Dégradés ultra violet et fuchsia

2 octobre 2018,
par Romy Têtue

Mots-clefs associés à cet article :

Les dégradés reviennent en force sur le Web, mariant des couleurs saturées de manière audacieuse, comme le violet et le fuschia. À commencer par Spotify et sa campagne pleine d’images bichromiques aux dégradés acidulés évoquant les cocktails de tequila sunrise, le crépuscule des festivals d’été, sous une Purple Rain

Les icônes musicales Janis Joplin, Jimi Hendrix, David Bowie et Prince ont porté les nuances du violet au premier plan de la pop culture occidentale. L’année dernière Pantone avait créé un violet en hommage au chanteur Prince, décédé en avril 2016, dont c’était la couleur fétiche : Love Symbol #2.

La tendance s’accentue puisque la couleur Pantone de l’année est l’ultra violet 18-3838 (ou #5F4B8B en hexadécimal). Comme un hommage aux féministes dont c’est la couleur historique, après « féminisme » élu mot de l’année 2017 aux États-Unis, après la déferlante #metoo.

« Assurément provocante et interpellante, cette teinte exprime l’originalité, l’ingéniosité et une pensée visionnaire qui nous propulse vers l’avenir ». Selon Pantone, l’ultra violet est une couleur complexe et contemplative, qui suggère les mystères du cosmos, intrigue et nous projette vers le futur. Le violet a par ailleurs longtemps été associé aux contre-cultures, à l’anticonformisme et au monde artistique. Je le croisais rarement sur le Web, seulement sur des sites engagés, queer et féministes, mais le voici qui s’étale sur les nouveaux sites de l’année, profond, immersif, souvent en dégradé avec une teinte plus vite, le rose magenta des pussy hat, autre couleur marquante dans cette actualité féministe.

Le site du ReAnimania Festival (créé par Concept Studio, en Arménie, nominé aux Awwwards) présente un dégradé vertical du #220F55 au #961658, profond comme un ciel étoilé, avec du grain comme un vieux film d’animation… entre onirisme et nostalgie.

Ciel étoilé aussi pour le nouveau site des Flupa UX days, dégradé vertical du #0A3584 au #E12385, illustré d’un scaphandre de cosmonaute, rappelant les premiers pas sur la Lune de juillet 1969, nous invitant à explorer aussi :

We are UXplorers

Restons dans les sixties avec elje Group, dégradé en diagonale du #964FEF au #ED0C96, avec des bulles psychédéliques qui semblent mouvantes, comme dans une lampe à lave (objet déco inventé en 1963).

Le site de la NYC Pride incruste un dégradé vertical du #4B1663 au #CE659F sur une foule, façon photo sépia. La prochaine marche commémorera les émeutes de Stonewall de juin 1969.

Le site Paris Web, refondu en avril 2018, opte pour un doux dégradé en diagonale du #506ED9 au #AF50CA, incrusté dans une photo du public, avec la volonté de s’éloigner de la binarité de ses couleurs d’origine, rose et bleu, trop associées au marquage sexiste des genres.

Enfin, le Pass culture affiche une large photo d’ambiance de concert, en bichromie du #320096 au #EB0055, comme si on y était, aveuglé par les spots de la scène.

Opter pour la bitonie simplifie la palette de couleurs sans risquer l’effet arc-en-ciel, mais sans monotonie non plus. Appliquée au Web avec des couleurs vibrantes, celle-ci permet de mettre en évidence les éléments en flat design, en apportant dynamisme et vitalité.

{#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

Répondre à cet article

forum message

Raccourcis : {{gras}} {italique} -liste [bla->url] <q> <quote> <code>.

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom