Cargo Culte

30 juin,
par Romy Têtue

Mots-clefs associés à cet article :

En télétravail, comme beaucoup en ce moment, je me casse la nuque à regarder, à longueur de journée, l’écran incliné de l’ordinateur portable… J’en éprouve le besoin d’un autre écran, positionné face à moi, pour relever le museau, et plus grand, afin de maquetter sur une surface moins étriquée. Comme je n’arrive pas à choisir la taille cet écran secondaire, à évaluer la surface de travail qui m’est nécessaire ni l’encombrement que cela représentera dans mon espace intérieur, je prototype et teste :

Un carton découpé, posé verticalement derrière l'ordinateur portable, simule un 2e écran.

Contre toute attente, cela m’est déjà bénéfique : d’avoir ce simulacre d’écran en face me fait relever la tête, soulageant ma nuque, ce qui me donne envie de poursuivre l’expérience, à moitié pour blaguer, à moitié par curiosité, en l’égayant de post-it en guide de notifications, de croquis scotchés pour simuler mon logiciel de maquettage… Cela me rappelle soudain que, n’ayant pas la télévision, étant enfant, nous nous en étions fabriqué une en carton, où l’on faisait défiler les écrans, dessinés sur des feuilles de papier enroulées sur deux manches à balai.

Un peu comme les peuples indigènes qui, soudain confrontés aux richesses matérielles occidentales pendant la 2e guerre mondiale, se mirent à fabriquer des avions de paille et des radios en bois. En effet, ignorant l’existence et les modalités de production occidentale, ils attribuaient l’abondance et la sophistication des biens apportés par cargo à une faveur divine et imitaient donc les invocations des blancs en espérant s’attirer la même générosité. C’est ainsi que naquit le culte du cargo, illustrant l’une des trois lois de Clarke : « Toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie. »

Cargo culte n’est donc pas qu’une chanson de Gainsbourg… J’ai découvert cela à Sud Web 2013 via le développeur Thomas Zilliox qui dénonçait par là celleux qui copient-collent du code ailleurs sans le comprendre en espérant naïvement que ça marche chez eux. Mais si le culte du cargo est souvent cité comme exemple d’inefficacité, voire de stupidité, il peut être hautement inspirant : cette même année, c’était le thème du Burning Man, festival artistique haut en couleur qui sollicite puissamment l’imagination et repousse les limites du possible…

Comme notre télé en carton était fabuleuse ! Nous pouvions inventer toutes les histoires que nous voulions et nous passions des heures à les animer, écran par écran… Ce qui n’était qu’une puérile imitation, devenait une expérimentation offrant un vaste espace d’expression à notre imaginaire débordant et, sans le savoir, nous étions en train de réinventer le dessin animé et les boîtes à images. Dans notre enthousiasme, nous invitions toute la maisonnée à visionner nos programmes animés dont nous improvisions la bande son en direct. Cela devait être barbant pour nos parents… si bien qu’on a finit par l’avoir, notre télé !

Plus récemment, mes collègues jugeant leur espace de travail bien triste, avaient entrepris de l’égayer en collant des post-it verts découpés en forme de feuilles sur les branches mortes d’une plante abandonnée. Noël approchant, nous avions même apporté des guirlandes pour décorer cet arbre factice…

Et ça avait marché ! Au Noël suivant, nous avions eu la surprise de découvrir un magnifique sapin scintillant à l’entrée des locaux et ceux-ci furent par la suite agrémentés de plantes vertes véritables.

Je n’espère pas trouver magiquement, à mon retour de vacances, un véritable écran à la place de cette simulation en carton. Quoique… cela m’ayant permis d’éprouver et valider l’idée, elle devrait prochainement se concrétiser, et de façon améliorée. Et si le culte du cargo n’était en fait qu’une façon de prototyper ?

{#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

Répondre à cet article

forum message

Raccourcis : {{gras}} {italique} -liste [bla->url] <q> <quote> <code>.

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom