Les pétitions par mail : à quoi ça sert de signer ?

À rien !

22 mars 2001,
par Romy Têtue

Mots-clefs associés à cet article :

Je ne sais pas ce qui se passe en ce moment, mais je reçois plein de pétitions dans ma boîte à mails. L’une pour aider les femmes afghanes privées de la plupart de leurs droits de base, l’autre en soutien à l’action engagée par les intermittents du spectacle… Alors, je signe, je signe, et je fais passer. Parce que j’ai envie de signer, bien sûr. Et de faire passer. Mais réfléchissons un peu…

À quoi ça sert de signer ?

Signer une pétition par mail, en quoi cela est-il efficace ? Comment ça fonctionne ? Quelle est la valeur d’un nom rajouté à une liste, sans signature manuscrite, sans aucune preuve ? Une feuille de papier, on y appose sa signature, on discute avec celui ou celle qui nous la propose. Pas via mail.

Sur Internet où tout peut être virtuel, il est facile d’inventer 50 noms bidons, de les ajouter comme autant de signatures, de renvoyer le mail à son expéditeur, et le tour est joué. Facile même d’inventer une fausse pétition et de la mettre en circulation… et elle peut circuler indéfiniment, encombrant inutilement le réseau.

Sait-on quelle utilisation va être faite de la pétition que l’on vient de signer par mail ? Que deviennent les 20, 50 ou 150 noms ? Comment distinguer une pétition pipeau, un canular, d’une pétition bien réelle ? De quel organisme émane-t-elle ? À quels sites se référer pour en savoir plus ? Qui appeler ? Pour connaître l’utilité d’une telle pétition, et donc de ma signature ? Pour savoir à qui elle sera communiquée ? Quel usage sera fait de mon adresse courriel ? Sera-t-elle communiqué à des tiers ? Serais-je spammée en retour ?

Cela n’est que très rarement mentionné dans les mails-pétitions. On peut y lire l’histoire poignante d’une jeune fille africaine condamnée à mort par lapidation, s’insurger contre les horreurs que connaissent les afghanes [*], les difficultés dont souffrent les intermittents du spectacle… et après ? Plus le récit est poignant et joue sur l’émotion, plus la pétition est douteuse.

Mieux vaut signer en ligne

Il faut bien distinguer pétition par e-mail et pétition sur un site web : la première n’a aucune validité contrairement à la seconde. Ajouter son nom à une liste qui circule par courriel n’a pas de valeur. Mieux vaut signer sur un site en ligne.

Compatir, se révolter, ou dire son soutien est chose facile. Agir en est une autre. Signer à plusieurs, c’est déjà agir un peu. À condition que cela soit entendu, à condition que cela serve à quelque chose. Alors en signataire motivé·e et inquièt·e d’être utile à quelque chose, posez-vous ces quelques questions avant de signer une e-pétition, pour ne pas faire que brasser du vent et s’apitoyer vainement.

{#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Raccourcis : {{gras}} {italique} -liste [bla->url] <q> <quote> <code>.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom