La valse des fournisseurs Internet

Ou comment s’emmêler dans les câbles et les FAI

30 mars 2004,
par Romy Têtue

Mots-clefs associés à cet article :

Je n’ai que des merdes, que des merdes, que des merdes… avec mes fournisseurs d’accès Internet (pas seulement, mais faisons simple).

Un fournisseur d’accès Internet (FAI) est une société qui fourni (à un client) un accès au réseau mondial nommé Internet. Cet accès peut s’effectuer (au choix) par le fil du téléphone, par « le câble », ou l’ADSL. Cela dépend de l’équipement de votre logement, des accords conclus en matière de télécomunications par votre municipalité ou votre région. Bien. Faisons simple.

J’ai longtemps utilisé l’accès gratuit (et excellent) proposé par Free. Puis, séduite par le haut débit, j’avais choisi le câble, fourni par Noos. Tout allait très très bien, jusqu’à ce que j’emménage à quelques encâblures de l’autre côté du périphérique (Quitter Paris…). Grrr.

Noos ne répond plus…

Mauvaise surprise : Noos ne fourni pas la ville où nous emménageons. Du jour au lendemain je me retrouve cruellement coupée d’Internet : plus de Web, plus de courriel... Je demande donc résiliation pour motif de déménagement dans une ville non raccordée au réseau Noos. Le préavis est raccourci à un mois, c’est bien fichu.

Quelques mois plus tard, je réalise que Noos continue de prélever les mensualités de mon abonnement comme si de rien n’était. Je fais opposition… les voici qui me relancent pour impayé ! Mon courrier de résiliation n’aurait jamais été reçu. Impossible de leur faire entendre raison. Au total, je réitère ma demande de résiliation par 3 courriers AR (faisons simple), ils se trompent mille fois sur la date de prise d’effet (infoutus de bien connaître leurs conditions générales de ventes), encaissent finalement 4 mois d’abonnement (pendant lesquels, je ne puis malheureusement pas profiter de leur services), finissent par reconnaître leur erreur et accepter de rembourser le trop-perçu.

Ne m’ont finalement remboursé qu’une mensualité au lieu de 4… j’attends toujours.

UPC France me saute dessus

Entre temps, je contacte l’opérateur câblé local, UPC France, pour souscrire un abonnement équivalent et en faire bénéficier toute la coloc. Le téléphone coupe en pleine négociation avec leur commerciale, ça tombe bien, car il se trouve que la coloc, finalement, hésite encore entre câble, téléphone & ADSL…

Pas de bol : mon inscription a quand même été prise en compte. Je trouve ça un peu cavalier, mais ne râle pas tant je suis pressée d’avoir accès à Internet. Et tant pis : ce sera pour ma pomme. Je me retrouve avec des câbles qui parcourent ma chambre en tous sens, faisant des aller-retour inutiles, faisons simple, et rien qui marche, faisons simple. Ah si, ça marche, finalement. On ne sait pas pourquoi, mais ça marche. Très bien d’ailleurs.

Free : pas cher, pas cher ! mais démerde-toi…

Quelques mois plus tard (faisons simple), la coloc se décide enfin… pour le fournisseur d’accès Internet via l’ADSL : Free Telecom. Tout fonctionne à merveille avec UPC France, mais Free Telecom est plus adapté à la coloc et excessivement moins cher (29€ mensuels pour du super-haut débit, pince-moi je rêve).

Tout est à refaire : d’abord souscrire chez France Télécom pour obtenir une ligne de téléphone, indispensable pour que le gentil génie ADSL circuite jusqu’à chez nous… attendre… puis commander un modem spécifique, la FreeBox (qui met, paraît-il, des mois pour être livrée)… attendre.… attendre encore…

Ne pas oublier de résilier chez UPC France avant la fin des trois mois d’essai. Oui, même si le nouvel accès n’est pas encore activé. Oui, même si j’ai un site web à livrer à un client dans les jours qui viennent… Grrr…

Y’a rien qui tourne rond. Je ne sais plus combien j’ai envoyé de courriers AR ni combien de chèques j’ai signé. Et pas moyen d’être correctement connectée depuis 5 mois.

Vos commentaires

  • Le 9 juillet 2009 à 14:41, par Fil En réponse à : La valse des fournisseurs Internet

    J’ai une expérience similaire avec NEUF, qui m’a harcelé des mois durant parce qu’au moment de la résiliation j’avais mis la lettre de résiliation avec le modem. Apparemment fallait faire autrement, c’était écrit en tout petit dans un contrat paraît-il. De là à me facturer un an de connexion dans l’appart’ où je n’habitais plus, non. Impossible de s’expliquer au téléphone avec les opérateurs, impossible de s’expliquer avec la société de recouvrement. En fait la bonne technique, c’était de les ignorer. Ils ont fini par disparaître, m’oublier, ou perdre ma trace.

  • Le 14 janvier 2013 à 14:33, par Carole En réponse à : La valse des fournisseurs Internet

    Décidément vous les enchaînez les problèmes ! Dernièrement j’avais vu un article sur la fibre optique et il y avait des soucis avec les techniciens !
    Moi c’est pour mon alarme maison que j’avais du mal... Bon courage !

  • Le 15 avril 2013 à 21:34, par marc En réponse à : La valse des fournisseurs Internet

    Idem quelques années plus tard avec Free qui bride youtube, numéricable qui beug complet... Bravo la technologie.

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom