Comparons les programmes

pas les candidats

21 avril,
par Romy Têtue


Avez-vous pris le temps d’étudier les 11 programmes présidentiels ? Moi pas. Heureusement d’autres l’ont fait pour nous.

Paroles, paroles, paroles…

La première comparaison à m’avoir atteinte est celle sur le vocabulaire, sans doute parce qu’elle interpellait ma lassitude, de celle qui me fait fermer l’oreille dès qu’un politique cause. Parce qu’effectivement, ils partagent une langue très uniformisée, utilisant un nombre de mots si peu élevé (une dizaine suffisent) qu’il en sont vidés de leur sens, au risque de la novlangue. Sauf un.

Surprise : érudit, littéraire, Mélenchon, que je découvre soudain, se distingue par l’emploi d’un vocabulaire riche et varié. Peu de chance donc, qu’il fédère largement, puisque les français ne maîtrisent que quelques centaines de mots. Ça m’a rendue curieuse, me poussant à aller écouter ses discours. Deuxième surprise : l’entendre causer me fait me sentir moins bête. Comme d’autres, qui témoignent : « avec lui je me sens intelligent ». Mince. Pour une fois, je comprends. Sans peine. Ni ennui. S’il ne me fait pas acquiescer, il me donne à réfléchir. Tandis qu’à (ré-)écouter les autres, je reçois ici de la haine, qui me braque, là du mépris, qui me blesse, là-bas de l’enfumage, qui m’exaspère, et ailleurs tellement d’ennui.

Travail d’équipe

Avant de poursuivre, il faut bien reconnaître que je ne me serais pas intéressée à cette campagne fallacieuse s’il n’y avait eu Poutou et son franc parler pour éclater la bulle de l’élite politique. En disant tout haut ce que beaucoup pensent tout bas, il a ramené une frange oubliée des français dans le débat. Merci Poutou, tellement ! Coup de foudre.

C'est quoi le slogan déjà ?

Mais il y a mieux. Par son comportement, se retournant pour consulter sa base, sans s’en cacher, il a rappelé que la politique est avant tout un travail d’équipe. C’est la seule image que je retiens de cette campagne, cette rotation du buste, ce mouvement qui fait exister l’autre. Déterminante. Il ne joue pas le rôle convenu, celui du candidat qui, seul face au public, feignant l’omniscience, s’érige en idole. Parce que c’est une niaiserie : il n’y a pas de candidat parfait, pas d’homme providentiel — cette vision des choses, messianique et moutonnière, est même franchement flippante.

Contrairement à ce que l’on pense, ce n’est pas un individu qu’il s’agit d’élire, mais un groupe de travail. Alors, comment ont-ils bossé ? et que nous on-t-ils pondu ? Tout de suite, ça dépassionne le truc. Osef le candidat, oublions les personnalités, leur charisme, leur stature présidentiable ou pas, oublions nos affinités et nos ressentis, oublions même les chapelles et toute couleur politique, pour examiner : quelles sont les idées, quelles sont les propositions ? Concrètement ?

C’est alors que, ignorant les sondages, cela va sans dire, délaissant aussi les débats et actualités, éteignant TV, radio et rézosocio, j’ai commencé à creuser un peu sous l’écume médiatique, m’intéressant aux études comparatives, dans le calme des profondeurs, en particulier celles réalisées par les associations de terrain et autres ONG agissant sur des thèmes précis : égalité, NTIC, accessibilité, planète, libertés… voici donc les quelques classements qui ont retenu mon attention.

Droits des femmes

La deuxième comparaison à m’être tombée sous le nez, peu après le 8 mars, m’intéressant parce qu’ainsi née je suis directement concernée, portait sur les droits des femmes. Méfions-nous de Marine Le Pen qui prétend être « la seule femme à défendre les femmes », rien de moins, et s’affiche soudain coquette, pour séduire un électorat de presse féminine, alors que son parti vote systématiquement contre ces droits qu’elle prétend désormais défendre : pinkwashing ! À l’opposé, Hamon, Macron et Mélenchon signent le Pacte pour l’égalité. Mélenchon serait le plus féministe d’entre eux. Mais ne faisant pas de distinction, désabusées, les associations féministes renvoient tous les candidats plancher le sujet, à égalité : « nous ne souhaitons pas interpeller les candidat·e·s : nous ne voulons plus de promesse non tenue ! »

Accessibilité

Foin des déclarations d’intention, examinons plutôt, concrètement, l’accessibilité de leurs sites de campagne : sans surprise, c’est mauvais. Pire, « on observe une dégradation globale du niveau d’accessibilité des sites internets des candidats depuis 2012, avec dans de nombreux cas l’impossibilité totale d’accéder à l’information recherchée. […] Le site web du candidat Philippe Poutou est celui qui valide le plus grand nombre de critères d’accessibilité numérique. »

Neutralité du Net

C’est l’un des principes fondateurs du réseau, aujourd’hui menacé aux États-Unis, encore défendu en Europe, malgré la pression des industriels. S’il se définit comme un « vrai geek », Fillon défend d’abord le business, tandis que Mélenchon se démultiplie via hologrammes et que Macron se présente comme le candidat des start-up, séduisant surtout la French Tech. Les vrais défenseurs du Web ? Asselineau, Hamon et Mélenchon.

Planète

Réchauffement climatique, raréfaction des ressources naturelles, réfugiés climatiquesMélenchon, Hamon et Macron ont fait de l’écologie un axe majeur de leur programme, si bien que l’écologiste Nicolas Hulot, sans pour autant en soutenir aucun, est « très agréablement surpris » par ces candidats. Point précis : pour sortir du nucléaire, Mélenchon et Hamon proposent de passer à 100 % d’énergies renouvelables d’ici à 2050.

Libertés

Poutou est le seul à proposer la sortie immédiate de ce régime d’exception qu’est l’état d’urgence. Fillon va à l’encontre du droit international, contre les libertés humaines, carrément. Hamon et Mélenchon se positionnent dans le sens des recommandations pour la liberté d’expression.

Costume

Un de mes petits plaisirs de gamine en veille de scrutin est d’étaler la propagande électorale au sol pour procéder à une analyse d’image, comparant les couleurs, la surface occupée par leur tronche, les slogans, les typos…

Mais cette fois, je n’ai pas même ouvert l’enveloppe tant le look s’impose comme critère, non seulement parce que je déteste le sempiternel costume trois pièces cravaté, mais surtout parce que cela s’est imposé, de façon très symptomatique, comme norme à respecter, avec tant de condescendance, que les rétifs ont gagné mon admiration, Poutou en tête.

Mais encore…

Revenons aux choses sérieuses : emploi, éducation, culture, retraites, santé, Europe, économie, sécurité… Parce que je ne saurais les aborder toutes ici, voici des classements plus complets :

Aussi surprenant que cela puisse paraître, le programme qui remporte les meilleures notes est celui de l’équipe de Mélenchon, avant celle d’Hamon et loin devant les autres. Bref, y’en a qui ont bossé, là où d’autres se contentent de séduire. Reste plus qu’à aller y regarder de plus près…

Sans oublier le vote blanc et l’abstention. Le plus inattendu, dans tout cela, est encore que je vais aller voter dimanche.

{#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

Vos commentaires

  • Le 22 avril à 12:23, par Boris SCHAPIRA En réponse à : Comparons les programmes 2017

    Même démarche pour moi, qui m’a notamment permis de découvrir les livrets thématiques de France Insoumise.
    Indépendamment du bord politique, j’espère que l’idée sera reprise par les candidats aux prochaines élections. Je trouve ce découpage en thématiques bien plus intéressant pour comparer les programmes que les documents monolithiques.

  • Le 7 juillet à 15:50, par Yohooo En réponse à : Comparons les programmes

    Hello,

    Ce qui me surprend, (et cela n’est pas lié à ta démarche personnelle puisque je je constate chez la plupart des citoyens), c’est l’impasse faite sur tout réflexion relatives à l’égalité des richesses.

    La planète, les libertés, la neutralité du net sont mis en premier plan. Ne manque t-il pas les réflexions sociales sans lesquelles toutes ces problématiques ne peuvent se populariser faute de temps libre, d’éducation et de moyens pour créer une prise de conscience dans toutes les couches de la société ?

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Raccourcis : {{gras}} {italique} -liste [bla->url] <q> <quote> <code>.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom