Je vote !

Dimanche 21 avril 2002, vers 18H

21 avril 2002,
par Romy Têtue

Mots-clefs associés à cet article :

Ça fait dix fois que je vérifie ma carte d’électrice toute neuve et que j’y relis l’adresse du bureau de vote. C’est en bas, dans la rue. Une école municipale. J’y vais.

J’ai un drôle de trac : c’est la première fois que je vote dans ma ville, à Paris, où j’habite pourtant depuis plus de 5 ans. C’est surtout la première fois que je me rends seule aux urnes. Ça me fiche un drôle de sentiment de responsabilité et d’indépendance. Très agréable...

Rien à signaler : personne devant le bureau de vote. Quelques rares petites affichettes photocopiées indiquent le parcours dans les couloirs déserts. Je déboule dans une vaste salle : deux rangées de tables alignées où sont étalés les 16 piles de bulletins de vote forment une allée. Après les isoloirs trônent les urnes, gardées par quelques gens peu souriants.

Je m’avance... comment fait-on déjà ? Je tends maladroitement ma carte d’électrice et mon passeport. Ah ! idiote que je suis, j’ai oublié de signer ma carte !
Je reste un instant stupide devant les 16 bulletins, en sachant pas combien en prendre... Deux suffiront, je file à l’isoloir.

D’abord le souvenir d’avoir déjà été là, dans les jambes de ma mère, trop petite pour apercevoir ce qui se tramait sur la tablette... et puis, le plaisir d’y être maintenant, seule, sûre que personne ne me dérangera, libre... Je verserais presque une larme d’adoration pour cet isoloir fait d’une pauvre toile grise, pendue à un support branlant, vraiment pire qu’une qu’une cabine d’essayage chez un fripier !
Il y a des endroits sur terre où les gens n’ont pas cette liberté. Où on ne leur demande pas leur avis. Ma grand-mère n’a pas toujours eu le droit de voter. Moi, je peux. Alors je fais : je glisse le bulletin dans l’enveloppe, je ressors... je ne me sens plus de joie !

J’ai presque l’œil mouillé lorsque je m’avance vers l’urne, un peu trop monumentale et transparente à mon goût. Carte d’électrice et passeport à nouveau. J’ai la main tendue, l’enveloppe suspendue au dessus de la fente, j’attends... mon enveloppe glisse et rejoint le tas de petits papiers bleus : « a voté ! »

{#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Raccourcis : {{gras}} {italique} -liste [bla->url] <q> <quote> <code>.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom