Les sept sites capitaux de 2006

25 octobre 2006,
par Romy Têtue

Mots-clefs associés à cet article :

Télérama nous présente les 7 sites « qui ont transformé la websphère » : Google, MySpace, Wikipédia, YouTube, eBay, Flickr, Mon Yahoo. Je vous invite à lire l’article de Télérama (n° 2960 - 7/10/2006), dont je modifie et complète quelque peu la sélection ci-après, en y ajoutant notamment del.icio.us et NetVibes.

Voici donc les sites qui sont en train de changer l’usage que nous avons d’Internet. Effet de mode ? non, pas seulement !

style='float:right;'>
Wikipédia
est de loin l’initiative que je trouve la plus intéressante. Un projet fou, utopiste, d’encyclopédie rédigée collectivement... par les internautes. Qui l’eut cru : ça marche ! Fondée en 2001, l’encyclopédie, gratuite et librement distribuable, compte aujourd’hui rien moins que 5 millions articles dans 250 langues, et est devenue une référence. Un tel succès montre qu’une communauté de bonnes volontés suffisamment importante parvient à réaliser — et à maintenir en qualité — le rêve d’un Internet partagé, libre et édifiant.

style='float:right;'>
del.icio.us
est un service de marques-pages collaboratifs en ligne, dit « social bookmarking ». Chaque internaute peut y référencer ses liens favoris, leur associer un certain nombre de « tags » (mots-clés), et surtout — d’où la composante sociale — visualiser les bookmarks et tags des autres. Je l’ai déjà dit : del.icio.us c’est délicieux !

style='float:right;'>
Flickr
(prononcer « flikère ») vous permet de stocker vos photos en ligne pour les partager avec ami-e-s & famille et/ou avec tout le Web. Ce site doit certainement son succès à sa simplicité d’utilisation qui n’ampute en rien la qualité et l’étendue du service. Il propose notamment plusieurs classifications possibles des photos, dont celle par tags. Ou comment partager sans jamais se paumer parmi les 250 millions de photos visibles.
Télérama cite également YouTube, site qui permet, de la même façon, la publication et le partage de vidéos, mais dont le contenu est globalement plus médiocre, entre humour potache et vidéo-gag, ce qui lui vaut le surnom peu avenant de furoncle du Web.

Télérama épingle MySpace pour son succès éclatant, mais dans le même type d’usage, je préfère citer style='float:right;'>
LinkedIn
, moins tape-à-l’œil et plus explicite. Ces deux sites font du social networking : on crée son profil, puis on invite ses connaissances, qui font ensuite de même... ce qui tisse un réseau relationnel par cooptation naturelle, spontanée et interactive. Une excellente façon de se faire connaître ! Moins potache ou fan-club que MySpace, et nettement moins laid, LinkedIn permet ainsi de tisser, étendre et gérer son réseau de contacts professionnels, et ce de façon plutôt sympathique. On regrette seulement que ce site soit si strictement anglophone, l’équivalent français, viaduc, étant un service payant.

Assez parlé de Google, ce monstre qui commence à faire froid dans le dos à force de toucher à tout ! Et pourtant... retenons tout de même style='float:right;'>
Google Calendar
. L’outil permet de gérer son agenda en ligne, de recevoir des alertes pour ne pas oublier les rendez-vous importants, bien sûr, mais aussi de partager son calendrier avec d’autres personnes, et inversement, de le synchroniser avec de nombreux autres calendriers partagés. Si bien qu’on ne consulte plus seulement son calendrier pour se rappeler ses propres rendez-vous, mais aussi pour se tenir au courant des disponibilités des ami-e-s et collègues, ou des événements sportifs, culturels, etc.

Ce n’est pas le seul site vide-grenier, c’est loin d’être le plus beau et le plus ergonomique, et son système d’enchères peut réserver bien des surprises, et pourtant... style='float:right;'>
eBay
n’en finit pas de grossir. Si le site est déjà ancien, son succès grandissant trahit un comportement nouveau, ses 180 millions de membres à travers le monde préfèrant acheter d’occasion plutôt qu’en magasin et/ou revendre leurs vieilleries plutôt que d’engorger les décharges.
Dans le même genre, je ne peux résister à la tentation de citer ici recupe.net, un autre site vide-grenier, quand à lui non marchand, puisque fondé sur le don.

Terminons par le meilleur, style='float:right;'>
NetVibes
, dont je parlais déjà ici. C’est... comment dire ? Imaginez : chaque matin vous ouvrez votre navigateur et s’affiche alors une page d’accueil personnalisée, faite pour vous, puisque faite par vous. L’idée n’est pas nouvelle puisque Mon Yahoo ! s’y efforce depuis 1996 déjà, mais les choix proposés et possibilités de personnalisation sont nettement plus vastes — vous y retrouverez notamment, mais pas seulement, tous les services des sites cités ci-dessus... en une seule page ! — et cela se fait désormais par simple glissé-déposé de blocs. Mais qu’attendez-vous pour construire votre propre page d’accueil vous-même !

Voir en ligne : http://www.telerama.fr/internet/M0610031459128 (...)

{#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

Vos commentaires

  • Le 31 janvier 2007 à 17:48, par Guiomz En réponse à : Les sept sites capitaux de 2006

    Merci pour ce bon article qui résume bien les avancés du net aujourd’hui. Effectivement, Netvibes est l’« outil » indispensable à tout bon internaute de nos jours. Depuis que je l’ai découvert, je suis complètement accroc :) Tout comme ceux à qui je l’ai montré.

  • Le 17 avril 2007 à 10:19, par bob le donneur En réponse à : Les sept sites capitaux de 2006

    He ben moi, je suis accroc du site RECUPE depuis que je l’ai decouvert !

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Raccourcis : {{gras}} {italique} -liste [bla->url] <q> <quote> <code>.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom