Bilan d’activité 2008

Après deux ans d’activité

16 mars 2009,
par Romy Têtue

Mots-clefs associés à cet article :

Le blog du freelance proposait fin 2008 une série de questions pour aider les indépendants à faire le bilan de l’année écoulée et préparer l’année suivante [1] [2]. Nous y avons répondu ensemble, entre indépendants, afin de partager nos expériences et comme j’avais déjà l’intention de rédiger un bilan de mes deux premières années d’activité, voici ma version.

Bilan commercial : changement de cap

« Quels types de clients avez-vous (...) comment facturez-vous ? (...) en 2008, avez-vous perdu des clients ? (...) avez-vous prospecté cette année ? » [1]

En me mettant à mon compte, je rêvais naïvement d’accompagner des PME et TPE dans la création de leur premier site web. Cela ne s’est pas du tout passé comme ça, puisque je me suis rapidement retrouvée à travailler exclusivement en sous-traitance d’agences plus ou moins importantes, et ça me convenait très bien : ce sont des clients exigeants qui me donnent l’occasion de faire toujours mieux. À cela s’ajoutaient quelques formations et un ou deux clients directs, juste pour le plaisir. C’était un bon équilibre.

La tendance s’est inversée courant 2008 :

  • J’ai négligemment abandonné la formation car le temps de préparation est pour moi trop important (et stressant) pour que ça soit réellement rentable. C’est idiot, mais ça me fiche trop le trac. Je préfère coder.
  • J’ai perdu deux clients importants. Le premier sans regret : sa gestion de projet était si déplorable qu’elle m’empêchait de travailler correctement. Le second à regret : j’ai fais la bêtise de laisser comprendre à ce client parisien appréciable que j’avais déménagé, qui plus est en province. S’en est suivi un silence radio abyssal. Merdum, merdum, merdum !
  • Si bien qu’en ce début 2009, je n’ai plus que des clients directs pour lesquels j’interviens sur des projets de moindre importance, mais de façon plus durable. Je vends moins d’intégration mais davantage de conception et de suivi de projet. C’est une évolution professionnellement intéressante mais dont j’ignore encore quelle peut en être la rentabilité.

Ma grille tarifaire s’est stabilisée sur cette seconde année d’activité. Elle correspond au marché et je n’accepte plus d’intervenir à prix cassé, comme ce fut parfois le cas au tout début. Mon tarif est établi à la journée, selon la nature de la prestation, pas à la tête du client, point barre.

Autre aspect non négligeable : il faut souvent relancer pour que les factures soient payées. Depuis le début de mon activité, seuls deux clients ont honoré leurs factures en temps et en heure. Ça semble s’empirer fortement en ce début d’année 2009, où le retard se compte désormais en mois et où le trou en caisse dépasse exceptionnellement les dix mille euros... J’ai aussi à me plaindre de mon premier impayé. Serait-ce donc la « crise » ?

Bilan financier : -50 % !

« Faites le calcul de ce que vous avez gagné en 2008 en ventilant vos résultats par clients et en fonction des produits et services que vous offrez (...) avez-vous connu des hauts et des bas dans l’année ? » [1]

En 2008, seconde année d’activité pour moi, mon chiffre d’affaire a chuté, baissant de moitié par rapport à l’année précédente. Ouille ! J’en ressens l’effet en décalé, peinant à me payer mon salaire de ces premiers mois de 2009.
L’année s’amorce cependant par quelques beaux projets, mais avec une trésorerie affreusement négative, contrairement à l’année précédente, nettement plus florissante.

Cela est très nettement consécutif à mon installation en province et la perte de quelques bons clients parisiens. Mon activité la plus rentable — l’intégration à la chaine sur de gros projets (genre une charrette d’une grosse vingtaine de gabarits à intégrer en XHTML/CSS2 valides, en moins de deux semaines, taïaut !) — a totalement cessé en 2008. Au delà de l’aspect financier, c’est surtout le stimulant stress de ces charrettes qui me manque !

Vie perso... bouh !

« Ne pensez pas qu’il n’y a que le boulot sur lequel vous devez vous attarder. Si vous êtes bien dans votre vie quotidienne, vous le serez certainement aussi dans votre vie professionnelle » [2]

On fait trop souvent abstraction de l’incidence de l’épanouissement personnel sur l’activité professionnelle. Sur ce plan-là, 2008 a été pour moi une année déplorable. Un déménagement pour rapprochement conjugal m’a isolée du reste du monde et mis un terme aux apéro-geek, aux dîners entre amies et aux sorties culturelles — seulement 3 expos et 2 cinés dans l’année, quelle misère ! Je bouffe bien, de bons produits bio du terroir et comme je n’ai plus à courir dans le métro et les escaliers, j’ai sensiblement changé de silhouette. La monotonie de la vie provinciale, l’isolement et les difficultés de transport m’ont fait perdre le moral et le sens de l’humour. J’ai disparu.

Réseau ? je vous aime !

« En cette fin d’année, comment est votre réseau ? (...) est-il : dynamique, endormi, peut mieux faire ? (...) entretenez-vous des relations avec vos clients d’il y a 5 ans ? » [2]

Mon réseau relationnel n’est certainement pas vaste et étendu, mais il compte des personnes rares et précieuses, que j’apprécie tant pour leurs compétences et leur exigence que pour leurs qualités humaines et leur affection. Et ça me suffit. Les W3Cafés et ParisWeb sont des événements que je ne raterais sous aucun prétexte, auxquels j’ai encore eu le plaisir cette année de faire des rencontres passionnantes.
Mais il est vrai que, d’une façon générale, je suis un peu ourse, bien mal léchée : je ne réponds pas toujours, ou en retard, pas l’temps... Je n’envoie pas assez de mot gentils.

Conclusion : il est urgent de changer de vie !

Mon objectif pour 2009 est plutôt personnel. Changer de vie, retrouver mon ancrage parisien et mes repères, même si c’est au prix de mon activité. Bin ouais. Tant pis.

Professionnellement, j’aimerais me donner l’occasion de produire du web pour terminaux mobiles (petits ordis, téléphones portables) et pour d’autres interfaces : les ordinateurs de bureau, c’est dépassé. Faire davantage de prototypes fonctionnels, parce que j’adore ça. Travailler l’IHM. Sans perdre la main en CSS.

{#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

Vos commentaires

  • Le 16 mars 2009 à 17:56, par dominique En réponse à : Bilan d’activité 2008

    Intéressant ton bilan... et surtout tes projets pour 2009 ! J’espère que tu les réaliseras !!!

  • Le 16 mars 2009 à 21:54, par STPo En réponse à : Bilan d’activité 2008

    Toujours très instructif à lire ces bilans... Ca donne une perspective intéressante.

    L’aspect financier (retards, non-paiements) est assez effrayant pour tout dire et me rappelle mes premières années avec grosso modo un trou financier du même montant ! 3 ans après, le trou n’est toujours pas complètement bouché...

    Concernant les impayés, tu n’as pas de moyens de pression (technique j’entends) ? Comme la suppression du site mauvais payeur en attente du règlement (si tu ne l’a pas réalisé pour une agence bien sûr) ?
    Pour les gros projets, je fonctionnais en acompte puis paiement par phase, ce qui assurait une certaine marge, peut-être insuffisante ? Je ne sais pas comment tu fonctionnes...

    Je ne fais pas mon bilan, qui serait plutôt court vu mon activité free actuelle =]

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Raccourcis : {{gras}} {italique} -liste [bla->url] <q> <quote> <code>.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom