement, puisque, les mois passant, ces pages remontent en pôle position sur la requête « RGAA3 ». Mais elles restent peu identifiables comme source effective : alors que l’on cherche un « référentiel d’accessibilité », plus précisément le « RGAA », ces mots n’apparaissent nulle part : ni dans le titre de page, ni dans l’URL… Comment pourrait-on deviner ?

« Référentiel », « Présentation », « Référentiel technique », « Guide d’accompagnement »… Sur laquelle de ces pages vais-je trouver le RGAA 3 ?

Sur ce site, beaucoup de blabla périphérique et des pages portant des titres semblables, qui tournent autour du pot et ne se distinguent pas. Parfois même deux pages contiennent le même texte avec un titre différent, parfois la feuille de style saute… Et toujours pas de référentiel en vue.

Trop bien caché

rgaa3-site-trouver.png

Celle titrée « Référentiel », dont voici la capture d’écran annotée, n’est qu’une page de présentation (1). Depuis celle-ci, rien ne se passe lorsqu’on clique le lien latéral intitulé « référentiel » (2) et pour cause — je le comprendrais plus tard — ce lien pointe vers la page courante.

Dans cette page, trois liens (4) : le premier est une introduction, le second un « guide d’accompagnement », que je choisis (5) après avoir bien considéré le troisième, nommé « référentiel technique ». Mais c’est bien ce dernier qui me télécharge un document PDF intitulé « Référentiel Général d’Accessibilité pour les Administrations - RGAA 3.0 » (6) : bingo, j’ai trouvé !

Juste au dessus, un paragraphe titré « version en ligne », que je n’ai pas vu, ne contient même pas un lien vers celle-ci — Pourquoi tant la cacher ? ne serait-elle pas aussi fiable ? —, contrairement au paragraphe suivant, « version téléchargeable », qui avait attiré mon attention par ces 3 liens bleus. Ce sont des tiers qui m’apprennent qu’il existe une version consultable en ligne. De même, c’est parce qu’on me guide, que je la trouve enfin : il faut cliquer « Référentiel technique » dans le menu latéral (7), qui échappe complètement à l’attention — dans cette page comme ailleurs dans le site — où, s’il est perçu, n’est pas compris pour ce qu’il est : un menu de sous-navigation. Mais pourquoi ne pas présenter la ressource essentielle de ces pages, le référentiel, en cœur de page, mais la reléguer en latéral ?

Cependant, pour ce que j’ai pu constater, les non-voyants ne semblent pas rencontrer de difficulté particulière et trouvent le référentiel en ligne beaucoup plus facilement. C’est donc bien la mise en page, l’habillage graphique, qui altèrent la compréhension.

De plus, l’appellation « référentiel technique » m’induit en erreur : derrière tel intitulé de lien je m’attendais à trouver une version destinée aux développeurs, c’est-à-dire destinée à la mise en œuvre technique, blindée de tests techniques et d’exemples de code, tandis que je cherchais le RGAA, lequel est avant tout un référentiel d’évaluation.

Lost in RGAA…

Puisque je l’ai enfin trouvé, je le bookmarke pour ne plus le perdre, puis m’y plonge et entreprends de l’étudier, m’en sers pour évaluer l’accessibilité de plusieurs sites… Au bout de 9 jours d’usage intensif, je craque. Les difficultés sont d’ordre manipulatoire et elles ne se résorbent pas avec l’habitude :

  • La numérotation des intertitres de la page vient s’emberlificoter dans la numérotation des critères et thématiques.
  • Les critères, en retrait, sont noyés dans cette arborescence, et se dérobent au regard lorsqu’on en cherche un en particulier.
  • La recherche dans la page (Ctrl+F) n’est pas aisée, parce que tout est replié. J’aimerais déplier par thématique. Sinon, tout déplier par défaut. Mais pourquoi plier/replier ? Pourquoi cacher le contenu essentiel ?
  • Et j’aimerais pouvoir filtrer par niveau. En réalité, c’est déjà possible, bien que ça m’ait longtemps échappé.

Dans mon usage quotidien du RGAA, qui est de faire de l’évaluation, vocation première de ce référentiel, mon besoin est d’identifier rapidement chaque critère, avec ses tests. J’applique donc une rustine CSS (via Stylish) pour atténuer sauvagement tout le reste et leur donner la lisibilité qui me manque :

La correction n’est que cosmétique, mais soulage déjà sensiblement. Une vingtaine de personnes l’ont déjà adoptée. Si je savais faire, j’ajouterais un menu latéral fixé, permettant de naviguer rapidement, voire filtrer, par thématiques. D’autres améliorations faciliterait l’usage :

  • Il est difficile d’établir un lien direct vers un critère : entrées homonymes (doublons ?), manque d’ancres explicites et stables
  • Les ancres vers le glossaire sont souvent ineffectives. D’ailleurs, le glossaire devrait constituer une ressource à part, car le vocabulaire qui y est définit dépasse le cadre du seul référentiel. Il devrait être possible d’y faire référence de façon indépendante, par une URL dédiée, par exemple dans un document usant du même vocabulaire, typiquement un rapport d’audit.
  • Les méthodes de test — en connaissiez-vous l’existence ? — devraient être linkées, tout comme les termes définis, au sein de chaque critère.

Bref, elle est sans doute très bien, cette nouvelle version du RGAA, mais elle reste trop laborieuse à utiliser. La pratique de l’évaluation nécessite de jongler entre différentes entrées : un critère, ses tests, méthodos de tests, définitions relatives… avec des va-et-vient incessants entre la grille d’évaluation — qui ne contient que les critères mais pas les tests, pourquoi ? — et le référentiel en ligne. Or, bien qu’hypertexte, cette interface ne facilite pas ces multiples allers-retours, en ne faisant pas (ou mal) les liens, et je m’y perds.

Bien que ce ne soit pas aisé, ni délicat, de le faire par écrit — un atelier présentiel autour du site conviendrait mieux —, j’ai essayé de rapporter ici, comme promis, à fin d’amélioration, les points d’achoppement dans l’usage du nouveau RGAA 3. Ce sont surtout des problèmes de vocabulaire, d’archi d’info, de lisibilité, de manipulation, d’URL et d’ancres… bref, d’utilisabilité.

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom