Illisible carte du déconfinement

27 mai,
par Romy Têtue

Mots-clefs associés à cet article :

Rouge, vert, orange… En cette période de crise sanitaire, le gouvernement communique sur le déconfinement progressif de chaque département à l’aide d’une carte colorée… malheureusement difficile à comprendre.

Hier, mon fils de 24 ans, humilié, m’a demandé la couleur de notre département… Le codage des départements en vert, orange et rouge n’a pas été pensé pour les personnes avec daltonisme : 4 % de la population soit 2 500 000 personnes en France tweete une internaute le 1er mai, après diffusion de la « carte du déconfinement ».

Quel est le problème ?

« Mauvais contraste » pensez-vous alors… Bon réflexe ! Les contrastes sont importants pour préserver la lisibilité (critère 3.3 du RGAA 4), mais ils sont ici suffisants. Tout au plus, les délimitations entre les départements gagneraient-elles à être épaissies.

« Les daltoniens confondant rouge et vert, il faut changer ces couleurs » pensez-vous ensuite… Inexact : il existe plusieurs formes de daltonisme, qui affectent différentes teintes. Tous les daltoniens n’ont pas les mêmes difficultés visuelles. Ne commettez donc pas l’erreur de tester auprès d’un daltonien pour en conclure qu’un document est lisible pour tous. Des outils, comme le Coblis ou le Toptal Colorfilter, permettent de simuler différentes visions daltoniennes :

Pour certains daltoniens, « rouge » et « vert » restent distinguables sur cette carte.

« Du coup, il suffit d’une légende donnant le nom des couleurs ! » Non car les daltoniens ne voient pas les couleurs différemment de vous : ils en perçoivent moins, ce qui les prive de nuances, si bien que certaines teintes d’après nous différentes sont pour eux identiques. Une légende n’aidera aucunement ceux pour lesquels ces couleurs sont semblables, comme cela se voit sur la carte officielle du gouvernement, où il est particulièrement difficile de percevoir la différence entre « orange » et « vert » :

Sur la carte officielle, on ne distingue que 2 couleurs au lieu de 3.

« Faut quand même pas interdire la couleur !? » Une idée reçue tenace voudrait que pour rétablir l’égalité avec les daltoniens (ou les aveugles), il faudrait priver tout le monde de couleurs (et d’images). Pardon, mais c’est idiot : en quoi cela serait-il une solution ? Qui cela aiderait-il ?

Enfin il n’y a pas que le daltonisme : il existe d’autres difficultés de perception les couleurs, regroupées sous le nom de « dyschromatopsies ». Comme le montre cette internaute, ce genre de carte est particulièrement incompréhensible pour les personnes achromates (qui ne perçoivent pas les couleurs) :

Carte en vision achromate : les départements sont indistincts, tous de la même teinte.

Comme on le voit, supprimer les couleurs n’arrange rien. L’égalité n’est pas réduire tout le monde au plus petit dénominateur commun, mais c’est donner la possibilité à chacun et chacune, avec ses différences, d’accéder à l’information, comme nous allons le voir un peu plus loin.

Encore faut-il bien cerner le problème pour pouvoir le résoudre. Croyant bien faire, un éditeur d’infographie de presse propose, en plus de sa carte pour les gens normaux, une « version pour personne souffrant de daltonisme et autres atteintes de la vision des couleurs »… 
qui n’est en réalité toujours pas accessible :

La version spéciale (quasi monochrome, pourquoi ?) n’est toujours pas accessible aux achromates et est moins compréhensible pour les protanopes que la version initiale…

D’une façon générale, prévoir une version spéciale handicapés est souvent une façon de mal se débarrasser du problème. C’est se tromper fondamentalement d’approche en se donnant bonne conscience plutôt que de bien comprendre les besoins de ces utilisateurs (qui ont rarement envie d’être traités à part). Le simple test ci-dessus permet pourtant de se rendre compte qu’il ne suffit pas de modifier les couleurs : ce n’est pas en agissant sur les couleurs que l’on peut aider les personnes qui ne les perçoivent pas ou mal.

Le problème n’est pas le choix des couleurs. Le problème est que la couleur est ici le seul moyen utilisé pour faire passer le message. Les personnes qui perçoivent peu ou pas les couleurs sont donc privées de l’information. Et c’est d’autant plus injuste que c’est évitable.

Ne jamais utiliser la couleur seule

La solution est de ne pas donner l’information uniquement par la couleur (critère 3.1 du RGAA 4). Il s’agira, chaque fois qu’une couleur est porteuse d’information, de la doubler par d’autres moyens : forme, position (comme les feux tricolores : rouge toujours en haut, vert toujours en bas), symboles, texte, etc. Si vous séchez, les internautes s’entraident et ont déjà trouvé des solutions :

Carte officielle corrigée par Violaine_cq et sudokill9 :
l’information est véhiculée par la couleur ET des motifs (hachures, points, croix).

Qu’est-ce que je vous aime, les gens, quand vous êtes malins et partageurs comme ça ! Aux prochaines élections, je vote pour vous. Car il demeure scandaleux que ce soit encore à la société civile de palier ces manques d’accessibilité récurrents de la communication gouvernementale (alors que c’est une obligation légale, rappelons-le, depuis 2005, qui plus est, ce qui place les services gouvernementaux en infraction, alors qu’ils se devraient d’être exemplaires, et doivent s’adresser à tous et toutes sans discrimination, surtout en temps de crise, mais quelle fatigue de le répéter à chaque fucking fois).

Si ça ne vous satisfait pas esthétiquement, confiez cela à un(e) cartographe ou un(e) graphiste, qui s’y connaissent en sémiologie graphique (c’est leur job) :

La cartographie est un langage composé de 7 variables visuelles : forme, taille, couleur, valeur, texture, grain, orientation. Autant dire qu’il y a matière à combiner afin de ne pas véhiculer l’information seulement par la couleur :

Exemples de cartes n’utilisant pas que la couleur pour informer, mais aussi des symboles, des textures, des tailles, du texte…

Malgré cela, professionnels, médias et institutions sortent régulièrement des cartes qui ne sont pas accessibles.

Et pour les aveugles ?

Il existe d’autres formes de malvoyance, pour lesquelles la carte elle-même est difficile à percevoir, et les aveugles ne peuvent accéder à cette information visuelle. Cette carte est donc inutilisable pour celleux-là. C’est un autre problème, qui se résout donc autrement : par la mise à disposition d’une version textuelle (critères 1.1, 1.3, 1.6 et 1.7 du RGAA 4).

Le plus simple et d’accompagner cette carte d’une légende significative, aussi appelée « description détaillée » (solution déjà évoquée ici, pour une infographie) : une liste faisant correspondre chaque département à la couleur qui lui est affecté, comme le propose si gentiment cette internaute et certains sites, de façon malheureusement inutilisable par les personnes qui en auraient besoin :

Liste manuscrite sur papier, liste colorée au contraste insuffisant, liste dynamique des départements sans mention de la couleur associée…

Pourquoi faire simple, quand on peut faire compliqué ? La secrétaire d’état chargée des personnes handicapées propose une version audio : solution inutilement complexe, quand il aurait été plus facile de fournir une liste textuelle ou un simple tableau HTML, bien plus pratique pour les personnes concernées : plutôt que d’écouter un fichier son de 2 minutes 48, une personne déficiente visuelle pourrait trouver tout de suite son département en faisant Ctrl+F + numéro du département explique l’administrateur de l’AVH.

Bref, quelque soit le choix de visualisation que vous faites (cartographie, infographie…), communiquez les données originelles de la représentation, de façon simplement textuelle. Après quoi, si vous souhaitez complexifier, vous pouvez vous amuser à construire par dessus une carte SVG, avec de jolies textures JS… ou encore un tableau de bord dynamique. Mais est-ce bien utile ?

Mais… quelle information ?

Quelle est l’information véhiculée par cette carte ? En y regardant de plus prés, cette carte est proprement incompréhensible puisque la légende se borne à dire que les départements colorés en rouge, sont… « classés rouge ». C’est une lapalissade et ça ressemble d’autant plus à une plaisanterie qu’il manque une partie du territoire français (Martinique, Guyane…).

Pas mieux sur la carte officielle du gouvernement où l’absence de légende laisse prise à toutes les interprétations… Concrètement, « rouge », « orange », « vert », ça signifie quoi ? Pain au chocolat et chocolatine ? Pour situer le niveau d’amateurisme, cette carte comportait de plus des erreurs qui ont paniqué certains départements…

Il eût été plus pertinent de légender, d’une part, explicitement, d’autre part : « déconfinement large », « strict », etc. comme le propose une agence dans cette version corrigée. À défaut, même les personnes percevant bien les couleurs ne peuvent comprendre. Tout compte fait, il n’y a pas discrimination : nous sommes tous et tous à égalité, tant le niveau d’information porté par cette carte est abyssal. Finalement, il s’agit ici d’une « image de décoration » à ignorer (critère 1.2 du RGAA 4).

Moralité : avant de vous lancer dans la réalisation d’une carte, idée facile et séduisante, demandez-vous avant tout, et comme pour tout, quelle est l’information qui doit être communiquée et, consécutivement, s’il n’y a pas plus simple, plus approprié, s’il est vraiment utile d’en faire une carte… Divulgâchons : la réponse est souvent non. Cela évitera de vous embarquer dans un MapFail, dont l’accessibilité sera d’autant plus foireuse, comme le montre les exemples émaillant cet article, que le truc est vide de sens.

À l’inverse, espérons que ce fabuleux contre-exemple serve à mieux faire — ça ne devrait pas être difficile ;)

{#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

Vos commentaires

  • Le 31 mai à 12:43, par MDR En réponse à : Illisible carte du déconfinement

    Pourquoi faire compliquer > les cellules du cerveau n’ont pas du être former a la naissance
    Faire simple pour tous est si compliquer ??????
    Diviser la carte en zones détachés et mettre un encart a coté avec l’explication qui va bien
    PS la carte de France est fausse > il manque 160 DOM-TOM

  • Le 2 juin à 06:41, par mathias En réponse à : Illisible carte du déconfinement

    Hello,
    Je vous remercie pour cet article qui rappelle l’importance de bien présenter les informations afin que tout le monde puisse les visualiser simplement et correctement.

Répondre à cet article

forum message

Raccourcis : {{gras}} {italique} -liste [bla->url] <q> <quote> <code>.

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom