Kiwi Party 2013

Compte-rendu de la Kiwi Party 2013

28 juin 2013, 11 juillet 2013,
par Romy Têtue

Mots-clefs associés à cet article :

Petite mais costaude, la Kiwi Party est une journée de conférence web organisée par Alsacréations. De belles rencontres et de très bonnes conférences autour du CSS, de l’ergonomie et de l’accessibilité.

Des CSS pour Gutenberg

Gutenberg a habité longtemps ici, à Strasbourg. Regardons donc un peu si CSS permet déjà aux éditeurs du Web d’être ses dignes successeurs… C’est ainsi que débute la Kiwi Party, avec le co-inventeur du CSS, avec Bert Bos, invité d’honneur de l’événement. Bien que très impressionnée, j’ai eu l’occasion d’échanger quelques mots avec lui, et j’étais émue — surtout après un Gewurztraminer — de l’entendre rappeler la simplicité volontaire du CSS, avec un délicieux accent néerlandais.

CSS pour les livres

Avec CSS pour les livres (numériques), Bert Bos présente ce que ce langage peut déjà ou bientôt faire pour la mise en page des livres, imprimés ou numériques. Le langage CSS n’est originellement pas prévu pour la mise en forme des livres, qui se faisait avec XSL, désormais supplanté par les formats EPUB, si bien que de nombreux livres sont déjà formatés en CSS. Colonage, veuves et orphelines, numéros de page, etc. sont déjà possibles avec les propriétés CSS columns, page-break-*, widows/orphans et @page. Césures et notes de bas de page (avec hyphens et content: string(chap, first);) sont des fonctionnalités en développement. Le W3C travaille aussi aux notes de marges, tables de matières, grille, pagination, etc. « Oui, l’ambition est de faire aussi bien que LaTeX avec CSS » répond Bert Bos, mais ce n’est pas pour tout de suite. Voici un compte-rendu clair et complet.

Typo, web, CSS et publication… je kiffe ! Mais quid de l’accessibilité, demande Armony : De chouettes fonctionnalités CSS pour les livres électroniques… mais avec du contenu inséré via CSS (chapitrage, pagination) […] L’accessibilité encore oubliée des futures spécifications ! Je suis aussi réservée sur cet usage du CSS pour tout formater d’un document texte et m’interroge sur la séparation du fond et de la forme. Le contenu devrait être dans la page, dûment balisé. À suivre !

Projet ergonomique et intégration accessible

Ce que vous avez toujours voulu savoir sur CSS

Après quoi Vincent De Oliveira donne un très bon cours de CSS, très complet : il part des bases (cascade, poids des sélecteurs, box model, etc.) et pousse jusqu’aux aspects les plus sophistiqués, pour beaucoup méconnus. À voir et revoir : ce que vous avez toujours voulu savoir sur CSS et même plus !

L’accessibilité, ce n’est pas que pour les aveugles et les handicapés, nous rappelle Jennifer Noesser, avec plein de petits exemples explicites de code et des illustrations éloquentes : une page qui gigote de partout, c’est comme vivre dans une boîte de nuit ; une page sans liens d’évitement, c’est un peu comme un ascenseur sans boutons qui s’arrêterait à chaque étage ; une page sans indication de la langue est un peu comme un Français à l’étranger… Pour avoir déjà travaillé ce sujet, j’apprécie particulièrement son approche, simple et pédagogique, bravo ! À voir : L’accessibilité, mon ingrédient secret.

Y'a pas de pépins, y'a que des solutions !

Comment se déroule un projet ? Duo de choc, Chloé Temesvari et Philippe Roser démontent les idées reçues et déjouent les pièges de la gestion de projet, à commencer par la lettre au Père Noël que constituent les demandes du client, à laquelle il faut savoir dire non pour ne pas se retrouver avec un site impossible à vivre. Je suis d’accord avec eux : l’ergonomie n’est pas un petit plus sur un projet, mais une nécessité pour les utilisateurs, à chaque étape. L’ergonomie ne doit pas être de la responsabilité du seul ergonome, mais doit être partagée avec tous les intervenants : créa, inté, dev, etc. Y’a pas de pépins, y’a que des solutions ! (PDF)

Dans le même genre, j’ai eu le plaisir de partager mes recherches sur le vocabulaire de la conception : Du zoning au mockup, itinéraire d’une maquette web. Il fut aussi question d’intégration d’e-mails responsive, d’accélérer ses pages Web, de CSS kick-ass avec Sass, d’AngularJS et je regrette vraiment de n’avoir pas vu la conférence de Nicolas Hoffmann : Google Analytics vu de l’intégrateur/développeur.

No porn in Mozilla

C’est à Tristan Nitot, évangéliste de Mozilla, que revient le mot de la fin, avec la présentation de Firefox OS. Il défend le Web comme espace de liberté, rappelant l’esprit de partage, fondamental. En 2012, il s’est vendu davantage de smartphones que d’ordinateurs de bureau. Celles et ceux qui découvrent le Web aujourd’hui, le font sur mobile : 2 milliards de personnes vont découvrir internet via smartphone, sans avoir jamais touché ni même vu un PC. Les nouveaux internautes sont d’abord mobinautes. Or le marché de la mobilité est actuellement disputé par les monstres Apple et Google. Mozilla se positionne comme contre pouvoir, équilibrant les forces sur Internet, entre commercial et non-commercial. Firefox OS est un système d’exploitation open source qui repose exclusivement sur des technologies web (HTML5, JS, CSS) et tourne sur des téléphones à configuration réduite.

Code is poetry

Nous rappelant brutalement que nous vivons dans un milieu avant tout masculin et à tendance machiste, Nitot précise : « il n’y aura pas de porno hard core dans le Firefox Marketplace » [*]. La pornographie n’étant qu’aliénation et non liberté d’expression [**], j’apprécie qu’un opérateur libre n’en mette pas à l’étalage. Merci. Bon débarras. Mais d’autres s’offusquent de la privation de liberté que cela représenterait — toujours prompts à défendre leur liberté, hein, pas celle des autres [**] — tandis que je m’étonne qu’on fasse si grand cas de la branlette… laquelle n’est pourtant nullement interdite. Êtes-vous bien sérieux ?

Contrairement à l’Apple Store et au Google Apps Marketplace, le Firefox Marketplace n’est pas un intermédiaire obligé : ce n’est pas le seul endroit où trouver des applis compatibles, lesquelles peuvent être distribuées librement partout sur le Web. Il n’y a ni censure ni privation de liberté. Un autre exemple, moins polémique que le porn, aurait mieux expliqué cela.

Le kiwi, c’est fantastique !

Émue de mon tee-shirt Alsacréations !

Je suis enchantée du voyage, ravie d’être venue voir l’émérite équipe Alsacréations chez elle. J’ai reçu un tee-shirt siglé, qui m’a fait un effet flashback, me renvoyant aux premières fois où j’ai croisé ces pages sur le Web, vers 2003, puis ensuite, tout ce que j’ai appris avec ce site, ses forums généreusement édifiants, ses articles, tutos et exemples, les quizz et concours CSS… Depuis dix ans, Alsacréations pratique et promeut les standards du Web en France, le CSS et l’accessibilité. Merci !

Strasbourg est une ville magnifique, qui vit autour de sa cathédrale et où l’on fait un Web plus beau. Avec sa bonne ambiance, simple et décontractée, ses excellentes conférences et ses chouettes rencontres, la Kiwi Party n’a rien à envier aux autres. Goûtez au Web, pas aux pépins !

  • Dans le TGV, en route pour la Kiwi Party, et déjà du kiwi au menu !
  • Cathédrale de Strasbourg
  • Intégrateur
  • Comput(er) ecclésiastique
  • On teste le futur site sur HTC desire Z
  • Choucroute strasbourgeoise
  • Cathédrale de Strasbourg
  • Mike Monteiro sous la pluie

Voir en ligne : http://kiwiparty.fr

Vos commentaires

  • Le 11 juillet 2013 à 14:17, par GoOz En réponse à : Kiwi Party 2013

    Je vais me laisser aller à une réponse ici, puisqu’on m’y invite depuis Twitter.

    Que Mozilla décide de refuser les contenus pornos pour des pratiques, pragmatiques ou éviter toute problématique technique que cela pourrait engendrer (blacklisting, PALC, etc), je comprends tout à fait. Et je n’aurais rien dit contre ça.

    Mais qu’on me dise que c’est pour des raisons éthiques, de choix moraux propre, pour combattre le patriarcat, etc, me dérange beaucoup plus.
    Ce n’est, à mon sens, pas le rôle de Mozilla de faire ça.
    Le simple fait que Mozilla ait fait un choix moral me dérange en fait.
    D’autres diront que Mozilla ne m’empêche pas d’installer des apps au contenu porno, puisqu’il n’y a pas un unique marketplace, et ce serait vrai. Sauf que, par le fait même de refuser ces apps au nom de la Morale, c’est un message nettement plus fort qui est diffusé, on devrait/pourrait comprendre que le porno c’est le mal, c’est immonde, que seule une personne non saine d’esprit pourrait en consommer.

    Je pense juste que par respect pour TOUT LE MONDE, Mozilla aurait dû, je pense, rester moralement neutre.

    Le pire dans tout ça c’est que je ne pense même pas que c’est pour raisons morales qu’ils ont décidé ça. Mais plus parce que c’est techniquement plus contraignant et qu’ils ne souhaitent juste pas être associés au porno (tu peux me traiter de cynique). Mais ça fait plus joli de dire qu’on choisit le camp du « bien » juste plus que la neutralité du pleutre.

    Et accessoirement je ne vois pas en quoi, c’est empiéter sur TA liberté que d’autoriser du porno. Tu es libre de ne pas aller dans la section porno du marketplace à ce que je sache.

    Je ne m’étendrai pas là-dessus mais systématiquement classer un contenu pornographique comme un medium diffuseur de notion patriarcale, c’est réducteur et plein de préjugés.

    Voilà, j’ai relativement fait le tour.

  • Le 11 juillet 2013 à 17:09, par Romy Têtue En réponse à : Kiwi Party 2013

    Et accessoirement je ne vois pas en quoi, c’est empiéter sur TA liberté que d’autoriser du porno. Tu es libre de ne pas aller dans la section porno du marketplace à ce que je sache.

    Vraiment ? Je vais citer une seule raison parmi d’autres, sans même dérouler l’argumentaire anti-patriarcal : le porn m’emmerde quotidiennement par les allusions récurrentes qui y sont faites dans les conversations, y compris professionnelles, parfois illustrées visuellement, parfois d’extraits vidéos. C’est un élément de « culture » que je ne partage pas, et j’ai le droit, sans avoir à en justifier, merci. C’est devenu un environnement auquel il est impossible d’échapper : je suis privée de la liberté de ne pas en voir quand je ne le souhaite pas.

    J’apprécie donc les espaces — quelque soit leur « morale », osef — qui m’offrent la liberté de n’y être pas exposée. Merci.

    Parmi celles et ceux qui ne se soucient pas que d’eux-mêmes, certainᐧeᐧs boycottent Nike qui exploite les enfants, certainᐧeᐧs dénoncent les cages dorées que sont Google et Apple, certainᐧeᐧs combattent l’aliénante industrie du porn, etc.

    Je ne comprends pas comment il est possible de dépenser autant d’énergie à défendre la florissante industrie du porn ni pourquoi il est si important de soutenir sa diffusion, jusque sur le marketplace d’un système d’exploitation… Allô ?

    Mais je crois qu’on ne peut pas se comprendre sur point, parce qu’on ne regarde pas par le même bout de la lorgnette.

    Peut-on donc s’en tenir au sujet principal, c’est-à-dire à la passion du code et des choses bien faites ? et à la préservation de l’espace de partage qu’est le Web, pour les plus engagéᐧeᐧs ?

  • Le 11 juillet 2013 à 20:52, par GoOz En réponse à : Kiwi Party 2013

    Ok. Très bien.
    Fallait pas venir filer le lien de ce billet sur Twitter en expliquant que tu as précisé ta pensée à propos du « No Porn in Mozilla » si derrière tu refuses le débat et me reproche de ne pas respecter le sujet principal du billet, hein.

    J’irais presque croire que tu étais agressive et condescendante dans ta réponse. Mais on va dire que je ne t’en tiens pas rigueur si c’est le cas.

    Comme tu dis, on ne peux pas se comprendre et ça me va comme ça. Point.

  • Le 11 juillet 2013 à 23:37, par Romy Têtue En réponse à : Kiwi Party 2013

    M’enfin ?! désolée que tu le prennes comme ça, mais non, nulle agressivité de ma part ! Décidément, que d’émotions pour du porn :(

    Remarques : je ne prétendais préciser que mon tweet initial, dont l’enthousiasme avait questionné, et non pas expliquer à sa place la position prise par Mozilla. Sur ce point Clochix et Nitot ont déjà répondu. Quant à l’invitation à s’en tenir au sujet initial, elle valait d’abord pour la conférence, comme exprimé dans l’article.

    Bref, beaucoup d’incompréhension.

  • Le 12 juillet 2013 à 09:19, par Luc En réponse à : Kiwi Party 2013

    Excellent CR ! (et merci pour la référence)

    Pour compléter l’échange sur l’affaire Firefox OS, je pense que l’industrie pornographique n’a que faire d’être visible sur le marketplace. Pour la simple raison que ceux qui sont intéressés par ces produits sauront très bien les trouver tout seul.

    Étant donné la nature de ces contenus, ça ne me choque pas non plus de ne pas les trouver sur le marketplace officiel (ouvert à tous les publics). Surtout en sachant qu’ils seront librement accessibles par ailleurs. Comparé aux concurrents, ça reste quand même un énorme pas en avant.

  • Le 16 juillet 2013 à 10:37, par STPo En réponse à : Kiwi Party 2013

    (désolé, j’avais raté ce débat ici)

    > No obscene pornographic materials, or graphic depictions of sexuality or violence.

    (Texto dans les content guidelines du Marketplace.)
    Alors je suis peut-être un ignoble mâle dominant assoiffé de sexe et de violence gratuite, mais j’ose tout de même trouver ça extrêmement subjectif. Qu’est-ce qu’une pornographie « obscène » ? Et une « représentation graphique de la sexualité ou de la violence » (sic) ? Peut-on imaginer frontière plus floue, arbitraire, condamnable ? Mille exemples d’abus me viennent instantanément en tête.

    Autant je comprends très bien qu’on interdise les contenus illégaux, autant je déteste l’idée qu’on censure quelque chose au nom d’une morale (ou d’une religion, ou de quoi que ce soit d’autre), et je suis en ceci excessivement déçu que Mozilla rejoigne la meute des loups d’Apple, Google et autres pour hurler à l’unisson.

  • Le 16 juillet 2013 à 11:37, par Romy Têtue En réponse à : Kiwi Party 2013

    STPo : et tu trouves pertinent de venir (re)définir les limites de la chose ici, pile à la suite d’un article qui trouve qu’évoquer le porn était une digression inappropriée ? C’est précisément ce genre de comportement envahissant et insistant qui me fait préférer les espaces libres (de porn). Sans considération morale, juste par besoin d’air.

  • Le 18 juillet 2013 à 18:51, par STPo En réponse à : Kiwi Party 2013

    Euh... Pardon de venir commenter ce dont parle (entre autres) ton article, hin. Et oui, j’ai le très grand tort de penser que ce sujet mérite un peu de réflexion, mais bon apparemment pas ici.

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom