romy.tetue.net

Conception web, UI et UX,
sémantique, ergonomie et accessibilité.


Les filles des cités ? le 22 à Asnières...

10 novembre 2005,
par Romy Têtue


Des "gamins" de 14-18 ans traînent la nuit dans les rues, cassant tout sur leur passage, cramant des voitures. Des flics, des CRS, des pompiers reçoivent des jets de pierres, et même quelques tirs d’armes à feu. Des "grands frères", animateurs, ou imams interviennent pour calmer les esprits échauffés. Deux adolescents et un homme sont morts. D’autres sont blessés, plus ou moins grièvement...

Rien ne vous frappe dans le récit, qui s’allonge chaque jour, de ces émeutes ? cherchez bien... quelque chose qui crie par son absence.

Femmes et filles n’existent pas. Tout est au masculin dans cette actualité : ces "jeunes", ces émeutiers, sont uniquement des garçons, et côté police, pompiers, médiateurs sociaux et élus, des hommes. Tout est au masculin, aussi bien les problèmes que les solutions : construisons des stades pour occuper ces jeunes défavorisés qui n’ont aucun moyen d’expression... Et "elles" ? avez-vous pensé à "elles" ? à ce qu’il faudrait construire pour "elles" ?
Car il y a, dans ces quartiers, plus en souffrance que les garçons, ce sont les filles et les femmes, qui pourtant ne brûlent pas de voitures. Car on sait que partout où règne la violence, femmes et filles en sont les premières victimes. On ne me fera pas croire que la déferlante de violence qui embrase actuellement les cités épargne miraculeusement filles et femmes, qu’on malmène déjà sans vergogne en temps ordinaire.

On parle donc beaucoup des habitants des cités, des banlieues. Et leurs habitantes ? walou. C’est à croire qu’elles ont déserté la place. Elles étaient pourtant des milliers dans les rues à manifester, il n’y a pas si longtemps, en 2003, ranimant soudain la tradition du 8 mars, faisant soudain la une des médias [1]. Où sont-elles donc cachées ? Cette fameuse année où elles ont dit haut et fort qu’elles ne voulaient plus être ni putes, ni soumises, elles ont sillonné la France, tirant la sonnette d’alarme, brisant des années de silence, portant à la connaissance les violences quotidiennes dont sont victimes les « femmes des quartiers ». Aurait-on déjà oublié le point de départ de cette marche ? La mort de Sohane... brûlée, oui, comme une voiture.

Alors, où sont-elles ? Trois ans après sa fondation, Ni Putes Ni Soumises compte 4000 adhérents et des antennes dans toute la France et les problèmes des femmes des cités n’ont pas diminué sauf que s’il n’y avait auparavant aucune possibilité de dénoncer, aujourd’hui elles osent parler [2]. Quel(le) journaliste a eu la judicieuse idée de les entendre ? de relayer leur parole ?

Faut dire, les trouver, c’est le 22 à Asnières : il faut passer par le Canada pour avoir la France. C’est en effet sur les sites Web francophones d’outre atlantique [3] que j’ai quelque écho des femmes des cités françaises, et que s’exprime Fadela Amara, la fondatrice de Ni Putes Ni Soumises :

« À l’heure où la violence flambe dans les banlieues françaises, on parle beaucoup des jeunes adolescents rebelles, mais pas des filles. Pourtant, elles sont les premières victimes de la dérive des cités (...) qui a commencé il y a une quinzaine d’années, avec le chômage de masse qui a touché de plein fouet les immigrés. Nombre de pères se sont donc retrouvés sans emploi (...) dépossédés de leur autorité. Toutes leurs prérogatives sont, de fait, passées aux fils aînés. Les fils ont eu la responsabilité d’inculquer les valeurs familiales aux filles. "Leur mission était claire : protéger la soeur des prédateurs, la préserver vierge jusqu’au mariage", dit Fadela Amara (...) Peu à peu, la vigilance des frères a tourné à l’oppression. Les filles n’ont plus été libres d’aller et venir, la mixité en dehors du cercle familial a été progressivement bannie. Faire des études est même devenu un sujet de lutte puisque ces femmes étaient destinées au mariage et au foyer. (...) "Avec la ghettoïsation des quartiers, on a vu l’espace public de la cité devenir masculin et les filles raser les murs. Et les filles qui pouvaient pénétrer dans cet espace étaient celles qui portaient le voile parce qu’elles étaient respectées", précise Fadela Amara. » [2]

Voilà sans doute pourquoi la seule femme que j’ai pu voir aux infos est une jeune mère, voilée, entourée d’enfants, qui préfère refuser de répondre à la question du journaliste par autre chose que des lieux communs, ne pas parler, ne surtout pas émettre d’avis personnel, de crainte, lache-t-elle, de se faire embêter.

Les médias n’en parlent pas, et pour cause : non seulement voilées, cachées, calfeutrées et mortes de trouille, elles se taisent, mais les assos qui pourraient porter leur parole, sont elles aussi muettes.


[1] La marche des femmes des Quartiers a traversé la France pour aboutir à la grosse manifestation nationale du 8 mars 2003, jetant près de 20 000 personnes dans les rues de Paris.

[2] Les filles des cités, par Katia Chapoutier, collaboration spéciale, La Presse, quotidien Montréalais (Québec, Canada), édition du 9 novembre 2005.

[3] Pour être honnête, l’Alliance des Femmes pour la Démocratie a lancé un appel dès le 7 novembre 2005, mais qui, circulant par mail, n’a aucune visibilité. Il est relayé aujourd’hui sur l’excellent site canadien Sisyphe : Femmes, où sommes-nous, quand la violence s’empare du pays ?

Sinon rien de rien, toujours aucun communiqué sur les sites des assos françaises. Comment voulez-vous qu’un-e journaliste traîte ce sujet si rien ne l’interpelle, si les sources d’info qui sembleraient évidentes (NPNS, UFAL, CFL, CNDF ou même CDG) sont muettes !

Voter pour cet artice sur hellocoton.fr Netvibes Del.ico.us

Vos commentaires

  • Le 19 novembre 2005 à 14:41, par ? Gravatar En réponse à : Espace de débat « banlieue sans femme, banlieue s’enflamme »

    « Deux semaines qu’on parle de violences urbaines... les problèmes et les jeunes dont on nous a parlés jusqu’à présent sont "asexués" aux yeux des medias et des politiques... ou alors, l’évidence est-elle sous-entendue ?

    Les filles et les banlieues... quelques articles (ex. magazine ELLE !), la radio (ex. le téléphone sonne, sur France Inter il y a quelques jours), les sites des mouvements (ex. Ni Putes ni Soumises). Faut-il en faire plus ?

    Quelques jours à peine qu’on commence à prononcer les mots ... "femmes, filles, mères"... qu’on suggère qu’elles ont ou sont peut-être les solutions... mais en quoi font-elles partie du problème ? Leurs problèmes à elles, c’est quoi ? c’est qui ? et puis, de quelles femmes, quelles filles parle t-on ? De quelle marge de manoeuvre, pouvoirs, moyens disposent-elles pour définir, proposer, négocier des solutions ? LEURS solutions. »

    Le réseau Genre en action vient d’ouvrir un espace de débat autour de la dimension genre des violences urbaines en France (et ailleurs pourquoi pas).

    Banlieue sans femme, banlieue s’enflamme ? Un forum sur les rapports hommes-femmes dans les banlieues dans le contexte des violences urbaines. Un débat à part ou à part entière ?

  • Le 26 novembre 2005 à 03:41, par Romy Têtue Gravatar En réponse à : Les filles des cités ? le 22 à Asnières...

    Le lendemain, toujours sur un site d’outre atlantique :

    « Grandes absentes des émeutes, recluses chez elles, les jeunes filles des banlieues ont de la difficulté à vivre leur vie de fille, changer les mentalités, faire comprendre aux garçons qu’elles ne sont ni putes, ni soumises.
    Pas toujours rose, la vie des filles des cités. Pourtant, leur combat pour le droit au respect, elles ne le mènent pas dans la rue en fracassant des vitrines, incendiant des écoles et des milliers de voitures. Elles laissent ça aux garçons. Garçons qui les traitent si facilement de putes. »
    « Ni putes ni soumises », Canoe Infos International, 11/11/2005

  • Le 21 décembre 2007 à 16:46, par sara Gravatar En réponse à : Les filles des cités ? le 22 à Asnières...

    c vrémen triste tt sa franchmen je pense kil devré y avoir des entrenemen de boxe special pr les fille de banlieu pou rkel se defende kan les garcon jou leur malin

  • Le 21 décembre 2007 à 16:50, par samira bouchrita Gravatar En réponse à : Les filles des cités ? le 22 à Asnières...

    je né kune chose a dire:lesb filles prené la parole !!!!!!!!!si tt le monde mé du sien vs y arriveré wallah..........c vraiment déguelasse et triste.....c grave mé allah nous voit.....le jour du jugement arrive..

Un message, un commentaire ?


Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d'abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n'oubliez pas d'indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom