Je bosse dans un film de Kubrick

7 septembre 2011,
par Romy Têtue

Mots-clefs associés à cet article :

Je n’ai pas eu besoin d’aller à la fabuleuse rétrospective consacrée à Stanley Kubrick par la Cinémathèque Française, car au même moment j’embauchais sur un nouveau lieu de travail où il me suffisait de baisser les yeux pour me perdre dans l’étendue de la moquette psychédélique de Shining...

Je n’aime pas Kubrick et son cinéma angoissé, pervers, misogyne et mégalo. Bien que l’ayant vu plusieurs fois je ne comprends pas 2001 : l’odyssée de l’espace (1968) — et je ne suis pas la seule si j’en crois ces commentaires, consécutifs à cette nécessaire explication à bâiller d’ennui. J’ai détesté Orange mécanique (1971), que j’ai trouvé d’une violence aussi ostentatoire qu’inintéressante — dans le même genre, je préfère encore le faux documentaire belge noir et blanc de Belvaux, Bonzel et Poelvoorde, C’est arrivé près de chez vous, qui a au moins le mérite de nous impliquer, parodiant un certain voyeurisme télévisuel.

Nous sommes en 2011, à plusieurs dizaines d’années de distance de ces films, et chaque matin je rejoins mon bureau, au bout d’immenses couloirs moquettés où je circule sous l’œil de HAL, saluant poliment les inconnus qui passent, qui sont mes collègues. Parfois je crains, lorsque tombe la nuit, de voir débouler un tricycle, propulsé par un inquiétant petit blondinet en salopette... Mais ce n’est que mon imagination qui cavale, telle un grain de sable dans toute cette belle machinerie.

Shining

Constitués de placards d’archives séparés par des portes, à intervalles réguliers — comme dans un hôtel —, les murs sont d’une épaisseur qui cache au regard l’intérieur des pièces — ambiance bunker —, si bien que j’ai mis longtemps avant de réaliser que je n’étais pas seule dans ce bâtiment, dont des clones sont disséminés alentour, comme autant de monolithes tombés du ciel, phagocytant un cloître dominicain... Combien d’âmes sommes-nous donc ici, piégées dans ce fantasme kubrickien ?

Sous l'œil de HAL...

Mais j’aime assez ce décor anachronique, très seventies, pour avoir envie de porter des chaussettes assorties aux moquettes de l’hôtel Overlook, du coté de la chambre 237...

Vos commentaires

  • Le 7 septembre 2011 à 10:09, par James En réponse à : Je bosse dans un film de Kubrick

    Au moins, tu sembles avoir apprécié Shining ...

  • Le 7 septembre 2011 à 18:08, par nobo En réponse à : Je bosse dans un film de Kubrick

    Cet article me semble écrit dans le seul but d’embêter les fans de Kubrick.

    « son cinéma angoissé, pervers, misogyne et mégalo » là du coup c’est moi qui ne comprends plus Kubrick... peut être que quelques arguments serait les bienvenus.

    Sinon, je ne vois pas en quoi l’explication de 2001 est nécessaire (surtout quand elle prend une forme effectivement aussi ennuyeuse) Même si j’avais une interprétation personnelle de ce film, je n’irais pas jusqu’à dire que je l’ai « compris ». Et je ne m’en porte pas plus mal. Heureusement, un film ne se limite pas à son fond ou a son explication.

    « C’est arrivé près de chez vous » est-il possible sans les films de Kubrick ? N’est-il pas un peu anachronique de les comparer (surtout au niveau du traitement de la violence) ?

    Pour ce qui est du décors de Shining, je vous invite à voir cette vidéo

    Enfin, je suis bien content d’entendre un peu de mal de ce réalisateur que j’adore, ça arrive si peu souvent. Dommage que ça ne soit pas plus constructif.

  • Le 8 septembre 2011 à 22:24, par rezki En réponse à : Je bosse dans un film de Kubrick

    Oulala Romy, en consacrant un aussi bel article à l’univers de Kubrick tu viens de rendre hommage à ce cinéaste... finalement.

  • Le 14 novembre 2011 à 13:26, par Kris En réponse à : Je bosse dans un film de Kubrick

    Bonjour,
    pour comprendre la fin de 2001, il suffit d’avoir lu le livre...

  • Le 20 juin 2014 à 12:37, par Martin En réponse à : Je bosse dans un film de Kubrick

    Essaye « Les sentiers de la gloire », c’est selon moi l’un de ses meilleurs films. Il est pourtant assez méconnu par rapport à d’autres de ses créations.

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom