Habiter Paris : ça change quoi ?

30 septembre 2009,
par Romy Têtue

Mots-clefs associés à cet article :

Je vais bientôt revenir m’installer à Paris et je passe mes nuits à fantasmer, listant les petites choses qui vont changer pour moi… Je me les note ici pour mémoire, pour les relire afin d’atténuer le vague à l’âme pailleté de regrets que je ne manquerais pas de ressentir d’ici quelques semaines.

  • Le matin, se réveiller au cœur du monde en écoutant les infos à la radio dans la douche
  • Pouvoir à nouveau écouter France Culture à longueur de journée, aaaah !
  • Fini les détritus qui s’accumulent dans une grande poubelle qu’on oublie de sortir et qui finit par puer : mieux vaut un petit sac plastique qu’on sort chaque jour…
  • Pouvoir dormir dans une pièce fermée, nan mais quand même !
  • Ne plus sentir l’angoisse monter en fin de journée, face au désœuvrement de la soirée qui s’annonce et à l’immensité silencieuse de la nuit qui s’ensuit…
  • Avoir mieux à faire le soir que de regarder la télévision
  • Sortir, voir des amis, des humains de toutes les couleurs, rire, aimer…
  • Ne plus avoir à déplacer le portable avec soi quand on change de pièce, ni à changer de pièce tout court
  • Tout avoir à portée de main et ne plus oublier quelque chose à l’étage
  • Partir en week-end, zou ! Je vais vite changer mon abonnement SNCF Fréquence pour une carte Escapade, yeh !
  • Pouvoir manger des sushis quand je veux, des vrais, des bons !
  • Retrouver une corpulence et un tonus musculaire plus agréables, à force de trotter par les rues, de grimper les escaliers (6 étages à monter pour rentrer chez moi), hmpf, hmpf ! et refaire mes 10 000 pas par jour
  • Habiter un lieu singulier, truffé d’astuce et de design, lesquels facilitent la vie, réjouissent l’œil et stimulent l’imagination par leurs formes originales, ce qui compense agréablement le manque d’espace
  • Pouvoir faire les courses le soir, en sortant du boulot, tranquillement, sur le chemin du retour, ou entre midi et deux, pendant la pause déjeuner, sans plus être contrainte par les horaires ahurissants des magasins de province qui n’ouvrent qu’aux heures de bureau, imposant aux actifs de prendre sur leurs heures de travail pour se nourrir, se vêtir, s’équiper et même se soigner.

Par contre, y’a des choses que je vais moins apprécier :

  • Ne plus pouvoir dormir étalée en travers d’un grand lit (faute de place pour un vrai grand lit)…
  • Ne pas pouvoir recevoir (à cause de l’exiguïté du lieu)
  • Ne plus avoir le temps ni la place de cuisiner des produits frais…
  • Ne plus avoir de machine à laver, c’est trop chiant ! Comment laver mon linge ? J’ai repéré une laverie au bas de l’immeuble
  • Redécouvrir la mauvaise ventilation des petits espaces où l’on vit, mange et dors dans le même air… La pièce est très bien isolée et équipée d’une ventilation adéquate, trop cool !
  • Ne plus pouvoir me vautrer (dans un canapé par exemple : pas de place pour un canapé)
  • Je n’aurais plus les câlins, les ronronements et les élans d’affection de mon adorable petite chatte. Ça, c’est dur.
  • Plus de câlins du tout, d’ailleurs : à vivre en solo, des semaines entières passent sans échange de tendresse. À compenser par des Free Hugs.
{#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

Vos commentaires

  • Le 1er octobre 2009 à 12:32, par jeaneg En réponse à : Habiter Paris : ça change quoi ?

    Je t’envie... Parfois Paris me manque aussi, et pour les même raisons.

  • Le 1er octobre 2009 à 14:04, par Jeremy En réponse à : Habiter Paris : ça change quoi ?

    Tu oublies l’essentiel : ressourcer tes poumons !

  • Le 1er octobre 2009 à 14:51, par Romy Têtue En réponse à : Habiter Paris : ça change quoi ?

    Ressourcer mes poumons ? à cause de la pollution parisienne ?? Ça ne peut pas être pire que de fumer des clopes, hein ;-)

    J’ai arrêté de fumer parce que j’avais à y gagner mais habiter hors d’une mégalopole (et de son inhérente pollution) m’expose à crever d’ennui. Entre l’ennui et la pollution, quel mal est le moindre ?

  • Le 1er octobre 2009 à 23:24, par Xeloulou En réponse à : Habiter Paris : ça change quoi ?

    C’est pour toutes ces raisons et bien d’autres que j’peux pas me résigner à quitter Paris...

  • Le 3 octobre 2009 à 11:05, par Aglae En réponse à : Habiter Paris : ça change quoi ?

    Je vis à Paris depuis 8 mois et je ne m’imagine pas retourner dans ma région.

  • Le 22 octobre 2009 à 19:03, par Mat.Webmiss En réponse à : Habiter Paris : ça change quoi ?

    J’avais loupé ce post !

    Bon, je veux bien te servir de convive si tu a envie de cuisiner :-) (et en échange, je te prête une place dans ma machine à laver)

  • Le 8 décembre 2010 à 14:16, par Hélène En réponse à : Habiter Paris : ça change quoi ?

    J’aime bien cet article, je regarderai plus longuement à un autre moment !!
    Si tu peux faire un tour sur mon blog (encore en phase de construction, je me rôde !!)

  • Le 17 décembre 2012 à 11:44, par Nico En réponse à : Habiter Paris : ça change quoi ?

    Je tombe sur ce post, et j’avoue qu’il me fait halluciner ! :)

    S’il faut habiter à Paris pour faire autre chose que regarder la télé le soir, écouter France Culture, voir des amis, etc. hé bien !

    Ou alors tu étais dans le coin le plus paumé qui soit (et mon village de 800 âmes n’est pas aussi paumé que ce que tu décris).

  • Le 30 décembre 2012 à 20:19, par Nabila En réponse à : Habiter Paris : ça change quoi ?

    Wouah alors ça y est , j’en rêve aussi vivre à Paris ^^ et comme je te comprends .

  • Le 14 janvier à 21:45, par E B En réponse à : Habiter Paris : ça change quoi ?

    Moi je dis : Vive PARIS !!
    Je suis descendue dans le Sud il y a qqes mois et je vais remonter sur Paris llico ! Yes !!

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Raccourcis : {{gras}} {italique} -liste [bla->url] <q> <quote> <code>.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom