Ozon, petit garçon pathétique

10 février 2002,
par Romy Têtue

Mots-clefs associés à cet article :

François Ozon n’est pas un réalisateur : c’est un petit garçon qui joue à la poupée.

Il les a maquillées, habillées de tenues niaisement assorties depuis le chapeau jusqu’à la paire de chaussures, puis posées là, dans leur maison de poupées pleine de petits meubles kitsch. Et, sans dépasser le stade de la fascination, il regarde ce que ça donne, tel un enfant auquel on a donné trop de beaux jouets d’un coup, et qui ne sait pas trop quoi en faire.

Il leur fait prendre des poses, les accessoirise d’un inévitable et grotesque fume-cigarette de star, caricatural, sans se lasser de les admirer platement, de les filmer sous toutes les coutures, nous assommant de gros plans trop longs, d’images inutiles, de gestes creux, de stéréotypes, de regards gratuitement mouillés, de charisme agaçant. Deux épithètes me revenaient constamment sur les lèvres pendant le film : « pénible » et « complaisant ».

Aucune direction d’acteur, des personnages absolument superficiels, presque superflus. On se demande quelle est la part d’interprétation. Quant au scénario…

Le plus insupportable dans ce film, c’est qu’il passe volontiers pour une comédie musicale légère dont le seul intérêt serait l’audacieux casting, qui rassemble huit femmes légendaires du cinéma français, à travers plusieurs générations. Tout semble fait pour glorifier les actrices, que le réalisateur prétend avoir voulu magnifier : coiffure, maquillage et des heures de préparation avant chaque scène. Que viennent alors faire ces images humiliantes où Firmine Richard, la cuisinière, déchire malencontreusement sa robe après avoir péniblement tenté de se relever ? Pourquoi n’avoir pas coupé ces images au montage ? Aucune occasion n’est perdue pour montrer une coiffure défaite, un jupon qui dépasse, le corsage dégrafé de Fanny Ardant et même les fesses d’Isabelle Hupert ! sans que cela n’apporte de sens. Au ce contraire de la magnificence vantée.

Ce film que l’on salue d’une critique élogieuse et que l’on qualifie d’osé — en jouant sur les mots (Ozon = osons) à défaut de savoir quoi dire — n’a rien d’audacieux. C’est un cloaque de stéréotypes misogynes.

Par deux fois on nous sert la sauce fadasse du crêpage de chignon entre femmes, avec la même chorégraphie : petits cris, cheveux tirés, et finalement mordillement au poignet. Comme si les femmes entre elles ne pouvaient s’abstenir de se quereller. Par trois fois on nous balance, comme une révélation, du cliché éculé du désir homosexuel entre femmes : Catherine Deneuve et Fanny Ardant, après une lutte ridicule de femelles jalouses, tombent essoufflées, poitrine conte poitrine, et dans le trouble…

Il aurait pu paraître audacieux, effectivement, de voir les deux grandes stars échanger un langoureux baiser Hollywoodien. Encore que… Au lieu de cela, on ne voit rien d’autre qu’une chevelure brune, et la caméra, frustrée et impuissante, se glisse alors entre les jambes emmêlées des deux corps tombés au sol, voyeuriste et indécente, pour nous en montrer les bas nylon qui plissent, les pieds tordus déchaussés, la jupe entortillée qui remonte… Oh les tenues de poupées toutes froissées ! La scène est gênante. Elle suinte d’un plaisir malsain, celui d’humilier, celui du cinéaste, que je ne partage pas.

François Ozon ne s’en cache pas : Enfant, j’ai longtemps joué à la poupée. 8 femmes n’est ni plus ni moins qu’un retour à mes jeux de petit garçon. Et bien… qu’il lâche sa caméra et retourne donc à ses poupées ! On se passera fort bien de ses fantasmes niais de petit garçon pervers.

{#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

Vos commentaires

  • Le 23 mai 2013 à 11:53, par quote En réponse à : François Ozon : petit garçon pathétique

    Ce film me semble être un sommet de misogynie. Pour bien expliciter ce fait, je vais développer cette critique en trois parties. D’abord une analyse de chacune des 8 femmes et des clichés sexistes qui sont associés à chacune de ces femmes, puis une attention particulière sur les deux hommes invisibles du film Marcel et Jacques Farnoux, que j’appelle Dieu et le Diable, vous verrez pourquoi. Enfin puisqu’il s’agit d’une comédie, donc d’humour, on peut se dire qu’il y a plusieurs niveaux de lectures. Je montrerai qu‘a tous (tous ceux que j’ai trouvé) les niveaux et degrés, ce film est une horreur sexiste.

  • Le 15 novembre à 11:42, par Martin En réponse à : Ozon, petit garçon pathétique

    Rien de plus beau sur terre que des bas qui plissent, ne vous en déplaise.

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Raccourcis : {{gras}} {italique} -liste [bla->url] <q> <quote> <code>.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom