La femme digitale n’est qu’une bonne ménagère

14 mars 2013,
par Romy Têtue


Que gagne-t-on à la « Journée de la Femme Digitale » ? du matos numérique ? non, des friteuses et des fers à repasser ! En 2013, la femme, même branchée, n’est jamais n’est qu’une bonne ménagère.

J’ai hésité à participer à la « Journée de la femme digitale », organisée ce 8 mars, à l’occasion de la journée internationale des femmes. Étant femme et depuis plus de dix ans sur Internet, l’événement m’interpellait. D’autant plus que je suis aussi éditrice d’un petit site web dédié à l’histoire de cette journée de luttes émancipatrices. Cet événement serait-il un rendez-vous au carrefour de mes engagements ?

Pardonnez mon ignorance, mais après des années de métier, je n’ai toujours pas compris la signification du qualificatif « digital », qui ne m’évoque que des fleurs ou des doigts. Pis alors qu’est-ce qu’une « femme digitale » ? Ça résonne soudain avec « clitoridienne » ou « vaginale », ce vieux faux débat… Autour de moi, dans la profession, ce n’est guerre mieux et aucune ne se reconnaît digitale.

C’est ce mot seul qui m’a fait hésiter. « Digital » est le terme anglais pour « numérique ». La manie de s’exprimer par anglicismes me fait fuir, parce qu’elle révèle moins souvent la compétence et l’expertise que l’enfumage et le marketing. Effectivement, avec des partenaires dignes de la presse féminine, tels que les collants Dim, les thés Kusmi Tea, les fringues Courrèges ou encore les champagnes Tsarine — quel rapport avec le numérique ? —, cet événement s’apparentait plutôt à une opération de récupération de la journée à des fins marqueteuses.

J’ai bien fait de ne pas venir, car c’était encore pire.

Aux conférences informatiques auxquelles je participe habituellement, l’on gagne des livres sur les sujets abordés, pour continuer de progresser, des produits dérivés sympathiques et même des smartphones dernier cri ou des licences logicielles. Que gagne-t-on à la « Journée de la Femme Digitale » ? Devinez ? des friteuses et des fers à repasser ! Non, ce n’est pas une blague.

Fers à repasser, friteuses et autres robots de cuisine
Cadeaux offert lors de la « journée de la femme digitale », dans une ambiance rose girly (photo de @MryEmery)

Rien de numérique, ni d’émancipateur, que de l’électroménager qui fait rester au foyer. Bref, la femme digitale est avant tout une bonne ménagère. Ils ont osé. Et ça marche. Plus la mystification est grosse, plus ça passe. Car en y repensant, le plus étonnant est encore qu’aucune n’ai refusé son « cadeau » : ils et elles sont tous partis avec ! encombrés mais ravis ! témoigne @sosoabalino. Trop dociles, les digitales !

Pour le groupe SEB, l’événement n’est que placement de produits, sans crainte de la caricature : parce que les femmes nous ont depuis des générations comme partenaires de leur cuisine, leur intérieur, leur beauté. Vive la ménagère digitale !

L’événement, officiellement organisé par « deux papesses du 2.0 », Catherine Barba et Delphine Remy-Boutang, sert même de couverture pour cet autre partenaire, Carrefour, qui, plutôt que de s’interroger sur le traitement inégal des femmes qu’il emploie, se rachète une bonne image en supportant la « Journée de la femme digitale » :

Spécialiste des temps partiels imposés, l’enseigne de grande distribution [Carrefour] se donne bonne conscience en finançant des manifestations prétendument féministes. […] Pour Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités, ce soutien flirte avec la provocation : Cette propagande constitue un dévoiement total du mouvement de revendications des femmes dans le monde du travail, dénonce-t-il.
— Carrefour aime la « femme digitale », par Joseph Korda, Observatoire des inégalités, L’Humanité, 8/03/2013

Je viens de comprendre : « digitale », c’est pour évoquer le doigt… qu’ils nous mettent profond, c’est ça ?

{#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

Vos commentaires

  • Le 14 mars 2013 à 12:42, par STPo En réponse à : La femme digitale n’est qu’une bonne ménagère

    Ah oui. Assez écœurant en vérité.

  • Le 14 mars 2013 à 13:12, par stephanie En réponse à : La femme digitale n’est qu’une bonne ménagère

    Quand j’ai vu passer ton tweet j’ai cru à de l’humour, et puis j’ai lu l’article. Je suis altérée.
    Ça me rappelle des soirées organisées sous le nom de « webavardes » à Strasbourg autour des soit disant « femmes qui font le web » où la seule chose web est le blog mode des organisatrices. Là aussi cadeaux à gogo : trousse makup et limonade light, .
    J’ai l’impression que ces pseudo-events qui visent à mettre en avant les femmes de nos métiers ne sont que des prétextes marketteux de plus pour faire une soirée qui cible les femmes et leur fourguer des goodies des plus sexistes. Bon, j’ai un copain qui a gagné du fard à paupière, il était content :)

  • Le 14 mars 2013 à 13:49, par Tom Tom En réponse à : La femme digitale n’est qu’une bonne ménagère

    Incroyable en 2013 ! Il y a 2 ans j’avais reçu dans ma boite une éponge Spontex (échantillon publicitaire) avec comme mention « Pour vous les femmes ! Spontex comprend les femmes et a réalisé cette éponge spécialement pour leur faciliter la tâche »... Je m’étais d’abord dit que ca devait être un retard de livraison de la poste (30 à 40 ans env.) mais non c’était daté 2010.... Comme quoi, il y a encore du boulot !

    Un mec compatissant

  • Le 14 mars 2013 à 14:18, par Adrien Leygues En réponse à : La femme digitale n’est qu’une bonne ménagère

    C’est ouf en 2013 !

  • Le 14 mars 2013 à 15:01, par Gall En réponse à : La femme digitale n’est qu’une bonne ménagère

    A propos de numérique vs digital : http://twitpic.com/cb12rs

    analogique, numérique, digital

  • Le 14 mars 2013 à 18:18, par tOnGAs En réponse à : La femme digitale n’est qu’une bonne ménagère

    Vu le prix d’une friteuse Actifry® moi aussi j’aurais été ravi que l’on me l’offre !

  • Le 14 mars 2013 à 23:24, par Jérôme En réponse à : La femme digitale n’est qu’une bonne ménagère

    Un seul mot : affligeant.

  • Le 15 mars 2013 à 09:19, par saby En réponse à : La femme digitale n’est qu’une bonne ménagère

    oui affligeant, journée de la femme à caractère commercial pour nous pousser à rester une « bonne femme » à la maison. Alors que l’on se bat pour l’égalité des salaires, des droits, à changer la mentalité sur les femmes. Tu as bien raison , un doigt bien profond. Les nouvelles technologies filent à vitesses grand V quand aux mentalités à vitesse escargot. Pourtant la femme est mature avant l’homme :). Ahhh dans quel monde vivons -nous !!! :( :(
    Mais ne baissons pas les bras !! Levons le poing :)

  • Le 15 mars 2013 à 09:42, par Céline de Calliopé En réponse à : La femme digitale n’est qu’une bonne ménagère

    Des friteuses ? SANS BLAGUES ? Non mais ils nous prennent pour qui o_O
    Je n’ai été informée de cette journée qu’une semaine avant le jour J et je me suis interrogée. Au début, je me suis dit « chouette ! Une journée dédiée aux femmes qui font le web d’aujourd’hui ! » Et puis j’ai regardé le programme, les intervenantes (dont je n’avais JAMAIS entendu parler), les pubs, etc...
    Et là je me suis dit « Ok, bon, c’est une première édition, faut que ça se mette en place, je vais suivre tout ça de loin et pis je verrai bien si ça me dit de participer pour la prochaine ».
    Mais quand je vois que les cadeaux offerts sont des friteuses, des mixeurs et autres robots ménagers, je me dis que :

    1. soit c’est un clin d’oeil à Oprah Winfrey et son tweet sur la friteuses Seb (subtile non ?)
    2. soit c’est un énorme foutage de gueule parce que si on avait offert ça à des hommes, les cartons auraient volés tous plus haut les uns que les autres (et de toute façon, jamais on aurait offert ça à un homme ! Il aurait eu droit au dernier Ipad, à la dernière console à la mode ou je ne sais quel gadget high tech).

    Alors quoi ? Les femmes, même celles qui font du numérique, seraient donc uniquement des bobonnes qui restent à la maison et qui font des frites (Allez viens, goûtes mes frites...) et mixe des bananes et des fraises dans leur tout dernier robot Seb parce que c’est « hype » de faire des cocktails ?
    Ou bien, est-ce que cet évènement était tellement mal préparé que les gens de l’évènementiel n’ont pas réussi à obtenir d’autres sponsors ? JE POSE LA QUESTION !
    En tout cas, les seules photos que j’aurai vues de cet évènement sont primo la photo des cartons Seb et deuzio la photo de 5 ou 6 hommes assis sur des chaises sur une estrade avec une seule femme présente, assise... par terre... CQFD : ta place femelle digitale c’est aux pieds des hommes avec des cartons d’appareils ménagers...

  • Le 15 mars 2013 à 18:03, par Sophie Masure En réponse à : La femme digitale n’est qu’une bonne ménagère

    Envoie le lien vers ton article au magazine Causette !

  • Le 15 mars 2013 à 20:07, par Lucile En réponse à : La femme digitale n’est qu’une bonne ménagère

    Hey ! Nous aussi chez Girlz In Web, nous étions quelques unes à la Journée de la femme digitale bien qu’aucune des associations qui comme nous, tous les jours, mettent en valeur les femmes digitales n’aient été impliquée dans l’organisation de cette journée, nous avions été invitée comme des centaines de personnes... Il faut croire que les RP étaient efficaces et dûment financés mais au final bcp de personnes étaient à la porte de l’événement donc pas forcément chouette quand l’invitation a été confirmée... Sur les friteuses on est d’accord, j’ai cru aussi au départ que c’était une blague : il aurait pu y avoir des friteuses et des ipads... Mais seulement des friteuses là j’ai pas compris...
    Un truc rigolo c’est que j’ai vu pleins de mecs « influenceurs » invités à l’événement repartir avec des friteuses : ils sont venus pour la plupart à la fin, ne sont pas intervenus et sont repartis avec les friteuses... Donc placement produit définitivement oui.
    Après sur le fond : je me suis tout de même légèrement ennuyée pour ne pas dire j’ai baillé. Je n’ai pas appris grand chose, ni trouvé les intervenantes nulles ou brillantes (certaines ont vraiment dit des choses intéressantes) : simplement il n’y avait pas de véritable fil conducteur ni de thème qui permettait de lier toutes les interventions.
    Par ailleurs, à aucun moment la foule nombreuse n’a eu droit à la parole pour poser une ou deux questions... C’est quand même assez bizarre dans un événement dans lequel on parle digital et media sociaux... et qui dure... 3 heures !
    A mon avis et malgré la durée de l’événement, on est resté dans la « surface » et finalement la « femme digitale » n’a pas vraiment été mise en valeur par cet événement...
    Dans le positif, j’ai trouvé les deux animatrices punchy et sympathiques, les personnes présentes avaient également été bien sélectionnées et que l’organisation était super (à part le surbooking qui est toujours moyen).

  • Le 16 mars 2013 à 08:33, par isabelle Germain En réponse à : La femme digitale n’est qu’une bonne ménagère

    j’espère que c’étaient des friteuses light... il ne s’agirait pas de prendre des kilos de gras si l’on veut rester une vrai fÂÂÂÂme... Ou alors la femme digitale fait les frites pour les enfants et le mari mange une feuille de salade debout derrière la chaise. C’est ça sans doute la femme digitale

  • Le 16 mars 2013 à 14:47, par sibylle En réponse à : La femme digitale n’est qu’une bonne ménagère

    Tant de mépris et de critiques alors que vous n’y étiez pas ?
    la sosoabalino citée dans votre texte a trouvé cette journée énergisante et intéressante. c’était bien ca l’idée en la citant ?
    Tout les avis sont permis et la critique ô combien constructive néanmoins le flot de vomi ne semble pas justifié ou alors il aurait fallu y participer. Et pour info, les pdts seb étaient un clin d’oeil au tabac de friteuse sans huile promue par Oprah. Un très bel exemple de la puissance des réseaux sociaux.
    Bonne journée & paix dans les coeurs ;)

  • Le 16 mars 2013 à 16:26, par Romy Têtue En réponse à : La femme digitale n’est qu’une bonne ménagère

    Bonjour Sibylle,

    La référence à la friteuse d’Oprah est évidente et je ne doute pas que l’ambiance devait être très sympa ! Mais est-ce une raison pour perpétuer les stéréotypes, notamment celui de la femme réduite à son rôle de ménagère, fut-elle « digitale » ? Pourquoi de l’électroménager au lieu de numérique ?

    En tant que responsable média de l’événement, profitez plutôt de ces critiques et prenez mesure de l’indignation. Des excuses seraient bienvenues.

    L’événement semble remarquablement organisé, abondamment médiatisé. Quel dommage que vos talents contribuent à véhiculer une image si rétrograde des femmes !

  • Le 16 mars 2013 à 20:03, par ? En réponse à : La femme digitale n’est qu’une bonne ménagère

    @Sibylle, vous écrivez que l’article de tetue est du vomi et vous tentez ensuite de passer pour une victime des réseaux sociaux ?

    Sacré blagueuse ! Mais vous ne connaissez rien du net ! Il n’y a pas que des marchands à la solde des industriels, votre doigt, faut le sortir plus souvent de là ou il est fourré.

    Pour réagir de cette façon n’auriez vous pas été surprise la main entière dans le sac ? Quoi des critiques ? Le 8 mars ne vous sert donc qu’à vendre votre camelote et à perpétuer le discours de « la femme à la maison » le jour ou il faudrait se rappeler leurs DROITS ! la honte ne vous étouffe pas !

    Il va bien falloir que vous nettoyer maintenant, car vous n’avez pas manqué de gagner une serpillère pour nettoyer votre propre vomi avec du savon (en paillettes) pour vous laver la bouche !

  • Le 19 mars 2013 à 10:17, par Shnoulle En réponse à : La femme digitale n’est qu’une bonne ménagère

    Je ne m’attarderais pas sur la « présentation » prezi présente sur le site terrafemina.com : la représentation de la jolie demoiselle à jupe courte, sur les texte « Maintenant on peut tout acheter en ligne » ....

    Ce Web2.0 ne m’intéresse pas ....

     :)

  • Le 21 mars 2013 à 06:14, par maxette En réponse à : La femme digitale n’est qu’une bonne ménagère

    Gitale !
    (huh huh)
    Bon ben sur ce je vais faire de la veille technologique... une nouvelle recette à faire du site marmiton. ;)

  • Le 23 mars 2013 à 16:58, par Les bavardages de Lily En réponse à : La femme digitale n’est qu’une bonne ménagère

    Je découvre votre blog aujourd’hui et cet article en particulier. Un mot, un seul : MERCI !!! Je me bats depuis des années contre l’emploi de ce mot « digital » pour désigner le numérique et contre tous les anglicismes inutiles en général. J’ai sauté au plafond en découvrant « Youmag, le magazine digital » et autres aberrations créées par des traducteurs du dimanche et autres rédacteurs de bazar.
    A la lecture de votre article je suis rassurée, il y a encore des gens, en dehors de mes chers confrères et consœurs compétents, qui se soucient de la préservation de notre langue.

    Signé : une traductrice désespérée par le massacre de la langue française.

  • Le 26 mars 2013 à 11:24, par NUDIVERSITY En réponse à : La femme digitale n’est qu’une bonne ménagère

    Digitale Kézako ? Par curiosité j’y suis allée, sans a priori en espérant des infos et de l’enrichissement et surtout des débats puisque les places étaient triées sur le volet.
    Surprise...Surprise. Débats que nenni !!!
    Juste le droit de hocher la tête, de sourire, de larmoyer sur certains témoignages et de gagner une friteuse SEB. What ????
    c’est çà notre émancipation et concourir pour le plus grand nombre de tweets.
    Allez soyons optimistes... Ils feront encore mieux la prochaine fois...ou pas. :-)

  • Le 16 mai 2013 à 22:58, par simone En réponse à : La femme digitale n’est qu’une bonne ménagère

    C’est quand même effroyablement stéréotypé : électroménager et rose girly, dans ce que ça a de pire : cuisses nues sous les néons roses, ambiance peep show ! C’est donc ça, la « femme digitale » ?

  • Le 10 février 2014 à 12:19, par Julie En réponse à : La femme digitale n’est qu’une bonne ménagère

    C’est assez dingue quand même cette expo. Bon mesdames une friteuse ca se revend quand même bien sur le bon coin pour s’acheter la nouvelle play 4 et jouer avec son n’amoureux non ?

  • Le 8 mars 2014 à 11:08, par Romy Têtue En réponse à : La femme digitale n’est qu’une bonne ménagère

    L’édition 2014 semblait un peu moins humiliante, puisque le cadeau remporté n’était pas une friteuse, mais un iPad, et qu’il récompensait l’entrepreneuse de l’année. Mais de nombreux clichés persistent, dénoncés via twitter, comme cet énorme escarpin rouge à talon aiguille qui décore la scène : on est passé du cliché de la ménagère à celui de la séductrice et je ne sais pas si c’est un progrès…

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Raccourcis : {{gras}} {italique} -liste [bla->url] <q> <quote> <code>.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom