Affaire DSK : trop fiers d’être gaulois !

Si on ne peut même plus violer les femmes de chambre…

22 mai 2011,
par Romy Têtue

Mots-clefs associés à cet article :

La complaisance de nos concitoyens vis-à-vis des « frasques » de DSK et la misogynie qui s’exprime à cette occasion me stupéfie.

Le RER arrive à quai et les quatre collègues s’avancent, croisant le flot des passagers qui en descendent. L’un des quatre, un grand et élégant costard-cravate s’exclame alors : « Oh, elle n’a pas peur celle-là ! Avec un décolleté pareil ! Pfiou... Elle cherche l’agression ! » et les trois autres s’esclaffent.

Il n’y a pourtant vraiment pas de quoi rire. Ce n’est pas de l’humour, ça ne peut pas être de l’humour. Prononcé dans un pays où des dizaines de milliers de femmes sont agressées et violées chaque année, ce genre de phrase ne peut pas être légère. Ignorance ou mépris du sort de ses concitoyennes ? Ou plutôt volonté d’intimidation et marquage de territoire ?

Par ces propos légitimant l’agression, inversant les responsabilités, prononcés à la cantonade, cet homme déclare publiquement nier la loi et informe son entourage féminin immédiat qu’il n’a qu’à bien se tenir, stigmatisant même, comme pour l’exemple, une femme en jugeant son apparence physique devant tout le monde. La situation est sans doute banale, car personne ne moufte dans le RER qui repart. Bienvenue en France...

Je n’étais pas dans la chambre de Dominique Strauss-Kahn [1]. Je ne sais pas ce qui s’est passé et j’en ai rien à foutre, tant que ça reste entre adultes consentants. Mais justement, à propos de consentement, il y a un hic : une femme l’accuse d’agression sexuelle et de tentative de viol, salissant la réputation de cet homme politique français, patron du FMI, qui s’apprêtait à entrer en campagne pour la présidentielle. Oui, ça pue le complot. Mais laissons la justice faire son travail ! Chut !

Je ne vais pas parler de DSK ni de celle qui l’accuse, mais de vos réactions, car de cela je peux témoigner. Vous décrivez l’inculpé comme un « coureur de jupons », un « séducteur », un « libertin » et certains semblent assez fiers de ce témoignage de la gaillardise française, se moquant du puritanisme américain. Pas un mot de compassion pour la plaignante [2] qui n’est ici que sujet de railleries et prétexte à nous faire subir un florilège de gauloiseries. Nausée.

Comme cette réunion de travail, ponctuée d’allusions grivoises à l’affaire, émaillée de blagues sexistes, sans rapport avec l’ordre du jour... L’existence de tels comportements m’informe que je suis dans un environnement à dominante masculine, plus précisément macho, dont le responsable présent se soucie peu du bien-être de ses employées et collaboratrices ni donc de la mixité de son affaire. Continuez, mais sans moi.

Vous vous sentez certainement encouragé par le traitement médiatique de l’affaire, par les propos de la classe dirigeante, complaisante, odieusement partiale. Les faits ne sont pas établis et nul ne peut juger. Mais dès qu’une personne se plaint d’agression, ce n’est plus de « sexualité » ni de « vie privée » qu’il est question. De quelle « liberté sexuelle » parlez-vous, si l’autre dit non ? Ce n’est pas une « affaire de mœurs » et il n’y a pas, comme le prétend Jean-François Kahn, de « troussage de domestique » qui vaille. C’est de viol qu’il est question dans cette affaire, un crime, qu’on a fâcheuse tendance à minimiser. « Il n’y a pas mort d’homme » relativise Jack Lang sur France 2... Et ne parlons même pas de BHL ! Non, ce n’est pas une façon « d’aimer les femmes ».

La seule conviction que j’ai acquise dans cette affaire, est celle de vivre dans un pays macho effroyablement rétrograde. S’il vous plaît les copains, prouvez-moi le contraire ! Montrez-vous aimables !

{#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

Vos commentaires

  • Le 25 mai 2011 à 10:48, par Ester Till En réponse à : Affaire DSK : trop fiers d’être gaulois :(

    Entièrement d’accord. Ras le bol de considérer le viol comme un délit mineur et de ne s’intéresser qu’aux préférences sexuelles de certains messieurs, sans prendre en compte la souffrance des victimes.
    Je ne suis pas féministe car je trouve que les droits des hommes sont également bafoués parfois (notamment en ce qui concerne la paternité), mais je trouve vraiment sidérant que certaines personnes excusent un viol en le qualifiant de simple « troussage de domestique » . Mais à quelle époque vivons-nous ?

  • Le 25 mai 2011 à 11:16, par Antisexisme En réponse à : Affaire DSK : trop fiers d’être gaulois :(

    Entièrement d’accord !

    J’entendais quelqu’un de mon entourage déclamer « Oh, mais faire un drame de cette affaire, c’est un reste de morale judéo-chrétienne ! »
    Encore un qui confond liberté et agression sexuelles !

    Quelqu’un d’autre a osé affirmer que l’hôtel devait embaucher des vieilles. Je lui ai fait remarqué que des vieilles pouvaient aussi être violées... Attirer les prédateurs sexuels n’est pas le « privilège » (c’est parfois comme ça que c’est présenté...) des belles femmes.

    Quand on sait que le viol constitue, avec les tortures et les catastrophes naturelles, le palmarès des évènements les plus traumatisants qui puissent arriver à une personne, ça fait moins rigoler. Les victimes de viol voient leur vie détruite, et sont 75000/an en France.

    Est ce qu’il y aurai eu autant de blagues stupides ou d’euphémismes employés, si DSK avait été accusé d’avoir torturé quelqu’un ? Est ce qu’on aurait osé dire que c’est du puritanisme ou un reste de « morale judéo-chrétienne » que de prendre l’accusation au sérieux ? Non ! Pourtant le viol engendre des séquelles psychologiques (cauchemars, « flashs » de l’agression en permanence) au moins aussi importantes que celles engendrées par la torture.

    Cela dit, le point positif, c’est que cette affaire a donné la parole aux féministes et a permis de les fédérer. Peut-être de les renforcer ? Mais ça me fait mal au coeur qu’il ait fallu une histoire aussi sordide pour permettre cela...

  • Le 25 mai 2011 à 11:17, par Antisexisme En réponse à : Affaire DSK : trop fiers d’être gaulois :(


    @ Ester Till
    Tu sais, le féminisme, ce n’est pas seulement le droit des femmes, c’est aussi et surtout vouloir sortir des rôles sexués qu’on nous impose... Je pense que des hommes peuvent se sentir concernés par le féminisme car ils en ont marre de devoir être le mâle dominant... Traditionnellement, le soin aux enfants revient à la mère, et dans ce contexte, je pense que le droit à la paternité peut être un droit revendiqué par des hommes féministes. Ça ne me parait pas illogique. :)

    PS : Romy, j’aime bien tes articles de la catégories « sexe faible » (les autres aussi, mais n’étant pas du milieu, je me sens pas trop concernée). Est ce que tu as un flux RSS pour cette rubrique ?

  • Le 25 mai 2011 à 17:34, par Romy Têtue En réponse à : Affaire DSK : trop fiers d’être gaulois :(

    Oui, bien sûr : flux RSS de la rubrique « sexe faible ». il suffit de cliquer le picto RSS à côté de l’URL (dans la barre d’adresse). Pour mon édification personnelle, quel navigateur utilise-tu pour que ça ne te soit pas proposé ?

  • Le 25 mai 2011 à 20:35, par Antisexisme En réponse à : Affaire DSK : trop fiers d’être gaulois :(

    Merci !
    J’utilise Google Chrome... Mais c’est peut-être moi qui ne sais pas trop où regarder !

  • Le 26 mai 2011 à 11:34, par Ester Till En réponse à : Affaire DSK : trop fiers d’être gaulois !

    @Antisexisme
    Nous sommes bien d’accords :o)

  • Le 27 mai 2011 à 07:19, par Nicolas En réponse à : Affaire DSK : trop fiers d’être gaulois !

    Un petit article qui va plutôt dans ton sens, Romy, et qui m’a fait pas mal réfléchir (normal, je suis un homme me diras-tu ; j’assume !).

  • Le 13 juin 2011 à 20:30, par Romy Têtue En réponse à : Affaire DSK : trop fiers d’être gaulois !

    Rue 89 N°11 Juin 2011Je regrette vraiment d’avoir acheté le dernier numéro de Rue 89 (N°11 Juin 2011) où cette affaire est traitée de façon affligeante comme une simple problématique de « vie privé », du même ordre que la fille cachée de Miterrand, la maitresse syrienne de Roland Dumas ou le divorce Royal-Hollande... quelle insulte ! Ces journalistes à œillères croient-ils vraiment nous faire gober ça ? Contrairement à l’adultère ou du divorce, qui sont effectivement affaires privées, ce qui est reproché à DSK est criminel et passible d’une lourde peine de prison.

    Pour ceusses qui l’ignorent autant que nos journalistes, le « crime » désigne les infractions les plus graves, qui portent atteinte au bien-être collectif de la société, comme le meurtre, le viol, les actes de tortures et barbarie. Relativement, qu’est-ce qu’on se fiche de la vie privée des puissants et de leurs coucheries, mais alors puissamment !

    Traiter d’une affaire criminelle avec autant de légèreté et de confusion, relève de l’incompétence ou de l’intox, au mépris des lois, des concitoyens et concitoyennes.

    Rue 89 N°11 Juin 2011
    « Fallait-il en dire plus ? » Rue 89 N°11 Juin 2011. Le Français Patrick Jarreau et l’Américaine Elaine Sciolino se posent les mauvaises questions...
  • Le 16 juin 2011 à 20:22, par Moi En réponse à : Affaire DSK : trop fiers d’être gaulois !

    Il y a une chose qui me sidère : dès le début de l’affaire, tout le monde a semble-t-il déjà condamné Dominique Strauss-Kahn avant même que le moindre jugement n’ait été rendu. Il y a pourtant eu beaucoup d’irrégularités dans cette affaire (aucune caution, notamment, n’a été fixé lors du premier jugement).
    Mais il existe cette chose (en France, du moins) que l’on appelle la « présomption d’innocence ». Cela signifie que tout individu est innocent jusqu’à preuve du contraire.
    Il serait peut-être tant de respecter cette règle.
    Beaucoup trop de gens qui ont vu leur vie gâchée et ont été « trainés par les cheveux dans la boue », alors qu’ils étaient innocent.
    Laissez la justice faire sont travail en toute impartialité.
    Laissez les deux parties d’exprimées librement.
    Si Dominique Strauss-Kahn est coupable, il sera condamné.
    Mais s’il est innocent, il sera libre et ce sera alors la femme de ménage qui aura des soucis à se faire, car accuser un homme à tort de viol est très grave et le parjure est un crime.
    Ne vous laissez pas dicter par vos émotions, ni la colère. Ce n’est pas une attitude machiste de défendre un homme.
    Il faut raison garder. Examiner les faits calmement et posément. Et sans aucun partie pris.
    Vous semblez mettre tous les hommes dans le même panier. Là aussi, ils faut raison garder et ne pas jouer la carte de la démagogie.
    Je n’excuse, ni n’accuse personne. Je veux simplement la « vérité ».

  • Le 16 juin 2011 à 23:05, par Romy Têtue En réponse à : Affaire DSK : trop fiers d’être gaulois !

    @Moi : Cet article traite de la complaisance des réactions relativement à la gravité du crime en question dans l’affaire DSK, mais non de l’éventuelle culpabilité de l’accusé, dont on ne peut préjuger. Vous avez mal lu. L’émotion, sans doute ?

  • Le 17 juin 2011 à 20:48, par Moi, encore En réponse à : Affaire DSK : trop fiers d’être gaulois !

    Ce que j’ai compris, c’est que vous traitez tous les hommes de machos réactionnaires parce que certains font des plaisanteries plus ou moins grivoises en regardant les filles.
    Ne mettez pas tous les œufs dans le même panier.
    Tous les hommes ne sont pas des DSK en puissance.
    Et souvent ce n’est pas parce qu’ils prononcent parfois des paroles un tant soit peu provocantes, que les hommes sont de vieux machos réactionnaires.
    C’est juste pour rigoler. Ça ne fait de mal à personne de détendre ses zygomatiques de temps en temps. C’est même recommandé de rire un bon coup pour une bonne hygiène de vie. Parce qu’être sérieux tout le temps, ben, c’est chiant.
    Et si les hommes parlent ainsi des femmes, c’est peut-être aussi qu’ils les aiment au point de vouloir être contre elles ...tout contre (Sacha Guitry).

  • Le 19 juin 2011 à 18:48, par belm En réponse à : Affaire DSK : trop fiers d’être gaulois !

    @Moi
    Évidemment, il ne s’agit pas d’être sérieux tout le temps, ni de refuser de rigoler. Cependant, les plaisanteries grivoises ne font pas rire tout le monde. Et pour ma part, les preuves d’amour de ce style, je m’en passerais volontiers. Si les hommes parlent ainsi des femmes, c’est parce qu’ils les considèrent comme des objets sexuels consommables dont on peut commenter à l’envi la forme ou l’emballage. Cette gauloiserie française m’énerve (au mieux) et parfois me révolte.
    J’ai passé la plus grande partie de ma vie au Québec où ce genre de comportement n’existe pratiquement pas... et je m’en portais fort bien. Me faire tripoter dans le métro, me faire faire des blagues grivoises, me faire acoster dans la rue comme si je devais être « disponible » pour ces messieurs, ça me fait profondément chier.
    Heureusement, tous les hommes ne le font pas, mais la proportion d’hommes (et de femmes) qui trouvent ça normal (voire flatteur) est suffisamment grande pour qu’on puisse dire que la France est un pays encore bien macho.

  • Le 9 décembre 2013 à 08:45, par Romy Têtue En réponse à : Affaire DSK : trop fiers d’être gaulois !

    Née de l’affaire DSK, la chanson Juste une femme d’Anne Sylvestre, résume bien :

    Petit monsieur, petit costard
    _ Petite bedaine
    _ Petite sal’té dans le regard
    _ […]
     
    Il y peut rien si elles ont des seins
    _ Quoi, il est pas un assassin
    _ Il veut simplement apprécier
    _ C’que la nature met sous son nez
     
    Mais c’est pas grave
    _ C’est juste une femme
    _ C’est juste une femme à saloper

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Raccourcis : {{gras}} {italique} -liste [bla->url] <q> <quote> <code>.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom