L’accessibilité, comme en pâtisserie

18 avril 2018,
par Romy Têtue


Dernièrement, nous devions embarquer un module interactif dans un site : un super calculateur qui permettait de simuler un cas réel à partir des valeurs fournies par chaque internaute. Il calculait bien, mais n’était ni très maniable ni très appétissant et, fabriqué sans se soucier de son accessibilité, était totalement inutilisable pour certains et certaines. Nous ne pouvions raisonnablement pas l’embarquer dans ce site grand public qui était, lui, parfaitement accessible, puisque cela aurait causé une rupture dans le parcours de 10 à 20 % des utilisateurs. Pouah !

L’équipe de développement demanda naïvement que nous listions les correctifs à apporter pour y remédier. Mais la liste était trop longue, embarquant les whatmille critères du référentiel d’accessibilité, à la consultation duquel les développeurs furent donc invités. Mais, pensant sans doute que toute difficulté d’usage relève du design, ils confièrent cela aux designers qui tentèrent d’améliorer l’ergonomie, en conduisant des tests d’utilisabilité auprès du public concerné et en proposant un meilleur habillage graphique. C’est ainsi qu’une seconde version nous fut proposée, effectivement plus agréable, appétissante comme un gâteau coiffé d’une cerise, avec de merveilleux zigouigouis d’animation graphique parfaitement dosés. Mais toujours avec les mêmes défauts d’accessibilité. Bref, toujours pas comestible.

Ce n’est pas lorsque le gâteau sort du four que l’on se soucie de le rendre comestible par tous et toutes. Il est alors trop tard pour en retirer le gluten et autres allergènes : il ne reste plus qu’à le jeter pour recommencer. Il aurait été moins dommageable, et tellement plus simple, de prévoir dès le début la farine adéquate. Car ce n’est pas beaucoup plus compliqué de confectionner un gâteau avec de la farine sans gluten. Mais il faut y penser avant.

C’est exactement pareil pour l’accessibilité. Ce n’est pas une surcouche de crème pâtissière qui s’ajoute à la fin. Dans les projets numériques, l’accessibilité doit être prise en compte dès le début, le plus tôt possible. En choisissant les bons ingrédients et en les assemblant selon la bonne méthode, avec le bon savoir-faire. On ne corrige pas l’accessibilité : on fabrique accessible.

C’est ainsi que le super calculateur qui avait nécessité des heures de développement complexe partit à la poubelle. Pour tout recommencer.

{#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

Répondre à cet article

forum message

Raccourcis : {{gras}} {italique} -liste [bla->url] <q> <quote> <code>.

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom