Les pages jaunes me font voir rouge

5 décembre 2012, 5 février 2013,
par Romy Têtue

Mots-clefs associés à cet article :

Plus j’essaye d’y exercer mon droit de modification de mes données personnelles, plus je suis obligée d’en dévoiler !

Je découvre dimanche que mes coordonnées sont diffusées sur le Web, dans les « Pages Blanches », un annuaire de coordonnées dont je n’ai plus eu l’usage depuis mes années étudiantes. Sur le site dédié, pagesjaunes.fr/pagesblanches, une requête sur mon nom affiche adresse postale, numéro de téléphone et même un fax, que je ne me connaissais pas. Ça ne me plaît pas. J’ai toujours refusé d’apparaître dans l’annuaire, dès mon premier téléphone.

Je veux seulement supprimer mes coordonnées…

Je souhaite donc modifier ça au plus vite. Heureusement, il semble possible d’éditer ces informations en ligne, en cliquant sur le petit lien intitulé « C’est vous ? » agrémenté d’un picto en forme de crayon, qui me confirme dans l’idée que je peux éditer immédiatement :

Modifier ou complèter vos coordonnées

C’est ce que je décide de faire, confiante dans ce service que je connais de longue date, pressée de modifier les informations diffusées, en attendant de trouver comment supprimer la publication de façon définitive. Ça commence par l’ouverture d’un compte, en remplissant un formulaire, a priori court, mais qui se relève être en plusieurs étapes et trop curieux à mon goût, puisque je dois fournir :

  • mon nom
  • mon prénom
  • le nom de ma rue, que je souhaite modifier
  • mon code postal
  • deux numéros de téléphone, deux ! dont mon portable
  • et enfin mon adresse email

Illégale pratique de l’opt-out

Contrairement à ce que prétend ce site, tout est fait pour, non pas protéger mes données personnelles [1], mais au contraire m’inciter à les diffuser au maximum :

Un formulaire piégeux

Les valeurs par défaut — bien cachées dans un bloc replié ! — sont réglées pour divulguer mon numéro de téléphone portable, dans l’annuaire inversé et pour des opérations de marketing direct. Très vicieux !

Cette pratique, dite « opt-out actif », est surprenante car contraire à la loi française [2]. Je ne me fais pas avoir et je coche. Je suppose que j’étais diablement motivée pour n’avoir pas abandonné… Car je vais jusqu’au bout. Si. Résultat ? La modification demandée n’est pas immédiate. Je suis frustrée mais, bonne poire, je temporise, car il faut d’abord cliquer un lien reçu par courriel pour confirmer votre adresse email et activer votre compte.

Profil public créé malgré moi

Et aussitôt : Félicitations ! Votre profil PagesBlanches vient d’ètre validé par notre équipe éditoriale et nous vous remercions de votre contribution et un dernier message, le quatrième de la soirée, mais de « Laura » cette fois-ci, m’apprend que je viens de gagner 100 points — hein, quoi !? c’était donc un jeu ? — et que je peux augmenter ce total en complétant mon profil… Ouille, ça pue. Je peux désormais me faire des amis, participer à la communauté, animer mon profil, écrire des avis… mais ce n’est pas du tout ce que j’ai demandé !

Votre profil est complet à 30 %, dites-nous ce que vous aimez pour atteindre les 44 %

Le lendemain, la modification demandée n’est toujours pas effective. Lasse et vexée d’avoir été prise pour une couillonne, me retrouvant encore plus dévoilée qu’avant puisque désormais représentée par un profil perso sur ce site, je décide d’exercer mon droit d’accès, de rectification et d’opposition aux données personnelles [me] concernant [3] de la façon proposée par le site, c’est-à-dire via formulaire de contact. Celui-ci aurait pu être simple, puisque deux champs suffisent, mais non : même ce formulaire est l’occasion de récolter mes informations ! Je dois fournir :

  • mon adresse mail
  • ma civilité
  • mon nom
  • mon prénom
  • mon numéro de téléphone (encore !)
  • mon « N°/Voie/Lieu dit »
  • ma ville
  • mon code postal

Mes coordonnées sont toujours en ligne

Cependant, la réponse ne tarde pas : un message au sujet numéroté comme un ticket d’incident (No 1037950) accuse réception de ma demande de « liste rouge » — ah ? — et assure procéder à la suppression de mes parutions sur nos services d’informations locales sur Internet (fixe et Mobile), dans les meilleurs délais et sur la prochaine édition de nos annuaires imprimés — et merde, les annuaires papier existent encore et m’y voici imprimée ! — non sans incriminer mon opérateur de communications électroniques, vers lequel je me retourne donc dans la foulée pour m’opposer à la diffusion de mes coordonnées. Chez Free, ça se règle d’un coup de fil dans la soirée.

Cependant, mes coordonnées sont toujours en ligne. Je réponds donc au service relation client, pour exiger un retrait immédiat, mais le message me revient aussitôt, au motif que la boîte aux lettres du destinataire est pleine. Ce service croule vraisemblablement sous les messages… de réclamation ? Je rigole… jaune.

Je commence à désespérer. Agacée, je tweete :

Les #PagesJaunes, plus j’essaye d’y exercer mon droit de modif de mes #donnéespersonnelles, plus je suis obligée d’en dévoiler :(
— tetue (@tetue) Décembre 5, 2012

Divulgation de mes données à des tiers

Je ne croyais pas si bien dire. Alors que j’ai maniaquement évité tout abonnement, je reçois soudain l’info immobilière du jour suite à votre inscription Pardon ? Je peux me désabonner, encore heureux, en suivant un lien… qui relève d’un autre site, infos-immobilier.fr, me laissant comprendre que mes coordonnées sont déjà diffusées à des tiers. Quelques heures plus tard, je reçois une « offre partenaire », sélectionnée « pour moi », par AnnoncesJaunes.fr… où je découvre, effarée, qu’un compte a été ouvert en mon nom !

Excédée, je décide de procéder par courrier recommandé et tout le tremblement, mais suis arrêtée dans mon élan, ce jeudi matin, puisque la publication a cessé : je n’apparais plus sur l’annuaire, comme initialement demandé. Enfin !

Mais depuis, j’ai reçu la newsletter des Pages Jaunes qui prétend organiser mon week-end, la nouvelle brochure Terres Polaires, une proposition d’étude personnalisée de MutuellesetAssurances.com et d’Elite Assurance, de devis de chauffage de Reflexe Habitat, de rendez-vous avec la chance, avec Voyancis, le guide des meilleurs chauffages de MeilleurChoix.com, une invitation pour essayer le monospace Ford, un conseil d’investissement dans l’immobilier de Plusdimmo.com… Autant de tiers auprès desquels je dois demander la suppression des données me concernant. Trop tard, le mal est fait.

Bravo les Pages Jaunes !

Revendu par France Telecom à un fonds d’investissement Américain [4] qui l’exploite sans scrupules, l’annuaire des Pages Jaunes (et blanches) n’a plus rien à voir avec celui que je connaissais et a déjà fait l’objet de plaintes à la CNIL, qui pointait notamment un droit d’opposition difficile à exercer.

Une ergonomie qui induit en erreur et repose sur la gamification et l’imitation de facebook, en oubliant l’essentiel : l’utilisateur, qui ne trouve pas ce qu’il vient chercher, car ce n’est pas le but. La satisfaction de l’utilisateur est sacrifiée sur l’autel de la récolte de données personnelles. Comme le dit PagesJaunes Groupe [*], la valeur ajoutée, c’est l’audience que nous mettons à disposition des professionnels.. Le produit vendu, c’est vous, moi, nous.

Vos commentaires

  • Le 26 septembre 2013 à 14:30, par Used En réponse à : Les pages jaunes me font voir rouge

    D’expérience, il ne se passe absolument rien lorsqu’on veut contrôler le sort de ses données personnelles par téléphone. Il faut écrire à tous ces gens (Pages Jaunes, Google, annuaires professionnels, opérateur téléphonique, EDF, GDF, administrations, etc...), en recommandé, en visant aussi leur service juridique, en parlant de plainte à la CNIL, et en exigeant une information très claire sur le moyen initial par lequel l’entité a collecté les données, et sur les destinataires à qui elles ont été transmises. Par téléphone, ça n’amène à rien, et les procédures en ligne sont juste des voies de garage, là aussi inutiles et hypocrites.

  • Le 26 septembre 2013 à 17:47, par Tiwy57 En réponse à : Les pages jaunes me font voir rouge

    En plus, c’est marrant, mais c’est bien précisé dans les petites lignes en bas (quand on clique sur « C’est vous ? ») que « [nos données] ne seront ni cédées, ni vendues ou échangées. »

    La bonne blague. Pour ma part j’ai demandé à Orange de ne pas paraître dans l’annuaire. J’ai disparu des pages blanches.

  • Le 27 septembre 2013 à 11:32, par croisillon En réponse à : Les pages jaunes me font voir rouge

    Il m’est arrive une histoire similaire avec « Courrier International » ces derniers temps. En resume : meme si toutes les bonnes cases sont decochees tu recois des pubs pour des encyclopedies (en 2013 ?) et personne ne repond aux emails... Finalement j’ai decroche mon telephone pour avoir gain de cause et l’operatrice me dit « je ne suis pas d’accord avec ces manieres de faire mais c’est comme ca »... Et eux n’ont pas l’excuse d’appartenir a une boite sans visage.

  • Le 27 septembre 2013 à 20:25, par Switters En réponse à : Les pages jaunes me font voir rouge

    Oui, et l’INSEE m’avait fait le coup aussi, lors de mon dernier déménagement. Bêtement, j’avais suivi une procédure en ligne pour « déménager » auprès de la Sécu, des Impôts, etc. Résultat, plusieurs sites, du type « société.com », publiaient mes coordonnées. Il a fallu envoyer des recommandés A/R à tous ces gens. L’Insee fait fructifier ses fichiers, et il faut payer pour retrouver un légitime anonymat. Même chose pour mon FAI (l’un des 3, évidemment). Je déménage mon abonnement, mais mes choix précédents (pas d’annuaire, ni rien) ne sont pas pris en compte. Quant au tél. classique, on m’a refilé un ancien numéro de fax... Il a fallu, là aussi, trouver comment empêcher la messagerie d’enregistrer les appels « télécopie ». Dire qu’il y en a qui s’affichent délibérément... Société du spectacle, mais triste spectacle.

  • Le 2 octobre 2013 à 11:47, par letchesco En réponse à : Les pages jaunes me font voir rouge

    Juste une précision : ce n’est pas l’Insee (à ma connaissance) qui gère les données de la procédure en ligne de déménagements (sur monservicepublic.fr je suppose)

  • Le 11 avril 2014 à 00:13, par miletricien En réponse à : Les pages jaunes me font voir rouge

    Pour info, le 11/04/2014 rien n’a changé chez pages jaunes... absolument TOUT ce qui est écrit dans cet article est la Vérité.

    Impossible de supprimer un compte professionnel :

    • formulaires interminables (complètement inutiles, en plus)
    • nom + tél (perso) dans les pages jaunes (au lieu de la Sté)
    • nom + tél (perso) dans les pages blanches
    • propositions commerciales de toutes parts
    • etc...

    P’tain, je suis vraiment écoeuré !...

    J’ai inscrit ma boite sur des dizaines d’annuaires locaux ... j’ai aussi passé des tas d’annonces sur des sites de PA... et je n’ai JAMAIS eu de problème.

    Si vous avez la chance de lire ce message avant de vous inscrire sur PAGES JAUNES... je vous dis sincèrement FUIEZ !!!

    En plus, de nos jours, on peut très bien se passer des Pages Jaunes... même au niveau local !...

  • Le 3 juin 2014 à 14:55, par Stephsea En réponse à : Les pages jaunes me font voir rouge

    Bonjour,
    Moi, c’est un peu le contraire mais le constat est le même : nos données en nous appartiennent plus. Je souhaite être dans le pages blanches, j’y ai toujours été, jusqu’à récemment. Un compte pages jaunes pro a été créé à la même adresse que la mienne et mon nom a tout bonnement disparu de pages blanches, sans aucune question ou vérification vers moi.
    Je l’ai appris hier par des amis qui cherchaient mon N° sans le trouver. J’ai demandé à reparaitre mais on me demande de créer un compte. L’annuaire n’est donc plus un service public, mais une option plus ou moins stable, à la tête du client, et une gestion privatisée à l’extrême complètement opaque. Dédicace a ceux qui regrettent les fonctionnaires des Telecom et la bureaucratie face à des monopoles privés bien pires encore, et de loin : voraces et incontrôlables. Je n’en revient que ces changements arrivent sans aucun vague ni protestation.

  • Le 6 novembre 2014 à 12:11, par David En réponse à : Les pages jaunes me font voir rouge

    J’ai également cherché à droite et à gauche comment supprimer un avis mensonger sur leur site.. Et c’est peine perdu !
    J’ai posté mon message sur un genre de forum spécialisé : http://mon-compte.org/pages-jaunes/ si vous avez réussi à supprimer un avis négatif d’un concurrent n’hésitez pas à venir m’aider !

  • Le 14 avril 2016 à 18:39, par Oliv En réponse à : Les pages jaunes me font voir rouge

    Votre objectif est de supprimer vos données personnelles, l’objectif des pages jaunes est de créer des mécanismes (malsains) pour que la personne remplisse de son plein gré des informations complémentaires. Par cette pratique les pages jaunes savent que vous finirez peut-être par réussir peut-être dans 0.0001 % des cas, mais ils savent surtout que cette engin qui se moque de la loi est une pure machine récolter des données qui seront bien sûr vendue au plus offrant. Nous sommes en 2016, c’est Navrant ! Que fait la CNIL.

  • Le 14 février à 22:03, par guser En réponse à : Les pages jaunes me font voir rouge

    Pages sont des escrocs !! il font ce qu’ils veulent de vos données et ne respectent pas les lois !!
    J’essaye de me désinscrire de cet annuaire bidon !!!

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom