Comment je traduis mon site

Traductions : How I translate my website

12 septembre 2016,
par Romy Têtue

Mots-clefs associés à cet article :

J’ai décidé de rendre mon site plus accueillant, en le traduisant dans chacune des langues de mes amis.

Il ne s’agit pas de traduire tout le contenu déjà publié — un bon millier d’articles, c’est trop ! — mais de traduire les principaux termes de l’interface, de façon à ce que chacun comprenne rapidement ce qu’est ce site et qu’il puisse s’y repérer, dans sa langue. Un peu comme, lorsqu’on voyage à l’étranger, nous avons la politesse d’apprendre les premiers mots d’entrée en contact : ¡Hola, que tal ! お元気ですか بخير What’s your name ? ロミーです شكرا ¿Habla español ? nur ein bisschen
Je me demande pourquoi, sur le Web qui est si international, je n’ai pas pensé à faire cela plus tôt !

J’ai la chance d’utiliser SPIP pour fabriquer mon site, ce qui est très confortable pour le multilinguisme : rien à configurer, je n’ai qu’à traduire, directement dans l’espace de rédaction [*]. Au boulot donc !

Comment je traduis

Par facilité ou fainéantise, j’utilise un traducteur automatique, avec lequel il vaut mieux faire un détour par l’anglais pour éviter les erreurs trop grossières, car il n’en est pas exempt, loin s’en faut ! et je me fie davantage aux dictionnaires, dont Linguee et Reverso, dans toutes les langues, pour rectifier ses erreurs.

1. Traduction des menus et autres mots de l’interface

Traduire les termes d’interface est le plus délicat. Ce sont souvent des mots courts, apparemment simples, mais qui recouvrent un champ sémantique pour lequel il n’existe pas toujours de mot strictement équivalent dans l’autre langue. Or leur rôle est crucial, puisque ce sont eux qui permettent de s’orienter.

Traductions, encore approximatives, de la barre de nav principale

J’examine donc des exemples d’usages de chaque mot et je compare avec d’autres sites semblables en d’autres langues. Le plus long est ainsi la traduction du nuage de mots-clés, inachevée, mais passionnante, l’occasion d’enrichir mon vocabulaire et la compréhension d’autres langues, d’autres façons de penser le monde.

2. Traduction des pages transverses

La traduction des pages transverses (Contact, Aide, etc.) et tout particulièrement de celles de présentation (À propos et Travaux) est importante parce qu’elles renseignent l’internaute et/ou font partie de l’interface. Cela me pousse à élaguer sur l’ensemble du site pour clarifier et recentrer… puis à repousser à plus tard, parce que ça remet trop en question.

Je ne traduis pas ces pages fidèlement, mais au contraire, les contextualise, peu ou prou, selon la langue. De la même façon que, dans la vraie vie, si l’on a fait l’effort d’engager la conversation dans la langue de l’autre, l’on est vite rattrapé par son faible niveau. L’objectif est seulement de rendre mon site plus accueillant, sans autre prétention. Je n’y cache pas que la langue principale du site reste le français, même si j’espère un jour en changer pour l’anglais.

3. Traductions des contenus

Dans ce site désormais multilingue, je me sens libre de m’exprimer dans d’autres langues. J’écris mon premier article en anglais, sans traduire depuis ma langue maternelle, youhou, so proud : Lost in translation, qui explique ma motivation. Je traduis un vieux billet, Muriendo en Paris, pour un ami espagnol fan des Bérus, avant de m’essayer maladroitement au haïku japonais, オショーの弟子, pour remercier une belle rencontre de voyage et, de retour au bureau, je reçois ma première leçon d’arabe

Depuis je traduis certains de mes nouveaux articles. Non, pas tous. Seulement ceux qu’il me semble pertinent de porter à la compréhension d’autres langues. Et selon mon courage. Évidemment, mes traductions sont truffées de fautes. Comme des raisins dans un pain (peut-être aimez-vous cela, mais je déteste ces mauvaises surprises que sont les raisins mous cachés dans la pâte…). Mais au moins fais-je l’effort de m’exprimer dans d’autres langues. Et ce n’est pas en dissimulant mes erreurs que je progresserais, au contraire.

Pour les traductions, thème ou version, j’utilise un éditeur de texte collectif en ligne, framapad, qui permet de rédiger un texte à plusieurs mains et je fais relire par mes amis polyglottes, qu’ils en soient ici remerciés, et/ou par tout l’Internet. Aussi n’hésitez pas à me corriger !

Comment naviguer multilingue ?

Traduire un site ne se limite pas à en traduire les différents textes qu’il contient. Il faut aussi repenser la navigation parmi ceux-ci. Comment organiser tout cela dans un site multilingue, c’est-à-dire contenant des articles dans différentes langues et où l’internaute, ce chenapan, peut modifier la langue de l’interface à tout moment ? J’opte toujours pour ce qui laisse la plus grande liberté à l’utilisateur.

  1. L’internaute choisit la langue qui lui convient pour visiter le site, par exemple l’allemand ;
  2. les pages transverses, rubriques, recherche, etc. lui sont donc affichées dans cette même langue ;
  3. dans cet environnement, il peut consulter les articles du site, chacun dans sa langue (majoritairement français, mais aussi anglais et un peu espagnol), et peut opter pour les traductions disponibles, tout en conservant un contexte qui parle la langue de son choix, l’allemand donc.

Amusez-vous donc à changer la langue du site… Mélangez les langues. Viendez vous verlieren in translation conmigo !

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom