Cet hiver, grâce au Thalys, le Père Noël (s’)offre une pute

27 décembre 2005,
par Romy Têtue

Mots-clefs associés à cet article :

Quand le Père Noël se rend à Amsterdam, que choisit-il de faire ? Il fait un peu de lèche-vitrine. Vous savez, ces vitrines où la marchandise est humaine.

Il a mis des lunettes noires pour passer incognito, mais on le reconnaît à sa rondelette silhouette et à son costume rouge bordé de fourrure blanche. Il jette un regard derrière lui, vers nous, spectateur-témoin, avant de passer la porte, s’apprêtant à entrer dans la boutique où un cervidé se pavane en vitrine sous des néons diffusant une lumière rose...
On se demande vraiment à quoi jouent le Père Noël et les rennes de son attelage. Manifestement, ils jouent « à la pute et au client ».
Un billet de train complète cette scène pittoresque, qui nous invite à visiter Amsterdam cet hiver. On reconnaît alors une scène typique du fameux quartier rouge d’Amsterdam, où la prostitution étale en vitrine, telles de vulgaires marchandises, des femmes qui, majoritairement étrangères et sans papiers, sont loin d’être là par choix [1].
Mais bon, là, c’est pour rire, ce n’est qu’un renne. Zoophile le Père Noël ?

Après tout, à défaut de destination exotique ensoleillée, mais coûteuse, pourquoi pas se réchauffer autrement, et à tarif abordable, par un peu de tourisme sexuel, ainsi que le suggère cette publicité pour vendre des voyages Paris-Amsterdam par le train Thalys. Effectivement, puisque même le Père Noël fréquente les putes, quel mal y aurait-il à cela ?

Tel est en effet le message reçu. Alain Korkos du site La Boîte à Images, blog qui nous propose de s’arrêter un peu pour regarder les images autrement, fait habituellement des commentaires d’image éclairés et passionnants. Mais il semble s’être laissé séduire par cette publicité, puisqu’il perd soudain toute distance critique et ne fait que paraphraser l’image, réussissant à nous rendre la prostitution loisible (cf. : « Hurler avec la meute ? », 26 décembre). Il nous invente un conte merveilleux, où notre Père Noël s’apprête à visiter une madame renne en vitrine, tout simplement, puis emmène le lendemain sa pretty woman au musée Van Gogh... N’est-ce point charmant ? conclut-il avant présenter ce Père Noël comme... un sauveur. C’est ça, et pendant ce temps-là, la marmotte, elle plie les godemichés dans le papier cadeau ?
Il faut dire que la campagne, initiée par une opération de buzz originale, sous la forme d’un feuilleton people à sensation distribué gratuitement [2], a bien préparé les esprits à gober n’importe quoi. On en rit, on en redemande : à quand le prochain épisode ?

En réalité, tout est à vomir dans cette image publicitaire (visible ici, sur le site de l’agence Jumpfrance qui a conçu la campagne) : l’avilissement du Père Noël, la caution apportée à la prostitution, la réduction d’une ville à ce qu’elle a de pire, et enfin le mépris du client, auquel on vend un billet invitant si explicitement au tourisme sexuel qui exploite des milliers de femmes et d’enfants à travers le monde.

{#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

Vos commentaires

  • Le 29 décembre 2005 à 14:17, par greg En réponse à : pas complètement d’accord

    Je n’avais pas vu ce visuel effectivement.
    Cependant, ce sont souvent les sujets grave qui font le plus rire...c’est malheureux mais c’est comme ca en général (cf Ethiopie et autres idioties...)
    Je ne crois pas que cela soit dégradant pour les filles en question et que cela invitent les gens à se rendre dans cet endroit.
    Je ne pense pas être suffisament idiot pour marcher dans toutes les campagnes de pub mais celle là à l’avantage d’être efficace.
    Cependant, clairement, ces filles ne sont pas là par choix et souvent tenues par des papiers ou de la drogue....

  • Le 29 décembre 2005 à 15:28, par Romy Têtue En réponse à : Cet hiver, le Père Noël (s’)offre une pute

    Bonjour Greg ;) Rire de sujets graves, ça permet de détramatiser, et moi aussi j’adore l’humour décalé, voire trach. Mais là, c’est une pub, pas une private joke ou un sketche humoristique. Non. C’est pour faire vendre, et surtout, c’est grand public.

    Est-ce qu’on vend les voyages en Éthiopie à grand renfort d’images d’enfants squeletiques tendant leurs gamelles à un Père Noël qui s’empiffre devant eux, dans l’espoir que quelques miettes de buche y tombent ?

  • Le 3 janvier 2006 à 16:37, par Vanz En réponse à : Cet hiver, le Père Noël (s’)offre une pute

    J’arrive sur ton site via mon Bleurg (où tu as récupéré l’image de la pub je suppose).
    Pas mal ton hypothèse de se réchauffer à moindre coût !
    On peut ajouter que, concernant le tourisme sexuel, amsterdam ça fait moins peur que la thaïlande en ce moment.. bah oui, pas de tsunami qui vient chatouiller l’épaule quand le client est en pleine action !

  • Le 3 janvier 2006 à 16:52, par Romy Têtue En réponse à : Cet hiver, le Père Noël (s’)offre une pute

    Cette pub trône fièrement en page d’accueil et en bonne place dans les portfolio du site de Jumpfrance, l’agence de com qui l’a conçue.
    Euh... trônait (comme en témoigne cette copie d’écran), car elle est maintenant introuvable sur leur site ! Ça a du chauffer, ouh-la ;)

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Raccourcis : {{gras}} {italique} -liste [bla->url] <q> <quote> <code>.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom