del.icio.us c’est délicieux !

http://del.icio.us

6 novembre 2005,
par Romy Têtue

Mots-clefs associés à cet article :

Gardez toujours vos bookmarks sous la main, même quand vous changez d’ordi, et retrouvez-les facilement.

À surfer sur le Web, on déniche des perles, de mines d’informations, et autres sites si pratiques qu’on aimerait se les garder sous la main pour pouvoir y revenir. On les ajoute alors dans le carnet de liens (appelés « signets », « marques-pages », « bookmarks » ou « favoris ») de son navigateur. Le problème, c’est qu’on ne peut profiter de ces liens entre l’ordi du boulot, celui de la maison ou du cybercafé. Idem dès que l’on change de navigateur : on est quitte pour recopier tous ses bookmarks à la main.

J’ai cherché pendant longtemps le système idéal pour gérer mes signets, en particulier pour ne pas les perdre dès que je change de poste informatique ou de navigateur. Le plus simple avait été, finalement, de me créer un mini annuaire personnel, sous la forme d’une page Web listant mes sites favoris. Peu pratique à mettre à jour, finalement.

Ma vie de surfeuse a changé depuis que j’ai découvert del.icio.us, délicieux en anglais. L’interface est rudimentaire, pour ne pas dire glaciale, mais très ergonomique, d’une simplicité absolue. C’est un outil que l’on adopte instantanément si on prend la peine de l’essayer [1]. Allez-y !

Au menu des délices

Une fois mon compte créé (gratuitement), un simple clic sur le bouton post to del.icio.us (ajouté à mon navigateur préféré), et del.icio.us mémorise toutes les trouvailles qui me passent sous le nez au fil de mes surfs sur le Web.

Ajouter un lien dans del.icio.us
L’URL et le titre de la page sont déjà notés, complétez si besoin par une description et indiquez les mots-clefs (tags) de votre choix.
Mes tags dans del.icio.us

Au passage, j’annote chaque lien avec quelques mots clés de mon choix : ce sont les fameux « tags », ou étiquettes, qui me permettent ensuite de m’y retrouver facilement parmi les centaines de bookmarks ainsi mémorisés.
En effet, une fois étiquetés, il devient possible de rechercher les sites en fonction de leur tags... les miens bien sûr, mais également tous les autres, car les tags sont publics et partagés. Idéal pour mettre des liens en commun quand on travaille à plusieurs sur un même sujet !
Également merveilleux pour en découvrir de nouveaux : je me déplace alors dans ce nuage d’annotations (tagcloud) découvrant des sites liés sur un sujet donné, plus efficacement qu’avec un moteur de recherche [2].

J’ai désormais mon carnet de liens à portée de clic, où que je sois sur la planète : il suffit de consulter mon compte sur del.icio.us. Mieux encore : des flux RSS permettent d’afficher la sélection de liens de son choix, dans n’importe quel navigateur, agrégateur ou website. Les passionné(e)s apprécieront de pouvoir suivre en temps réel les nouveaux liens référencés sur un sujet donné. N’est-ce pas merveilleux, pardon, délicieux !?

Voir en ligne : http://del.icio.us

Vos commentaires

  • Le 11 décembre 2005 à 22:07, par Jawad En réponse à : del.icio.us c’est délicieux !

    A noter également l’existence de nombreux autres services du même acabit. J’utilise personnellement Spurl que je trouve très efficace et un petit peu plus agréable à l’oeil que Del.Icio.us

  • Le 20 janvier 2009 à 19:34, par boycotteux En réponse à : del.icio.us c’est délicieux !

    J’ai moyennement apprécié le script pour passer delicious en français, par contre j’ai trouvé des tutoriels vidéo sur ce service (ex : http://www.askunce.com/A-quoi-sert-Delicious.html), ils m’ont aidé à prendre en main l’outil même avec une interface en anglais.

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom