De l’Allemagne

11 mai 2013,
par Romy Têtue

Mots-clefs associés à cet article :

J’avais très envie de voir cette exposition pour cette fameuse toile de Caspar David Friedrich, Frau am fenster (1822), qui m’a toujours fascinée — et dont je me demande rétrospectivement si elle n’était pas en couverture de mon livre d’allemand. Encadrée par les montants de la fenêtre, comme un tableau dans le tableau, cette femme, de dos, énigmatique comme un personnage de Magritte, voit ce que je ne vois pas… m’incitant à me projeter à sa place, dans la contemplation. Je regrette donc un peu de n’avoir pas vu cette si célèbre femme à la fenêtre, me contentant du petit Femme dans le soleil matinal. Ceci dit, je me suis surprise à aimer les paysages romantiques de Caspar David Friedrich, lyriques, mystiques, parfois jusqu’à l’abstraction, comme cette Brume matinale dans les montagnes. Et j’étais émue de voir des schémas du Traité des couleurs de Goethe et ce « grand écran de la théorie des couleurs ».

Drôle de petite exposition, un peu trop courte et sans surprise, presque scolaire et barbante. Les textes explicatifs en lettres capitales étaient vraiment pénibles à lire, mais ça aurait pu être pire : on a échappé aux caractères gothiques ! J’ai découvert l’histoire de la cathédrale de Köln, commencée en 1248, longtemps laissée inachevée, mais reprise au XIXe siécle, en plein romantisme médiéval, si bien qu’elle est la manifestation la plus importante du style néogothique, pourtant né bien après la période gothique.

L’expo m’a donné envie de revoir quelques films, à commencer par Métropolis de Fritz Lang (1927) dont des extraits étaient projetés, mais aussi de plus récents comme le Faust d’Alexandr Sokurov (2012). Je reste vivement intriguée par une photographie en noir et blanc d’August Sander, qui a manifestement inspirée une toile fameuse expressionniste d’Otto Dix, que l’on reconnaît immédiatement. Mais qu’est-ce que ce titre : « femme exerçant un métier intellectuel et manuel » ?

  • La cathédrale de Cologne
  • Cathédrale de Caspar David Friedrich
  • Grand écran de la théorie des couleurs de Goethe
  • Friedrich Caspar David, Brume matinale dans les montagnes, 1808
  • Capitales
  • Femme exerçant un métier intellectuel et manuel, photographiée par August Sander

Voir en ligne : http://www.louvre.fr/expositions/de-l-allemagn (...)

{#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Raccourcis : {{gras}} {italique} -liste [bla->url] <q> <quote> <code>.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom