Bienvenue dans la chienlit de « la France d’après » !

7 mai 2007,
par Romy Têtue

Mots-clefs associés à cet article :

Sirènes, échauffourées… tiens, ça chauffe dans ma rue. Ça n’avait pas encore pris feu par ici, mais ça y est, Nicolas Sarkozy, le champion des voitures brûlées et autres violences urbaines, peut être fier de lui : cette nuit ça brûle, ici aussi. Bravo !

Et pendant ce temps-là, ta France à toi, celle qui scande ton prénom, Nicolas, celle qui te mérite, danse place de la Concorde... Toi qui rêve d’être le « Président de tous les Français », et prétends éviter de dresser « une France contre une autre », à peine es-tu élu que flambent nos rues (voir : L’album photos de la soirée, LeFigaro.fr, 6 mai). Tu avais tout prévu, ta victoire éclatante comme les émeutes consécutives !

Scènes de liesse et émeutes au soir de l'élection de Nicolas SarkozyEn t’en prenant, il y a peu, aux « héritiers de Mai 68 » [1], tu ne faisais que dégoupiller. Des compagnies de CRS étaient ensuite été postées en nombre [2], précisément dans les banlieues, municipalités et arrondissements les plus roses, comme par hasard, assimilant éhontément les électeurs de gauche à de dangereux émeutiers, narguant cette jeunesse encore blessée de ton mépris, elle qui n’a pas oublié les mots « racaille » et « kärcher » que tu as prononcés à son égard, lorsque tu étais ministre de l’intérieur. Enfin, ajoutant l’ultime cerise à cet explosif cocktail, tu ose déclarer à tous et à toutes, au soir de ta victoire, que tu as du « respect » pour ces électeurs qui ne furent pas les tiens… Si vraiment respect tu avais, tu les connaîtrais un peu mieux, et saurais éviter d’accumuler bourdes, piques et vexations ! À ce point-là, ce n’est plus de la maladresse, mais de la provocation, n’est-ce pas ?
Résultat ? une bonne centaine de voitures incendiées cette nuit en banlieue parisienne, des manifestations antisarkosistes qui dégénèrent à Paris et dans plusieurs villes de province, des centaines d’interpellations et… bienvenue dans la « France d’après », celle où « tout est possible » !

C’était couru d’avance. Tu pouvais aller fêter ta victoire au Fouquet’s, en toute sérénité, protégé par ton « gros service d’ordre », assuré d’obtenir, à peine sorti de table, ces images de « chienlit » soixante-huitarde, montrant les forces de l’ordre caparaçonnées faire face à d’agiles silhouettes lançant pavés et autres projectiles, ces agitateurs qui empêchent ta France méritante de se lever tôt (voir ce reportage : Anti-Sarkozy Riots in Paris), mieux encore : images scandaleuses d’une France qui brûle et crie après toi Sarkozy, on aura ta peau, on te passera au kärcher ! te sacrant bouc émissaire et sauveur à la fois, et t’autorisant à frapper en retour, légitimant ta politique sécuritaire. Images de violence, propres à conforter ton électorat égocentrique et peureux. Et ça ne loupe pas puisqu’en voici un qui me confie déjà : Avec ce que je vois ce soir (ça brûle déjà !) je me dis que j’ai eu bien raison de voter pour lui !. CQFD.

Ensemble ? Mon œil ! Il faudra compter sans moi : je ne veux pas, moi, de cette France coupée en deux, l’une qui danse quand l’autre flambe. Sarkozy, tu ne seras jamais mon président.

Vos commentaires

  • Le 8 mai 2007 à 16:36, par tiwan En réponse à : Sarkozy, tu ne seras jamais mon président

    Excellemment bien dit. Et malheureusement trop vrai.

  • Le 8 mai 2007 à 22:13, par Stéphane Deschamps En réponse à : Sarkozy, tu ne seras jamais mon président

    J’entendais sur France Inter que le bilan global de cette soirée annonçait plus de 300 voitures brulées.

    En attendant, je pense comme toi.

  • Le 18 mai 2007 à 11:43, par ? En réponse à : Bienvenue dans la chienlit de “la France d’après” !

    Si ce que tu dis est vrai alors les jeunes sont des cons car ils montrent à nicolas ce qu’il faut pour alimenter sa politique.

    Je suis au regret de te dire que Ségolène ne me rassurait pas car a aucun moment elle s’engageait clairement sur ce qu’elle ALLAIT REALISER.

    En matière de politique il faut avoir des idées les énoncer et les réaliser si on est élu

    Ségolène n’a pas été clair sur plein de sujet ce qui inquiète l’opinion.

    Cette année j’ai été cambriolée et ma voiture fracturée. Je suis pour la sécuritée mais pas la répression aveugle.

    J’ai voté sarko.

  • Le 1er juin 2007 à 08:53, par Olivier Legrix En réponse à : Bienvenue dans la chienlit de “la France d’après” !

    Je suis content de lire les reactions de Romy. On peut ne pas etre d’accord avec la politique de Sarko et ne pas abandonner pour autant ses convictions. La contestation se fait au quotidien dans nos actes et nos idees. Et cela peut se faire sans violences. Il suffit juste de s’exprimer. Sarko a gagne grace a sa communication, nous avons presque les memes outils. Internet est encore le moyen qui nous permettra de nous exprimer et de toucher le plus grand nombre. Ici sur Caen, le soir du 2eme tour, les CRS etaient deja pret a charger dans les rues « etudiantes » et ne se sont pas prives de le faire allant jusqu’a detruire des vitrines en tirant des grenades lacrymogenes.

  • Le 4 février 2008 à 23:52, par Romy Têtue En réponse à : Bienvenue dans la chienlit de “la France d’après” !

    À lire, dans la lignée : « Maintien de l’Ordre, l’enquête » de David Dufresne, Hachette Litterature, 2007.

  • Le 4 août 2008 à 10:14, par Anthony En réponse à : Bienvenue dans la chienlit de “la France d’après” !

    Nicolas Sarkozy, le champion des voitures brûlées et autres violences urbaines, peut être fier de lui : cette nuit ça brûle, ici aussi. Bravo !


    ça c’est impressionnant. J’ai envie de vomir quand je vous lis.
    Et je ne suis pas pro sarko.

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom